Les glaciers des Alpes suisses en 1974/75

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Extrait du g6e rapport de la Commission des glaciers de la SHSJV Peter Kasser et Markus Aellen Laboratoires de recherches hydrauliques, hydrologiques et glaciologiques ( VAW ) de l' EPFZ INTRODUCTION Les variations de longueur des glaciers suisses sont observées sur le réseau de la Commission des glaciers de la Société helvétique des sciences naturelles ( SHSN ). Dans l' état actuel, ce réseau comprend 115 langues glaciaires. Les travaux sur le terrain sont exécutés par 9 services forestiers cantonaux ( 81 glaciers ), les Laboratoires de recherches hydrauliques, hydrologiques et glaciologiques de I' EPFZ ( VAW, 16 glaciers ), six collaborateurs privés ( 13 ), deux sociétés de forces motrices ( 4 ) et l' Institut fédéral pour l' étude de la neige et des avalanches ( IFENA, i glacier ). Depuis 1964, les mensurations sont organisées et les résultats interprétés par les VAW. Nous devons de nombreuses mesures aériennes au Service topographique fédéral ( L + T ) et la Direction fédérale des mensurations cadastrales ( V + D ). L' étude des bilans de masse des glaciers d' Aletsch, de Gries ( Aegina ), de Limmern, de Plattalva et de Silvretta fait partie des programmes de recherches à long terme des VAW.

La description des conditions climatiques se fonde sur les rapports annuels de l' Institut suisse de météorologie ( ISM ), de l' Office fédéral pour l' économie hydraulique ( A + W ) et de l' IFENA, ainsi que sur les données provenant du réseau commun de stations d' observation de la neige de cet office et des VAW ( tableau 4 ). Le rapport sur les résidus de névé de M. A. Lemans ( tableau 1 ), celui de M. M. Schild' et les bulletins mensuels météorologiques de l' ISM ont fourni d' autres informations.

1 M. Schild: Schnee und Lawinen im Winter 1974/75, Bulletin mensuel du CAS 4/1976, pp. 58/59.

( Illustrations uà 18 ) conditions climatiques et d' enneigement de l' année 1974/75 Le déroulement des conditions météorologiques de l' exercice est présenté à la figure des pages 12 et 13; les températures journalières de Zurich, de Locarno-Monti et du Jungfraujoch sont comparées avec les moyennes journalières pluriannuelles; les précipitations quotidiennes de Zurich, de Locarno-Monti, du Säntis et de Sion sont également représentées. La hauteur de l' isotherme de zéro degré en atmosphère libre, mesurée à Payerne, permet une évaluation approximative de l' altitude où commence la transformation de neige en pluie.

Pour les glaciers, l' été 1974 s' est terminé par la situation cyclonale occidentale du 22 au 26 septembre, avec des chutes de neige jusqu' à 1300 mètres d' altitude. Le manteau hivernal permanent des glaciers s' est formé du 28 au 30 septembre, à la suite d' abondantes chutes de neige, tout d' abord au sud et à l' ouest, puis à l' est. La couche de neige a augmenté pendant le mois d' oc qui fut partout très froid et riche en précipitations, sauf au sud des Alpes. Pour toutes les régions des Alpes suisses, le total des précipitations hivernales ( d' octobre à avril ) a été supérieur à la moyenne pluriannuelle. Pour la plupart des stations situées entre 1250 à 2500 mètres d' altitude, la hauteur de la couche neigeuse et son équivalent en eau ont atteint leurs maxima dans la première quinzaine du mois d' avril ( à plusieurs endroits avec de nouveaux records ). La longue période de chaleurtìe la mi-novembre à la mi-mars a été tout à fait extraordinaire. Pendant cette période, les températuresont pour la plupart du temps dépassé sensiblement les valeurs moyennes en basses alti- tudes. En outre, en février, la durée d' ensoleille a été supérieure à la moyenne dans toutes les régions et à toutes les altitudes. Cet hiver particulièrement doux n' a pratiquement eu aucun effet sur le bilan de masse des glaciers, car les quantités d' eaux de fonte, faibles à ces altitudes, ont été retenues et en partie regelées dans l' épaisse couverture neigeuse. Contrairement aux quantités de neige, qui furent supérieures à la moyenne à haute altitude, un manque de neige important a été enregistré au-dessous de iooo mètres environ. Aux altitudes moyennes, la couverture neigeuse, qui pouvait atteindre plusieurs mètres de profondeur, a commence à glisser fortement sur le terrain herbeux, causant de gros dommages de fluage aux constructions et surtout à la végétation. D' autres problèmes ont été posés par la poussée précoce des plantes. Le danger d' avalanche pour les touristes fut généralement petit, grâce au bon tassement et par conséquent à la consolidation de la couverture neigeuse. Mais les chutes de neige abondantes tombées du 4 au 7 avril ( avec des valeurs de neige fraîche cumulée dépassant 250 cm à quelques endroits de la région centrale des Alpes ) ont provoqué à court terme une situation catastrophique. Pendant le week-end du 5 au 6 avril, on a dénombré quelque 850 avalanches destructives qui ont fait 14 victimes et anéanti de nombreux biens. Pendant l' hiver 1974/75, 27 personnes ont péri en Suisse de la mort blanche.

Partout la somme des précipitations de mai à septembre ne s' est que peu écartée de la moyenne pluriannuelle. La fonte des neiges a été retardée par les chutes de neige des 3 et 4 mai, du début de juin et des 18, 19 et 30 du même mois. L' enneige continu au Weissfluhjoch ( 2450 m ) s' est étendu du 23 septembre au 29 juillet, soit pendant 309 jours. Depuis le début des observations ( 1936/ 37 ), cette valeur ne fut dépassée de cinq jours qu' en 1973/74. Par conséquent, fete 1974 au Weissfluhjoch a été très court: 52 jours. Dans toutes les Alpes suisses, la température moyenne estivale ( de mai à septembre 1975 ) ne s' est que peu écartée de la normale. En été un déficit d' en soleillement a été constate à l' ouest et en Suisse centrale. Il y eut tout de même quelques périodes chaudes, accompagnées de fontes intensives. Après trois semaines de chaleur excessive, la période d' ablation de fete 1975 s' est terminée brusquement par la dépression de l' Europe centrale du Io au 13 octobre, qui a apporté, au nord des Alpes, des chutes de neige jusqu' à 600 mètres d' altitude. Au Tessin, les 12 et 13 du même mois, la neige est descendue jusqu' au fond des vallées.

