Le Tichodrome échelette

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Par H. Fragnière

Tichodroma muraria ( L. ) Avec 1 illustration ( 85S. Moléson ) Au cœur de la chaîne des Gastlosen, le col d' Oberberg meuble mon esprit pour les veillées de neige sale. C' est un décor pour les rêves sans sommeil, une toile de fond majestueuse dans le chaos des roches dévalées, dominant un chalet teinté d' argent sous le soleil d' été. La forêt du Stillwasserwald perd peu à peu de son ombre mystérieuse, tandis que les mousses s' illuminent entre les sapins noirs. Voici l' heure où les génisses lentes, craignant la chaleur du jour, se rapprochent des écuries. Et ce matin, en bordure du grand pierrier, deux chamois avaient brouté, deux vieux mâles solitaires, heureux de la paix de l' aube.

Tout à coup, venant de la muraille de la Pfadfluh, le cri d' un oiseau m' a fait lever la tête. Fugitive, une ombre a passé. Je la perds de vue un instant, puis la découvre à nouveau, tache grise sur la roche grise: le Tichodrome, oiseau, fleur et papillon.

De plus près, la vision si rapide se mue en enchantement. De la grosseur d' un moineau, l' oiseau aurait passé inaperçu si, pour explorer la paroi verticale et pour maintenir son équilibre de funambule, il n' entrouvrait ses ailes rouges et noires, marquées de blanc. Et le varappeur, s' il aime la nature ( ce que j' espère pour lui ), restera un instant arrêté dans son effort, émerveillé et curieux, à la fois, d' en savoir davantage...

Le Tichodrome n' était pas rare en Suisse, autrefois. Lorsque la neige le chassait de la montagne, il descendait jusqu' en plaine et on pouvait l' admirer à loisir sur les murs des vieilles tours et maisons de Fribourg, Lausanne, Berne... Hélas, il fut victime de sa confiance et de son plumage voyant. Les élégantes citadines ne se paraient pas, à la belle époque, que de plumes de paon! Les Tichodromes, pourchassés avec acharnement, en vinrent à diminuer de façon inquiétante, jusqu' au jour où la loi fédérale exigea leur protection absolue. Dès lors, le Tichodrome ne se voit plus que rarement en ville. Il préfère avec raison la solitude de la montagne, bien qu' il ait niché, durant plusieurs années, au château de Chillon.

C' est en mai que le Tichodrome bâtit son nid. Il choisit pour ce faire un endroit inaccessible, une faille haut placée dans la paroi de rocher. C' est une construction volumineuse, chaudement garnie de mousses, de crins, de poils, de plumes. Fin mai ou début juin, la ponte déposée est de trois ou quatre œufs blancs, légèrement ponctués de rouge. Et après trois semaines environ passées dans leur nid, c' est le départ des jeunes et la dislocation dans toute la zone montagneuse, du Jura ( je n' en ai vu qu' une seule fois au Chasseron ) aux Alpes, même en très haute altitude ( observation Burnier à la Bernina, 4055 m. ). Cette dislocation peut les entraîner plus loin encore. Géroudet signale l' espèce à l' île de Malte, aux Baléares, en Finlande.

Chez nous, la densité du Tichodrome est assez faible. Leur présence dépend sans doute de la nourriture qui se trouve sur les rochers ( larves d' insectes, araignées, petits mollusques ), et sans doute aussi de la dureté du climat. En outre, leur erratisme hivernal doit les exposer à bien des dangers dont l' Epervier n' est pas le moindre.

Cette rareté n' offre que plus d' attrait à l' observation du Tichodrome. Il accompagne l' alpiniste dans son ascension et le distrait de ses méditations par l' appel agréable qu' il lance de roche en roche.

Le Tichodrome est un ornement de nos Alpes. Il est facile à voir et à reconnaître, pour peu que l'on ait l' œil ouvert. J' aime le rencontrer dans les clairs matins de mai, tandis qu' au de la muraille de calcaire, dans les forêts sombres, le Pic noir pleure plaintivement et que le Tétras lyre envoie aux échos sa chanson d' amour.

Feedback