Les cabanes du Wildstrubel

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Peter Ritzmann, Zoug

Une imposante chaîne marque, au sud, l' hori de la Lenk dans le Simmental ( Oberland bernois ). Les habitants de cette station thermale d' hiver et d' été donnèrent, probablement au milieu du XVIIIe siècle, à cette région montagneuse qui culmine à plus de 3000 mètres, le nom de Wilde Strubel, de Grosse Strubel, pour l' appeler i La nouvelle cabane du Wildstrubel 2Weisshorn, Wildstrubel, Altels, Balmhorn; à droite: Glacier de la Plaine Morte 3L' ancienne cabane du Wildstrubel; à gauche: le Rohrbachstein Photos P. Zwahlen, photographe, La Lenk ensuite simplement Strubel ou encore Breiteis. De là sortit finalement le nom actuel de Wildstrubel, allusion probable à la haute falaise rocheuse qui domine la Lenk de ses sombres escarpements. Si le touriste y trouve d' impérieuses sollicitations, il lui est possible de bénéficier aussi, dans les régions plus basses, de quelques très belles promenades: les chutes de la Simme, le Fluhsee, petit lac dans un site exceptionnel, le col du Rawil, etc.

Les cabanes du Wildstrubel, à 2793 mètres d' alti, sont pour l' alpiniste un point de départ tout désigné pour des randonnées à ski et des parties de varappe sans grandes difficultés. De coordonnées 602 270 /136800, elles sont - en été seulement, cela va sans dire - facilement accessibles d' Iffigen ( point terminus pour les automobilistes ), par le chemin du col du Rawil qui monte en lacets raides et serrés. Peu avant le col, le chemin bifurque à gauche et, se dirigeant vers le sud-est, conduit aux cabanes en longeant le petit lac du Weisshorn. En hiver, on y grimpe de Montana par le Plan des Roses.

Le chemin d' été est bien construit, ce qui ne signifie pas qu' on doive le fouler en souliers de football, comme certaines gens que j' y ai rencontrés et qui avaient même l' intention de traverser, le lendemain, le glacier de la Plaine-Morte, pour gravir ensuite le sommet ouest du Wildstrubel.

J' ai parlé de cabanes, au pluriel. Pourquoi, en fait, y en a-t-il deux? Il n' est certes pas courant que deux cabanes du CAS soient bâties au même endroit. En voici brièvement l' explication:

A strictement parler, les deux cabanes s' appel: Rohrbachhaus pour la plus méridionale, et cabane du Wildstrubel pour celle qui est plus au nord. Et c' est pour simplifier qu' on nomme les deux cabanes ensemble cabanes du Wildstrubel.

On édifia d' abord, en 1902, la cabane du Wildstrubel en un lieu situé un peu plus haut que l' em actuel. Elle servait alors de refuge aux chasseurs, car, au tournant du siècle, on trouvait encore plus de chasseurs en haute montagne qu' à notre époque. En 1908, on construisit la Rohrbachhaus sur son site d' aujourd. Plus tard, quand la vogue croissante du tourisme hivernal rendit nécessaire une nouvelle cabane du Wildstrubel, la section de Berne du CAS choisit de l' édifier juste à côté de la Rohrbachhaus, d' autant plus que l' em précédent était quelque peu exposé.

Voici maintenant les principales excursions possibles:

Immédiatement au-dessus des cabanes s' élève le Weisshorn ( 2948 m ). C' est la montagne à vaches des cabanes du Wildstrubel, qu' on gravit facilement en marchant 25 minutes dans le neige. Même des promeneurs sans formation d' alpiniste peuvent atteindre ce belvédère, dont le sommet intéresse aussi l' armée.