L' année hydrologique 1974/1975 a été favorable aux glaciers, qui ont augmenté de volume. L' écoulement annuel dans les bassins versants englacés s' est avéré un peu plus important que la norme pluriannuelle dans l' Oberland bernois. Il a été plus faible en Valais, de valeur égale dans les autres régions glaciaires, car le déficit d' ablation de glace a été plus ou moins compensé par une fonte de neige supérieure à la moyenne. En accord avec les précipitations abondantes, les bassins non glaciaires ont fourni des débits nettement plus élevés que les valeurs moyennes.

CHRONIQUE DES GLACIERS a ) Activité et événements particuliers Les périodes de beau temps, vers la fin de l' exer 1974/75, ont permis de recenser l' état actuel d' environ 150 glaciers, soit par mensurations terrestres, soit par vols photogrammétriques. 107 glaciers observés appartiennent au réseau établi par la Commission des glaciers pour l' observation à long terme des variations glaciaires dues aux changements des conditions climatiques; ^gla-ciers sont étudiés de façon détaillée et régulière, sur le terrain ou à l' aide de clichés aériens, par les VAW. Cette étude s' accomplit dans le cadre des enquêtes menées d' une part au sein du groupe constitué pour l' observation des glaciers dangereux et d' autre part en connexion avec divers problèmes pratiques, traités à la demande de tierces personnes ou d' institutions. L' observation des 30 autres glaciers, qui ne font pas partie d' un réseau

TEMPERATURE(moyenne journalière ), PRECIPITATIONS ( somme journalière ) ET ALTITUDE DE L' ISOTHERME O °C ( Radiosondages I3h ) en 1974/75

°C 20 Zurich MZA 569 m.s.m.

111111111111111 TEMPÉRATURE moyenne journalière i PRÉCIPITATIONS somme journalière -10

11

11!

Sept. Oct.

Nov. I Dec. Jan. | Fév Mars I i i i i i i i n i i i i i i Locarno-Mon ti 379 m.s.m TEMPERATURE moyenne journalière 20 moyenne 1901/60 PRECIPITATIONS somme iournalière mm 50

Avril

L

.1

Mai Juin Juil.

Août Sept.

Oct.

observé de façon régulière, a été facilitée par les vols photogrammétriques effectués par L + T pour la révision de la Carte nationale. Bien que, même en automne-, quelques langues aient été complètement ou partiellement recouvertes par des restes de la puissante couche de neige de l' hiver précédent, nous avons pu donner ( pour les 107 glaciers observés du réseau ) la direction et, à six exceptions près, la longueur du déplacement du front glaciaire. Nous les avons comparées aux dernières mesures qui, dans 41 cas, datent de deux ou même de plusieurs années. Grâce aux efforts des observateurs, le nombre de glaciers mesurés au sol a atteint le total réjouissant de 96, dont 70 ont été observés par les services forestiers des cantons du Valais ( 22 ), de Vaud ( 2 ), de Berne ( to ), d' Uri ( 9 ), d' Obwald ( 2 ), de Glaris ( 3 ), de Saint-Gall ( 2 ), des Grisons ( 16 ) et du Tessin ( 4 ), 12 par les VAW, i 12 par les collaborateurs privés: MM. P. Mercier ( q ), R. Zimmermann ( i),J.L. Blanc ( 3 ), H. et V. Boss ( 2 ), E. Hodel ( 1 ) et A. Godenzi ( 1 ), et 1 par la Société des forces motrices de Mauvoisin. Pour 12 glaciers, les résultats ont été obtenus grâce aux photos aériennes prises par L + T et V + D, et dépouillés soit par photogrammétrie ( 4 ), soit par comparaison visuelle avec les photos aériennes, prises les années précédentes. Une restitution photogrammétrique a été réalisée ( comme ces dernières années ) pour le glacier de l' Allalin par l' Institut de géodésie de l' EPFZ ( pour les VAW ), pour le glacier de Giétro par le Bureau de mensurations H. Leupin à Berne ( pour les Forces motrices de Mauvoisin ), et pour les 2 glaciers de l' Aar par le Bureau de mensurations A. Flotron de Meiringen ( pour les Forces motrices d' Ober ). En outre, nous avons reçu des photos aériennes de 30 glaciers du réseau mesurés au sol. Une liste complète des prises de vue verticales effectuées en 1975 par L + T et V + D ( dont la moitié environ provient de vols répétés annuellement ) sera publiée dans le 96e rapport complet ( qui paraîtra ) en 1978. Pour l' exercice 1974/75, le réseau d' observations de la Commission des glaciers n' a pas changé. On notera cependant une petite modification dans la compilation statistique du tableau 2 qui - contrairement au passé - ne comprend plus seulement le réseau de 105 glaciers, tel qu' il est défini dans le 84e rapport. Il donne, en effet, les résultats d' un réseau porté à 115 langues observées. Des changements de personnel dans les services forestiers des cantons du Valais et de Berne concernent aussi l' observation des glaciers: M. H. Dorsaz, inspecteur cantonal des forêts à Sion, et M. H. Vogt, inspecteur du district forestier d' Oberhasli à Meiringen, ont pris leur retraite. Au nom de la Commission des glaciers, nous les remercions tous deux très vivement de leur fidèle collaboration et de leur engagement personnel, dont nous avons profité pendant des dizaines d' années: M. H. Dorsaz a relevé les mesures des glaciers du 4e district forestier du Valais ( Souste ) de 1940 à 1964, et dans tout le canton pendant les 12 années suivantes; M. H. Vogt a assuré la continuité des mesures du glacier de Stein, commencées déjà au siècle dernier et il a entrepris ou continué l' observation des langues glaciaires du Gauli, Steinlimmi, Trift et Rosenlaui. Le nouvel inspecteur cantonal des forêts à Sion, M. H. Andenmatten, en qualité d' inspecteur du district forestier de Souste, s' est chargé pendant bien des années, et de manière impeccable, des mesures des glaciers de son rayon. Son successeur est l' ingénieur forestier M. M. Borter. Le Dr Sträub, le nouvel inspecteur du district de Meiringen/Oberhasli, a procédé à des mesures de glacier pendant son stage dans le Bas-Valais. Nous souhaitons la bienvenue aux nouveaux collaborateurs de la Commission des glaciers et nous voudrions, par la même occasion, adresser nos sincères remerciements aux collaborateurs qui nous ont quittés et dire également notre gratitude à tous les autres collaborateurs qui nous remettent régulièrement leurs rapports. Chaque observation représente un élément valable et important pour l' observation des variations des glaciers des Alpes suisses.

