Le Club alpin suisse et la carte nationale

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Historique:

En l' année 1832 fut décidé l' établissement d' une carte suisse à l' échelle du 1: 100,000. Cette carte, que tout le monde connaît et qui est encore utilisée de nos jours est la « carte Dufour ».

Les levés originaux de cette carte, établis à l' échelle du 1: 50,000 en montagne avec des courbes de 30 m. d' équidistance n' étaient, au début, destinés qu' à rétablissement de la carte 1: 100,000 avec hachures. Cependant le premier comité central du Club alpin suisse, d' entente avec la Direction du Bureau topographique fédéral, décida en 1863 d' éditer à l' échelle originale du 1: 50,000 les cartes de la région montagneuse.

L' essai réussit pleinement, et la 3e assemblée générale du Club alpin suisse de 1865 décida de demander à la Confédération d' éditer elle-même les cartes topographiques à l' échelle et selon les normes des levés originaux.

Le Colonel Siegfried, nouveau Chef du Bureau topographique fédéral, fut un fervent défenseur de cette idée; le résultat en fut la loi fédérale du 18 décembre 1868 concernant la publication des levés topographiques.

Cette loi édicta que les levés topographiques seraient publiés si les autorités, les sociétés et les personnes privées prenaient l' obligation par contrat de prendre à leur charge la moitié des frais de gravure et d' impression de la première édition. Le Club alpin suisse saisit cette occasion et devint ainsi un des pionniers de la publication des cartes des régions de montagne à l' échelle du 1: 50,000.

Ce fut l' origine des « cartes Siegfried » que tous connaissent et que tous admirent.

Le Club alpin suisse en fut un des promoteurs et on loi doit en partie la bonne réussite de cette grande entreprise qu' il a constamment soutenue par ses essais personnels, sa collaboration financière et sa volonté ferme d' arriver à bonne fin.

La nouvelle carte:

Les exigences modernes, toujours plus grandes, décidèrent les autorités fédérales compétentes de charger le Service topographique de l' étude et des travaux préliminaires d' une nouvelle carte officielle destinée à remplacer la carte Dufour employée jusqu' à nos jours par l' armée.

Le Club alpin suisse s' intéresse spécialement à l' établissement de cette nouvelle carte. Il le fait par tradition d' abord, ensuite parce qu' il est persuadé que tous ses membres seront heureux de recevoir une excellente carte, le meilleur et le plus sûr compagnon du bon alpiniste.

Le Comité central du Club alpin suisse, à Zurich, s' est occupé à plusieurs reprises de cette question importante. L' article de M. Schneider, Directeur du Service topographique fédéral, donne un aperçu de ses efforts.

Le Comité du Club alpin suisse, à Baden, a pris contact direct avec la Direction du Service topographique fédéral, afin d' être mis au courant de l' état actuel des travaux officiels préliminaires.

Le premier résultat de ce contact est contenu dans le présent numéro de notre revue « Les Alpes »; à ce numéro sont ajoutées deux feuilles d' études que nous pouvons offrir à nos lecteurs grâce à la complaisance de la Direction du Service topographique.

Ceci permettra à chaque membre du Club alpin suisse de prendre connaissance de ce qui est projeté et de se faire une idée personnelle de ce que sera cette nouvelle carte.

Points de vue:

L' examen de ces deux feuilles d' études est facilité parla comparaison directe d' un même territoire dans la rédaction nouvelle et dans celle de la carte Siegfried. Cette comparaison fait ressortir la conception actuelle de la topographie moderne en ce qui concerne la quantité et la représentation des détails contenus dans la carte, l' expression, la facilité de lecture et la capacité d' utilisation de l' échelle choisie en comparaison de ce que nous possédons dans nos cartes de montagne actuelles.

Nous conseillons par conséquent à nos lecteurs de lire attentivement les lignes de M. Schneider, Directeur du Service topographique fédéral, ainsi que celles de M. Ed. Imhof, Professeur à l' école polytechnique de Zurich, qui les guideront dans leurs appréciations.

M. Schneider nous fait connaître la proposition des autorités militaires fédérales compétentes concernant l' établissement d' une carte de l' armée au I: 50,000, représentée dans la feuille d' études du Service topographique fédéral.

II nous montre ensuite la possibilité et les conditions de l' établissement de cartes d' une échelle plus grande, en prenant comme base la carte au 1: 50,000, proposée pour l' armée.

M. le Prof. Imhof démontre les avantages des cartes à grande échelle pour l' utilisation purement civile en comparaison avec le type au 1: 50,000. Il étudie en outre la proposition du Comité central de Zurich concernant la carte 3: 100,000.

Les conclusions de ces deux experts ont permis au Comité du Club alpin de formuler diverses demandes ( voir pages 299/300 de cette brochure ).

Les sections du Club alpin suisse sont priées de retourner au Comité central leurs réponses à ces questions jusqu' au 10 septembre 1932. L' étude des différentes réponses permettra au Comité central de formuler ses propositions concernant la suite à donner à la question de la nouvelle carte.

Procédés ultérieurs:

Les autorités militaires fédérales compétentes n' ont accepté jusqu' à maintenant que la proposition d' établissement d' une carte à l' usage de l' armée au 1: 50,000. Cette proposition sera soumise ensuite à une grande commission spécialement chargée de son étude. Le Club alpin suisse y sera également représenté ainsi que d' autres sociétés civiles et militaires.

Pour l' établissement des cartes militaires les plus urgentes, les décisions des autorités militaires fédérales seront évidemment prises en considération en premier lieu; néanmoins la grande commission ne sera pas liée formellement à ces propositions. Les divers délégués de ces sociétés auront l' occasion de formuler et de motiver leurs vœux spéciaux. Leurs propositions ne seront toutefois prises en considération que si elles ne s' opposent pas de prime abord au projet de carte de l' armée au 1: 50,000 et que si la réalisation de leurs vœux spéciaux n' implique aucun empêchement technique ou financier.

Le Comité central espère que les membres et les sections du Club alpin suisse, tenant compte des particularités énumérées, prendront position et feront parvenir leurs réponses au questionnaire.

L' assemblée des délégués du Club alpin devra, après délibérations, formuler son point de vue définitif dans la question de la nouvelle carte.

Nous espérons que ces propositions honoreront la mémoire des pionniers de la cartographie suisse des années 60 du siècle dernier et qu' elles seront une preuve de clairvoyance des membres actuels du Club alpin suisse.

Le Chef de publication du C.A.S.: Raschle.

Feedback