Un peu plus longue est la montée au Rohrbachstein ( 2950 m ), mais on peut la faire en entier en un jour, y compris l' accès aux cabanes. A partir de celles-ci, le chemin conduit d' abord à un névé. On escaladera de préférence par le sud, en une varappe très facile, l' anguleuse tête de rocher bien visible de La Lenk; ( l' hiver, on posera les skis au pied du rocher ). Si le temps est beau, on y jouit d' une magnifique vue sur la couronne des Alpes valaisannes, tandis qu' au nord également l' alpi voit se déployer le beau panorama des montagnes de l' Oberland bernois.

Le Wildstrubel ( sommet ouest: 3243 m ) convient plutôt au ski de printemps. Toutefois les indications qui suivent sont pratiquement valables pour toute l' année. On peut gravir ce sommet soit de l' est ( Adelboden ), soit du nord ( par le Fluhseeli ) en une sérieuse ascension ( été seulement ). Pour la troisième possibilité, les cabanes du Wildstrubel sont de nouveau un point de départ idéal. On y prend un petit sentier qui conduit en une heure et quart environ, par la profonde dépression ( selle ) du pied sud du Weisshorn et le glacier de la Plaine-Morte, au pied du Strubel. De là, en tirant à gauche, à côté de quelques têtes rocheuses jaunâtres caractéristiques, de vagues traces de chemin conduisent au sommet ouest en une heure et demie, ce qui fait en tout, dès le départ des cabanes, environ deux heures trois quarts. Cette randonnée compte en général parmi 1 Montée à l' arête sud Bergseeschijen En bas: la nouvelle cabane Bergsee et le barrage 2Varappe à l' arête sud Bergseeschijen Photos Eberhard Kress, Tübingen les excursions faciles par conditions normales. En hiver, on y fera une magnifique descente de ski alpin, très « payante ». On aura avantage à choisir ensuite sa voie de retour sur Adelboden.

On escalade le Gletscherhorn ( 2943 m ), une tête rocheuse massive, en partant des cabanes et en passant par le glacier de la Plaine-Morte ( voir itinéraire du Wildstrubel ), mais le chemin bifurque vers la gauche i,6 km environ après la selle du Weisshorn, pour atteindre l' extrémité occidentale de l' arête sud-est du Gletscherhorn. On laisse à l' ouest la combe glaciaire, et l'on monte par la paroi sud-est, et ensuite par l' arête sud-est, qu' au sommet. L' excursion complète - et qui est à coup sûr « payante » - ne dure en tout qu' une heure et demie environ.

A l' ouest des cabanes du Wildstrubel s' élève le Mittaghorn ( 2686 m ), dont l' ascension se fait à partir du plateau du Rawil. De là, en une heure et demie, on atteint facilement le sommet par son flanc sud et en foulant pas mal d' éboulis. Mais la montée ne présente rien d' excessif. En hiver et au printemps, le Mittaghorn est certainement plus « payant » qu' en été, car on y jouit d' une belle descente.

Comme le lecteur a pu, croyons-nous, s' en rendre compte d' après ces brèves descriptions d' iti, on ne trouve pratiquement pas, en partant des cabanes du Wildstrubel, d' excursions difficiles. Et pourtant, pour le touriste désireux de fuir les pistes surpeuplées, cette région est particulièrement intéressante, et elle présente à l' alpiniste débutant de nombreuses possibilités d' escalade, surtout en été.

Mais on ne peut passer sous silence qu' elle offre aussi quelques itinéraires d' été franchement difficiles aux varappeurs exigeants qui partent de La Lenk, ne seraient-ce que les parois du Wildstrubel, au-dessus du Fluhseeli, et la région desservie par la cabane du Wildhorn.

On n' a pas mentionné le Schneehorn, le Tothorn, Les Faverges et le Wetzsteinhorn, car il est bien rare qu' on en entreprenne l' ascension à partir des cabanes du Wildstrubel.

Traduit de l' allemand par G.W.

Cartes et guides:

Carte nationale de la Suisse i: 50000, feuille 263, Wildstrubel. Guide du CAS, section de Berne, Alpes bernoises, vol. I.

Feedback