Depuis quelques années, les travaux de glaciologie appliquée des VAW se sont orientés de plus en plus vers des problèmes de sécurité. Ainsi le glacier de Gruben dans la vallée de Saas a été de nouveau un centre d' activité. Dans les rapports précédents, nous avons décrit à plusieurs reprises les ruptures de 1968 et de 1970, les vidanges artificielles du lac retenu par le glacier ainsi que les autres mesures de consolidation prises à son émissaire, le Fällbach. Les chutes de glace périodiques au front du glacier, raide et parfois en surplomb, augmentent l' étendue du lac d' année en année. Il est donc devenu nécessaire d' approfondir l' étude de cette partie du glacier, commencée il y a quelques années par des sondages à la foreuse mécanique. La nouvelle foreuse hydrothermique, développée par les VAW pour atteindre de grandes profondeurs, a permis de procéder en moins de trois semaines à 40 forages de sondage supplémentaires, profonds en moyenne de 25 mètres. On a constaté alors que, même à son niveau actuel maintenu artificiellement bas, le lac n' est retenu qu' en partie par une espèce de digue naturelle formée par la moraine de fond, mais que, à certains endroits, il est barré par la glace elle-même. Les températures mesurées dans les trous de forage nous font penser que la glace des parties latérales de la langue est quasiment soudée à son lit par le gel. Comme la première fois, quelques forages ont produit de l' eau sous pression artésienne. Dans d' autres forages, en revanche, le niveau de l' eau s' abaissait sans jamais descendre au-dessous du niveau du lac. Une telle variabilité de la pression de l' eau peut s' expliquer par un système de drainage déficient dans la région observée. Une nouvelle et brusque vidange du lac ne semble guère possible actuellement. Mais l' élargissement continuel du lac au détriment de son endiguement naturel exige que l'on continue les observations et que l'on suive le développement en cours. Il conviendra d' envisager également de nouvelles mesures de sécurité au cas où les travaux de consolidation effectués jusqu' ici se révéleraient insuffisants.

Lors des travaux de forage à Gruben, il a été possible, une fois de plus, de mesurer jusqu' au moment de la rupture le mouvement relatif d' un sérac lamellaire qui se détachait du front glaciaire. La courbe démontrant l' accélération du mouvement de la glace jusqu' à la chute est en bonne corrélation avec les résultats de l' année précédente. Les VAW ont analysé mathématiquement les courbes de vitesse de masses glaciaires accélérées qu' on a pu observer ces dernières années au glacier du Gruben et au Weisshorn et s' efforcent d' autre part de les reproduire par un modèle physique bidimensionnel. Avec la collaboration des ateliers mécaniques R. Sarbach à St-Nicolas VS, équipés entre autres pour le développement d' instruments spéciaux de glaciologie, on a perfectionné le système mécanique pour l' enre du mouvement glaciaire, mis à l' épreuve déjà au Weisshorn. Sur commande des Forces motrices de Mauvoisin, la même maison reconstruit le cryocinégraphe - également mécanique - qui avait été installé au glacier de Giétro en 1968 et qui fut détruit par une grosse avalanche en hiver 1974/75. La nouvelle construction est quelque peu modifiée et placée mieux à l' abri des avalanches: la masse qui tend le câble de mesure est suspendue au sommet d' une paroi de rocher verticale et non plus dans un pylône grillagé exposé sur un ressaut rocheux.

Dans les mesures des variations à court terme du mouvement glaciaire faites par les VAW sur différents glaciers, les aspects scientifiques de recherche fondamentale restent au premier plan. A l' aide de 2 caméras automatiques installées à l' Aletsch, d' une au Gorner et de celle de A. Flotron à l' Unteraar, on a fait des mesures quotidiennes pendant des périodes allant de quelques semaines jusqu' à une année entière. En outre, des mesures avec le théodolite à intervalles biquoti-diens, portant sur des périodes de plusieurs jours, ont été exécutées en juin et juillet, à plusieurs endroits de l' Unteraar. Le soulèvement de la surface du glacier d' environ un demi-mètre est un phénomène particulièrement intéressant qui se présente lors du maximum de vitesse en coïncidence avec la fonte des neiges. Il a été observé t Le glacier de Fie sch, vu de la « Wange »; au fond, à gauche: le Finsteraar Rothorn ( 3530 m ), à droite: l' Oberaarhorn ( 3638 m ) 2Crevasse sur le glacier d' Aletsch 3 Mature morte alpine au bord du glacier d' Aletsch 4Le Finsteraarhorn ( 42J4 m ) et sa paroi est dominant le glacier Studer pour la première fois par A. Flotron et s' est reproduit comme prévu pendant l' exercice, et dans des proportions équivalentes, tant à l' Unteraar qu' aux autres endroits observés. De plus, il a été prouvé que les variations du mouvement glaciaire correspondent aux changements du temps et sont donc plus ou moins simultanées pour les différents points d' observation. L' interprétation de ce phénomène fait partie d' un programme scientifique réalisé par les VAW avec l' appui du Fonds national suisse pour la recherche scientifique. L' objectif de ce programme est l' étude des eaux intra- et sous-glaciaires en général, et l' analyse de l' influence de ces eaux sur le mouvement glaciaire en particulier.

Dans le cadre de ce même programme, pendant l' exercice, les VAW ont poursuivi des études commencées en 1973 sur la nappe phréatique de l' Ewigschneefeld. En 1975, les forages nécessaires Tableau 1 ' .Somme des moyennes journalières positives delà température ( ZC ) de mai à septembre Station Altitude mètres sur mer a ) Stations d' observation Gütsch2287 Säntis22500 Weissfluhjoch2667 Jungfraujoch ( Sphinx ) 3578 Payerne ( 700 mb)3 3100 Munich ( 700 33' oo Milan ( 700 mb)33100 b ) Extrapolations pour les névés de Clariden42 700 Clariden42900 Silvrettas2750 Jungfraufirn ( P3)63350 1 Extrait de A. Lemans, « Der Firnzuwachs pro 1974/75 in einigen schweizerischen Firngebieten », 62. Bericht, Zürich 1976

2 Valeurs corrigées par A. Lemans et qui sont comparables avec les longues séries d' avant i960.

3 Observations dans l' atmosphère libre, faites au moyen de radiosondages au niveau 700 mb = environ 3100 mètres sur mer ( valeurs moyennes des sondages de 1 heure et 13 heures, calculées par G. Gensler ).

> Valeurs extrapolées d' après Gütsch.

5 Valeurs extrapolées d' après Weissfluhjoch.

6 Valeurs extrapolées d' après Jungfraujoch-Sphinx.

5Vue du Finster aarhorn sur le Gross-Wannenhorn, le Schönbühlhorn, le Fiescher Gabelhorn et l' Aletschhorn. A l' arrière: les Alpes valaisannes 6Vue de l' Oberaarhorn sur le glacier de l' Oberaar, le lac de l' Oberaar et l' arête de l' Aar Photos Karl-Wilhelm Specht, Mühlheitn a.d. Ruhr à ces fins ont été espacés, de sorte qu' ils puissent servir en même temps aux sondages électriques pour localiser les fils de cuivre nus et câbles isolés, déposés chaque automne, de 1962 à 1972, dans le même profil transversal, à la surface du névé. Par la méthode à courant alternatif on a réussi à localiser avec une précision de ± 20 centimètres les câbles doubles posés en 1969, 1971 et 1972, qui entre-temps ont été ensevelis à des profondeurs de 22,4, 16,5 et 14,0 mètres respectivement. Au milieu du glacier, ils s' étaient éloignés de leur position initiale d' environ 150, 100 et 75 mètres respectivement. Les tentatives de déceler, par la méthode à courant continu, la position des fils et câbles posés précédemment ont échoué, en partie à cause des difficultés rencontrées lors de l' inter des résultats, en partie à cause du mauvais temps. Ces mesures modifiées auraient permis de déceler les sources d' erreurs. Ces deux Mai/septembre 1973 Mai/septembre 1974 27+ 3C septembre' 975 z+ =c 943 790 834 684 502 686 683 524 625 79 61 48 316 224 264 215 241 399 382 305 609 486 r,,„ 353 621 474 567 153 117 -*,.

7 Au sommet de VAiguille du Chardonnet ( 3824 m ): vue sur 9 Le versant Argentière de l' Aiguille Verte, photographié de l' Aiguille Verte et le Mont Blancl' arête est du Chardonnet 8 Cabane du Trient et A iguilles Dorées Photos Ruedi Sauser, Sigriswil ( il à 14 ) méthodes électriques ont été étudiées et comparées dans le cadre d' une thèse2 avec d' autres méthodes pour la détermination des bilans spécifiques annuels de masse, dans les zones à très forte accumulation de neige.

Par chance, cette année il n' y a eu aucun dommage grave dû à l' activité des glaciers. La situation d' avalanches au mois d' avril a eu des conséquences catastrophiques, surtout en dehors des 2 P. Föhn: « Methoden der Massenbilanzmessung bei grossen Schneehöhen, untersucht im Firngebiet des Grossen Aletschgletschers. » Beiträge zur Geologie der Schweiz -Hydrologie Nr. 20, Diss. ETH Zürich, 1972.

Tableau 2. Variations de longueur des glaciers 1972/73 à 1974/75 Récapitulation I972/73I973/741974/75 Réseau d' observationNombre de glaciers114115115 Non observésNombre de glaciers12368' ObservésNombre de glaciers10279107 Incertains Nombre de glaciers630 En régime connu Nombre96100,0 ) 76100,0 ) 107 ( 100,0 ) En crueNombre2526,1 ) 3019.;, 56 ( 52,3)* StationnairesNombre88,3148,4 ) 11 ( 10,3 ) J En décrueNombre6365,6 ) 3242,1 ) 40 ( 37>4)4 Variation moyenne Mètres par glacier10,397>O45>56 de longueurNombre786656 ) s Remarques: Les notes 1 à 5 se réfèrent aux glaciers qui, au tableau 5, ont le numéro suivant:

19566495 101 103 110 M15.

212810111213 19 212526 2728373839 41 42 43 47 53545759606163 66 676869 70717375 76 77 78 79 81 82878990919699 100 104 107 109 in 114 117 118 120.

.'672045465562 72 748597.

4 34514151617 18 222324 2930313233 34 35 36 40 44484950515258 65 808384 8688929394 98 102 105 106 s Pour le calcul de la variation moyenne de longueur, on n' a pas tenu compte des résultats de 51 glaciers. Ils ont été éliminés pour les raisons suivantes:

- Contact avec un lac d' accumulation: 3 4 50 51.

- Valeur pour 2 ans:12 14 16 18 24 25 29 30 31 32 34 363940425354 65 72 73 77 80 818398 102 104 111.

- Valeur pour 3 ans: 414748597576 79 84 88 91 99 100.

- Valeur pour 4 ans :82.

- Non chiffré: 2644495871 107.

10 Paroi glaciaire du versant nord du Dôme de Miage Photo Erich Vanis, Vienne régions glaciaires. Toutefois, quelques grosses avalanches ont laissé des traces visibles sur les glaciers jusqu' en plein été. A PAletsch et au Giétro, des avalanches de neige poudreuse et des plaques de neige immenses ont pénétré, en dépassant de bien loin leur zone de dépôt habituelle au pied de la pente, jusqu' au centre des grands replats au milieu du glacier. Une avalanche de neige poudreuse tombant du Bettmerhorn a atteint la langue du glacier d' Aletsch en sautant par-dessus le bivouac des glaciologues, installé à Rotloch il y a sept ans, à un endroit présumé sûr. Par chance, la baraque, complètement enfouie sous la neige et située à l' abri d' une grande tête rocheuse, n' eut pas à subir le choc total de l' avalanche et resta intacte. Moins fortunée, comme nous l' avons déjà dit, a été l' installation cryocinégraphique au glacier de Giétro, qui fut complètement détruite et précipitée dans le lac de Mauvoisin par une avalanche tombée du Mont Pleureur, au début ou au milieu de l' hiver déjà. Pendant la fonte des neiges on a vu assez fréquemment s' écrouler des dépôts morainiques, surtout des anciennes moraines latérales très abruptes. Il faut présumer que, par suite de la fonte des masses extraordinaires de neige — bien plus tard dans la raison qu' aux années normales —, les terrains instables, saturés d' eau, se Tableau 3. Bilans annuels de masse de quelques glaciers Giaci, Année de bilan 3 Gries 9.10.72 7.10.73 7. 10. 73 -18. 10. 74 18. 10. 74- 6.10. 75 5 et 6 Aletsch 1. 10. 72-30. 9. 73 1. 10.73-30. 9.74 1. 10.74-30. 9.75 78 Limmern et H4Plattalva 11. 9.72 12. 73' 2 9.73- 39-74 3- 9- 74- 99- 75 90 Silvretta 21. 9.7218. 9. 73' 8 9- 73-!7- 9-74 17. 9.74-16. 9.75 1 En admettant une densité de la glace de 0,9 g/crn^. Les chiffres en italique sont des valeurs corrigées, différentes de celles qui ont été publiées précédemment.

2 1 kg/m2 correspond à 1 millimètre d' eau. .'Surface estimée pour le 9 octobre 1971.

4 Valeurs déterminées par intégration des zones à bilans spécifiques égaux.

s Surface estimée pour le 6 octobre 1975.

6 Surface totale des glaciers situés dans le bassin de la Massa, du 6 septembre 1973. Référence: F. Müller, T. Catlisch und G. Müller, « Firn und Eis der Schweizer Alpen. Gletscherinventar », Zurich 1976. .'Valeurs déterminées selon la méthode hydrologique. 8 Valeurs corrigées, différentes de celles publiées précédemment. » Valeur estimée pour le 18 septembre 1974. 10 Valeur estimée pour le 11 septembre 1975. " Surface du 11 septembre 1969. 12 Surface du 12 septembre 1973.

sont transformés en coulées de boue dévalant les pentes et recouvrant la neige encore présente et parfois les parties marginales du glacier.

Avec l' exercice de 1973/74, ^a Décennie hydrologique internationale ( DHI ) s' est terminée. L' analyse des observations faites sur les variations des glaciers des Alpes suisses pendant cette période a permis de faire une évaluation détaillée des résultats de l' exercice3.

:'P .Kasser et M. Aellen: « Les variations des glaciers suisses en 1974/75 et quelques indications sur les résultats récoltés pendant la Décennie hydrologique internationale de 1964/ 1965 à 1973/1974 ». Houille Blanche, N° 7/8, 1976.

Surfaces Bilans Bilans Ligne glaciaires totaux spécifiques d' équilibre £.,*'K mètres km2 io1' m glace kg/m22 sur mer 6,307 8j24 — I 1164 3070 6,3O3uj4 I594 2950 6,2859544 + 2804 2720 128,56 » 755' z1 - 5297' 8 128,46 » + 99531 + 70'.8 128,45 " » + 79 8397 + 5597 3,29 "

— 3692I OIO4 2900 3.29 "

+ 311854 2750 3.29 "

+ 2 0954 + 573 "

2420 i5' 2 - 4246I 2I34- 8 2980 3,i512 + 2 6047444-8 2560 3,1512 + 2 7694 + 7914 2580 b ) Bilan annuel Le tableau 3 présente le bilan de masse des trois dernières années pour les 4 glaciers contrôlés par les VAW. Le bilan total donne le gain ou la perte en volume de glace. Le bilan spécifique se rap- Tableau 4. Enneigement de l' hiver 1974/75 StationAltitudePériode d' enneigement continumètresPremier DernierDurée sur merjourjourjours Leysin 125021.10.20.4.181 Grindelwald-Bort.... 157025. 9.18.5.236 Grimsel ]9723. 9.15.7.296 Stoos 129029. 9.15-5.229 Andermatt 144025. g.2 2.6.251 Trübsee 180025. 9.7.7.286 Schwägalp 129025. 9.16.5.234 Braunwald 132025. 9.23.5.241 Malbun 160025. 9.7-5235 Ulrichen 134526. 9.15.5.232 Zermatt 161020. io.12.5.205 Bourg-St-Pierre'6507 .io.324-4200 Mauvoisin 1840 Klosters E\V 12008. 10.13-5.218 Davos-Dorf 15608.10.10.5.215 Zervreila 173525. 9.27.5.245 Weissfiuhjoch 254023. 9.28.7.309 La Drossa 17107.10.2.5.218 Pontresina 18406.11.3O-475 Berninahäuser 204923. 9.15.5.234* Simplon Hospiz 200012.10.7.6.238* Ambri 10008. I.20.4.102 Bosco-Gurin 15105.11.20.5.197 Poschiavo 101417. 1.423.2.37 San Bernardino-Dorf 16308.10.21.5.225 Maloja 182029. 9.24.5.238 1 Sans neige du 18 février au 9 mars.

2 Sans neige le 28 septembre et le 5 octobre. .'Sans neige le 18 novembre.

< Sans neige le 11 février.

* Valeurs et dates interpolées.

porte à l' épaisseur de la couche d' eau que produirait ce gain ou cette perte répartis sur la surface totale du glacier; il permet de comparer directement les résultats obtenus pour les différents glaciers.

Après une période d' accumulation extrême- Hauteur maximale de la couche de neige Valeur maximale de l' équivalent en eau di la couche de neige cm Date mm Date 75 220 602 11.4. 7.4. 11.4.

1 36 " 77 3L3-16.4.

245 326 440 11.4. 7.4. 11.4.

730 939 1406 12.4.

15-4-16.4.

255 286 220 11.4. 11.4. n. 4.

828 1026 462 14.4. 16.4. 21.4.

260 172 1 10 - 7(l 6.4. n.3.

7.4. 11.4.

741 389 276 »:,7 I5-4-15-4-16.4. 14.4.

205 138 260 322 11.4.

11. + 12.4. 10.4. 11.4.

624 686 1171 5-4-15-4-5-4->5-5- 157 143 2 21 ) 6.4. 10.4.

10.+ 11.4.

418 12.4.

28O 11.3.

IO2 32O 5-4-7.4.

710 11.4.

43 295 285 20.3.

10.4. 10.4.

765 731' 5 Tableau 5. Variation de longueur des glaciers 1974/75.

N° Glacier Ct. Variations en mètres'973/74 Bassin du Rhône ( H ) 1 e RhoneVS2,8 2e MuttVS2,1 3 e Gries ( Aegina ) VS6,7 4e FiescherVS23,8 5 e Grosser AletschVS40,5 106 MittelaletschVS10,6 6e Oberaletsch VS7,9 7 e Kaltwasser VSn 8e Tälliboden VS0,2 9e OfentalVSn 10e SchwarzbergVS1,0 ne AllalinVS10,8 12e Kessjen VSx 13e Fee ( Nordzunge ) VS17 ca.

14 GornerVSn 15e ZmuttVS32 16 FindelenVSn 107e BisVSx 17e RiedVS9,1 18e Lang .VSn 19e Turtmann ( West)VS5,5 20e Brunegg ( Turtmann-Ost ) ...VS1,6 21 e Bella TolaVS0,6 22e ZinalVS33 23 MorningVSx 24 Moiry VSn 25Ferpècle VSx ) 26e Mont MinéVSx 27Bas d'Arolla VS7 28Tsidjiore NouveVS8 29Cheillon VSn 30En DarreyVSn 31Grand DésertVSn 32 Mont Fort ( Tortin)VSn 33e Tsanfleuron VSst 34e OtemmaVSx 35 Mont DurandVSst 36 e Breney VSn 37e GiétroVSst 38 e CorbassièreVS12 39e ValsoreyVSn 40TseudetVSn 41 e BoveyreVSn 42Saleina VSn 43e TrientVS12,6 44 e Paneyrosse VD st 45 e Grand Plan NévéVD st 46 e Martinets VD st 47 e Sex RougeVD st 48e PrapioVD5 ca.

49 e PierredarVD15 ca.

Altitude m s. m.

.'975 d Jour et mois de l' observation 197319741975 I974''75 + i7,o 2124 16. 9.

521. 9 + 3,4 2626 16. 9.

.'5- 9- 21. 9 — 6,2 2371 11.10.

20.11.

10.10 — 30,i 1654 4- 9- 12.

9- 1.10,2,O 1506 5- 9- 18.

9- n. 9, 4,6 224974 19- 9-'3- 9- n. 9.

st 2133,7 9- 9- 7- 9- 17- 9- st — n n 2.10, + 8,6 2628 1.10.

25- 9- 29- 9 n — n n n + 8,3 2660 28. 9.

28.

. ' ) 26. 9.

+ 44,0 2316 5- 9- 13- 9- 22. 9.

+ 4,72 "

2852 25- 9- 3- 9- 23- 9I5ca.

— 31.10.

3- 9- 2.10.

— 62,62a 2060 18.10.

n 30. 10.

— 6,2 2232 21. 8.

20.

8.

19. 8.

- 34,7 2 "

2482,2 61 17.10.

n 12. 9.

+ X — 5- 9- 13- 9- 2.10.

— 4,5 2047 29- 9- 27- 9- 27- 938 2a 2005 27.10.

n 19.10.

+'3.3 2265 2.11.

21.

9- 4.10.

0,0 2463 2.11.

21.

ìl- 4.10.

+ 18,3 — 3.10.

12.

20. 9.

— 82 2000 3.10.

[9.

9- 1.10.

- 6,3 2315 6S 3.10.

!9- 9- 4.10.

__ 2 2a 2438« 6.10.

n 24.10.

+ 1,82a 2U5ca.

9.10.

20.

8.

2. 10.

+ X i960 ca.

9.10.

20.

8.

2.10.

+ 16 2 149 67 6.10.

15.

IO.

3.10.

+'3 2262 M 6.10.

!5- IO.

3.10.

— 58,32a — 30- 9- n 27- 952,72 "

2475 04 29- 9- n 26. 9.

- 352 "

2800 64 11.10.

11 8.10.

5,62 "

274O 67 24. 9.

n 8.10.

— 79.10.

7- 8.

27- 997 2 "

242O 72 29- 9- 10.

9- 17- 910 229O ^ 29- 9- 11.

9- 18. 9.

- 332a 257O 05 29- 9- n [7- 95.3 2480 ca.

5- 9-'3- 8.

6.10.

+ 9 2190 3- 9- 29.

H.

8. 9.

+ 10,22a 2395 17.10.

n 7.1022,02a 2424 17.10.

n 7.10 + I I ,o3a 2603 n n 7.10 + 33,5 2 "

7' 3 17.10.

n 8.10 + 10,0 1764 24. 8.

7- 8.

22. 10 — X — 29.10.

7- 8.

6.10 st — 29.10.

7- il.

6.10 st — 17. 8.

7- 8.

6.10 + 2,83a — 5- 9- 7- il.

20. 82,o3a — 27.10.

7- H.

26.10 — x — 5- 9- 7- il.

6.10 N° Glacier Ct. Variations en mètres 973/74 Bassin de l Aar ( la ) 5oe Oberaar BE24,06,g 51e UnteraarBE13,514,4 52GauliBE2i,58,8 53e Stein BEn372a 54e Steinlimmi BEn8,52a 55 e TriftBE5 ca.st 56RosenlauiBE15 ca.n 57 e Oberer Grindelwald BE35 ca.17 58 e Unterer GrindelwaldBExx 59e EigerBE10 ca.24,9^ 6oe Tschingel BEst7,6 61 e GamchiBE4,38,6 109Alpetli ( Kanderfirn ) BE0,72,3 110LötschenBExn 62 e Schwarz BE1,70,8 63Lämmern BE2,04,0 64BlümlisalpBE5 ca.n 111 e AmmertenBEn7,52a 65e Rätzli BEn132a Bassin de la Reu s s ( Ih ) 66e TiefenUR + 3,7 67e St.Anna UR — 0,5 68e ChelenUR + 10,3 69e Rotfirn ( Nord)UR — 6,0 70e DammaUR + 2,2 71 e WallenburUR — 0,2 72e BrunniUR ( —350 ca. ) 73e HüfiUR5ca. ) 74e Griess ( Unterschachen)UR — 5,5 75 e Firnalpeli OWn 76e Griessen ( Obwalden)OWn Bassin de la Limmat ( le ) 77e BifertenGL 78 e LimmernGL 114e PlattalvaGL 79e SulzGL 80e Glärnisch GL !iir Pizol SG Bassin du Rhin, ( Id ) 82 e Lavaz GR 83e PuntegliasGR 84e LentaGR 85e VorabGR 86e Paradies GR Altitude ms. m.

975 d Jour et mois de l' observation 1973974197. ) 974/75 2220 ca. 1937 ca. 2092 24. 8.

24. 8.

14. 9.

299- 299- 24. 8.

6- 9-1.10.

26.10. 22. 8.

25- 9-29- 9-6. 9. 28.10. 20. 9.

20. 9.

7- 9-28. 9.

3.10.

39-'39- n 11 n. 9.

11. 9. 18.11.

11. 9.

11. 9.

n. 9.

7- 9- 5- 9- 39- 20. 9.

99- 11.9.

n n 22.9.

22. 9.

2. 9.

11. 9.

11.9.

239-n 16. 11.

239- 24. 9.

259- 20. 9.

11.9. n 11. 9.

16. 9. n 49-3.10.

1230 ca.

123070 2130 2270' 99 2240 2240 2502 2345 2356 3 2492 "

8 2592 « 16,5 2128 4,5 2031 13,8 2044 X 2240 jS.

2310 5,52a 1740 2212' i 49>93a — ,3.

— 29- 9- 5- 9- 20.

9' 7 9- 3- 9- 18.

9 6.10.

16.

< ) 17, 9 6. io.

16.

9- 7- 9 6. io.

9- 7- 9 4. io.

7- 9- 9- 9 14. 8.

12.

9- 2.

m 28. 9.

12.

9- 3- m 16. io.

.'7- 9- 23- 9 n n 14.

9 11 11 28.

il 5ca.9,o2a 1917 ca.

5- 9- 12.

9- ili.

9 2,3 + 9,0 2237,2 4- 9- 31- 8.

1.

.'i + 6,3 2546,0 « 9- 9- 7- 9- 7- 9 n + 3,53a — n n 5- 9 n — 3,O2a 2295 4. IO.

n' 7 9 n + 6o,g2a 2550 25- 9- n 9- il 11 + H4,54a 2210 11 11 2. io.

n — l6,42a 2350 5- 11.

II 7.10.

nI2,o3a 2275 n n 9- 9- 2,3 St3- 9- 7- 9- 2. io.

10,6 4,5 2364 5- IO.

22.

11.

23.09.

N° Glacier Ct. Variations en mètres'973/74 87e Suretta GR 88e PorchabellaGR 115ScalettaGR 89e Verstankla GR 90e Silvretta GR 91 e SardonaSG Bassin de l'Inn ( V ) 92 e RosegGR 93 e Tschierva GR 94 e MorteratschGR 95 e CalderasGR 96 e Tiatscha GR 97 e SesvennaGR q8e LischanaGR 12,0 n n 1.5 2,7 n Bassin de l'Adda ( IV ) 99 e CambrenaGRn 100e PalüGRn 101ParadisinoGRn 102 e FornoGRn Bassin du Yessin ( IIIJ 120 e Corno TI

117e ValleggiaTI3,9 118e Val TortaTI24,5 103 e BrescianaTIn 104e BasodinoTI5 ca.

105 e RossbodenVS2 Remarques valables pour tout le tableau ou au moins pour plusieurs glaciers a Les numéros de ce tableau correspondent aux numéros du graphique 2 du rapport 1963/64.

b Si un glacier s' étend sur le territoire de plusieurs cantons, nous mentionnons celui dans lequel se trouve la langue terminale mesurée. c Si la valeur de la variation est valable pour une période de plusieurs années, on a noté le nombre d' années comme il suit:

Exemple: —i3,63a = recul de 13,6 mètres en 3 ans. d Altitude en mètres ( au-dessus du niveau de la mer ) de la langue terminale mesurée. Dans tous les cas où l' altitude n' a pas été déterminée dans l' année indiquée en tête de colonne, on a noté l' année des mensurations comme il suit:

Exemple: 222067 = altitude de 2220 mètres sur mer déterminée en 1967. e Une note explicative avec le numéro de ce glacier sera publiée dans l' édition complétée du 96e rapport de la Commission des glaciers, n Non observé sn Sous neige + En crue st Stationnaire — En décrue x Valeur non chiffrée? Résultat incertain ca. Valeur approximative Altitude m s. m.

975 d Jour et mois de l' observation 197319741975 1974/75 + 47 n + 8,8 + 7,2 2172 2592 2390 ca.

242 7,9 2500 13 9- 18.

9- 18.

9 " 3- 9- n 18.

9' 311 11 3°- 8.

3- 9- 3- 9 22.

9- 21.

!> 20.

9 Il n 22.

9 —113,6 — 16,0 2170 25.10.

28.

9- 3' 11.

+ 56,4 — 3, "

2165 25.10.

28.

9- 3- 11 — 13.9 — 15,6 2000 23.10.

25- 9- 7- 10 — 23,5 sn — 28.10.

28.

10.

+ i5,o2a + 1,2 2555 12. 9.

3- 9- 3- 10.

— 3,5 + 0,6 2745 12. IO.

28.

9- 7- 10 nI2,O2a 2810 24. 10.

n 19, 9 14,02 2492 2355 2230 n n n 26. io.

28. 9. 31.10.

n 30. io.

ioca.

2500 n 20.

9ioca.

2400 13- 9- 10.

9- 3- 9 20 ca.

2450 11.

9- 16.

9' IO.

9 n — 10.

10.

n Il 4,62a 2520 ca 21.

9- 3- il- IO.

IO 5.3 1950 12.

10.

14.

8.

IO ment longue et féconde et une période d' ablation d' autant plus courte quoique relativement intense, il était facile de prévoir que l' année de bilan 1974/75 produirait un résultat très favorable pour les glaciers. Dans toutes les régions, on a constaté des gains considérables qui — diminuant du nord vers le sud et de l' est vers l' ouest - reflètent un dessin de répartition ressemblant à celui de l' année précédente. On notera cependant que, contrairement aux autres régions, le gain de masse n' a guère augmenté d' une année à l' autre dans l' est. Grâce aux gains récents, la somme des bilans annuels accumulés depuis 1964 a atteint une valeur positive pour les quatre glaciers, alors que pour les dix années de la DHI le bilan avait été en somme à peu près équilibré: pour le Gries91 mm ) et le Limmern134 mm ), la DHI s' est terminée par une perte insignifiante; pour l' Aletsch156 mm ) et le Silvretta169 mm ), par un gain tout aussi modeste. Au début de la DHI, on a connu plusieurs années avec des bilans positifs équivalents — ou même plus élevés - que celui de l' exercice 1974/75, qui sous cet aspect n' était pas du tout une année record.

Les résultats obtenus par A. Flotron aux glaciers de l' Aar, en revanche, sont exceptionnels: pour la première fois depuis le début des mesures en 1928, le bilan de volume, établi pour les langues seulement et ne comprenant donc pratiquement que la zone d' ablation, se termine par un bénéfice. Le gain assez modeste de 1,5 million de mètres cubes est dû d' une part à des crues notables des glaciers affluents - Lauteraar et Finsteraar — d' autre part à la fonte bien trop faible par rapport à la moyenne, aussi bien aux glaciers de l' Aar que partout ailleurs. Tandis qu' un épaississement moyen jusqu' à 1,3 -respectivement 1,1 mètre - a été mesuré dans les profils transversaux de Lauteraar et Finsteraar, l' abaissement moyen dans les deux profils inférieurs à Unteraar fut de 2,1 - respectivement 2,3 mètres. La moyenne pluriannuelle du bilan de volume dans la région concernée est déficitaire d' environ 20 millions de mètres cubes par an.

c ) Variations des fronts glaciaires En s' élevant de 30 à 56, le nombre de glaciers en crue a atteint en automne 1975 un niveau qui, depuis le début des mesures systématiques des langues glaciaires en 1890/91, n' a été dépassé que deux fois: en 1919 avec 57 et en 1920 avec 62 glaciers en avance. Pour ces deux années et pour l' année du rapport, ce total représente plus de la moitié des glaciers observés, ce qui d' ailleurs fut le cas également pour les exercices des années 1916 et 1926. Le classement de ces années de crue selon l' importante de cette fraction exprimée en pour-cent est le suivant: 1919(69% ), 1916(64% ), 1920 ( 61% ), 1926 ( 53% ), 1975 ( 52% ) et en outre 1917 ( 50% ). Sous cet aspect, le résultat de l' exercice —le meilleur depuis un demi-siècle et l' un des meilleurs des 85 années comprises dans la période d' observation, est assez remarquable. Une étude plus approfondie du tableau 5 de ce rapport montre pourtant que, dans 18 cas, malgré le climat propice, l' avance a été de moins de 5 mètres dans la dernière année, ou de moins de 10 mètres dans les deux dernières années. Presque un tiers des avances enregistrées risquaient donc d' être compensées - et par conséquent annulées -si la fonte avait été normale.

A notre avis, 44 glaciers ont subi une crue authentique, c'est-à-dire que l' apport de glace par le mouvement glaciaire l' a emporté sur les pertes dues à la fonte. Parmi eux, on en trouve 16 qui n' ont avance que de façon très modeste.

11 glaciers ont été allongés par des dépôts neigeux ( névés ou avalanches de neige ) devant leur front, tandis que, dans le cas du Sardona, il est probable que des conditions de mouvement particulières ( glissement d' une partie frontale de la langue ) sont à l' origine de l' allongement. Pendant la durée de l' exercice, 24 glaciers sont entrés en crue. Parmi les avances qui se sont manifestées l' année précédente, 32 ont continue et 6 se sont terminées ou interrompues. L' arrêt de celle du Tschierva est assez surprenant, car le glacier a progressé sans interruption depuis 1967 sur une distance totale d' environ 150 mètres. Cette poussée totale est pourtant modérée, comparée à celle d' autres glaciers qui sont également en crue depuis longtemps. Nous n' en citons que ceux qui, après plus d' une décennie de crue continuelle, sont toujours en train d' avancer: Fee ( avance totale d' environ 230 m en 16 ans ), Trient ( 290 m, 14 ans ), Oberer Grindelwald ( 550 m, 13 ans ) et Sulz ( 32 m, I I ans ). Les crues extrêmes, observées pendant l' exercice, sont celles du Suretta ( 147 m ), allongé par un névé, et celle de l' Allalin ( 44 m ), dont le mouvement normal a été accéléré en automne par le glissement d' une partie de la langue. Dans plusieurs cas, des avances aussi importantes se répartissent sur deux ou plusieurs années, par exemple à Lavaz ( 114 m en 4 ans ), au Pizol ( 61 m, 2 ans ), au Pizol ( 50 m, 3 ans ), au Stein ( 37 m, 2 ans ) et au Palu ( 30 m, 3 ans ). Malgré le climat favorable, quelques glaciers de vallée, surtout valaisans, ont souffert de façon inattendue: des pertes de longueur extrêmes ont été subies par le Zinal ( 82 m ) et le Fiescher ( 30 m ) dans l' année seule du rapport; l' Otemma ( 97 m ), le Gorner ( 63 m ), le Cheillon ( 58 m ), l' En Darrey ( 53 m ), le Lang ( 38 m ) dans la période biennale 1973/75; et enfin le Porchabella qui a reculé de 80 m en trois ans.

Le surnombre des glaciers en crue se reflète, bien entendu, dans la moyenne générale de la variation de longueur qui, pour l' exercice, a atteint une valeur nettement positive. Cela n' a jamais été le cas dans la période 1950-1975, pour laquelle une telle moyenne a été calculée.

Dans l' étude citée des variations des glaciers pendant la DHI, on a mis en relation les variations de longueur observées en 1974/75 avec quelques paramètres morphologiques de 96 glaciers. L' analyse statistique a confirmé l' hypothèse que ce sont surtout les petits glaciers raides qui sont en progression, conformément à leur court temps de réponse. On n' a pu établir une relation valable entre la variation de longueur et l' altitude des fronts que pour les 48 glaciers les plus petits. En outre, on a constaté que le quotient du nombre de glaciers en crue et en décrue varie avec l' exposi. Ce quotient atteint sa valeur maximale de 1,72 dans le secteur nord-est, où les glaciers en crue dominent, et sa valeur minimale de o, 73 dans le secteur sud-ouest, où ils sont en minorité. Dans les autres secteurs, les quotients augmentent du sud-ouest vers le nord-est comme il suit: secteurs ouest 1,07, nord-ouest 1,33, et nord 1,55 d' une part; secteurs sud 0,90, sud-est 1,36, et est 1,61 d' autre part. Les causes d' une telle répartition ne sont pas encore analysées. Il est probable que la tendance à la crue plus prononcée en 1974/75 n' est qu' un épisode dû à des circonstances particulières, plutôt que le début d' une crue générale des glaciers.

Feedback