Les variations périodiques des glaciers des Alpes suisses.

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Cinquante-huitième Rapport — 1937.

L' enneigement des Alpes suisses en 1937.

L' année nivométrique 1936/37, en haute montagne, a débuté par un octobre trop froid ( 3,5-4° ), trop sombre et trop riche en précipitations. Décembre, s' il a reçu un excès d' eau aussi, a été au contraire trop chaud et trop clair. Janvier 1937, trop chaud également, a été sec. En février, il est tombé énormément de neige; le mois a été sombre et un peu trop chaud. Mars un peu trop froid et trop sombre a encore renforcé l' enneigement alpin. Avril a manqué de soleil. En revanche, mai et juin se sont distingués par leurs excès de chaleur ( 2,B° et 2,0° ). Juillet et août ont été normalement beaux. En septembre, assez froid, la couverture de neige s' est de nouveau étendue définitivement sur la haute montagne, précocement.

L' enneigement de 1936/37 a été fort, dans les régions élevées surtout. Selon M. le Dr Oechslin, inspecteur des forêts d' Uri, les premières neiges, assez minces, s' étaient rapidement durcies sous l' action du soleil et du vent et ont résisté assez longtemps, au printemps, jusqu' à ce que des pluies chaudes sur-vinssent qui en eurent rapidement raison. Au Bristenstock le désenneigement est remonté jusqu' à 2320 m ., le 15 août 1937; c' est 30 m. moins haut que l' année précédente. Quant à la limite moyenne du névé dans les glaciers uranais, elle a été 2380 m ., soit 10 m. plus basse qu' en 1936 et 60 m. plus basse qu' en 1935. On n' a pas signalé de manifestations accentuées de l' ava. Toutefois des restes importants ont persisté assez tard; on en voyait encore en octobre 1937 « in den Lammen » sous Gletsch, sous le Längisgrat en avant du glacier du Rhône, au-dessus de l' arrêt du Muttbach du chemin de fer de la Furka. Tout en haut du vallon du Muttbach, sur et devant le front du Gratschlucht, il s' est forme depuis 1935 un énorme amas de neige dont les étés n' ont pu venir à bout et qui a empêché radicalement le contrôle de ce glacier.

Voici maintenant des données numériques:

Suisse orientale. A la cabane Parsenn ( 2280 m .) l' enneigement maximum ( 23 avril ) a été de 2,7B m. ( 1936: 1,9 m .); au Weissfluhjoch ( 2660 m .) il a été de 3,25 m- ( 1936: 2,65 m. ). Le résidu annuel, nul à la cabane, n' est pas connu au col, où il est positif toutefois.

Du 24 septembre 1936 à mi-mars 1937 la balise supérieure du Silvretta ( 3013 m .) a marqué un enneigement de 3,05 m. et un résidu automnal de 1,2 m. Pour la perche inférieure ( 2760 m .) les chiffres sont respectivement 3,x m. et 0,86 m.Z.G.K.., Billwiller * ). ) I A l' Observatoire du Säntis ( 2500 m .) la couche neigeuse s' est établie le 27 septembre 1936, a atteint le 30 avril 1937 son épaisseur maximum, 6,4 m. ( 1936: 4,b m .) et a disparu entièrement le 24 juillet, un mois plus tard qu' en 1936.M. Z. A., Zurich. ) Suisse centrale. Aux Clarides, du 20 septembre 1936 au 20 septembre 1937, le résidu annuel d' enneigement a été de 1,6 m. environ à la balise inférieure ( 2708 m .) et de 2 m. environ à la balise supérieure ( 2910 m. ).

Le nivomètre de l' Eiger ( 3100 m .), dont le Dr Liechti, directeur, et le personnel du chemin de fer de la Jungfrau prennent toujours un soin diligent, est demeuré enfoui dès la fin de mars et jusqu' au début de mai, ce qui indique un maximum dépassant le degré 62, division suprême de l' échelle x ). En 1936, le maximum atteint était 62 degrés exactement. L' étiage de 1937 a été noté le 14 septembre par 18 degrés ( 1936: 20 degrés ). Voici les trois derniers bilans:

AccumulationDissipationRésidu annuel HioerMètresEtéMitresAutomneMètres 1934—1935321935271935 + 5 1935—1936291936211936 + 8 1936—1937 > 211937 > 221937 — 1 II doit y avoir eu affaissement du glacier au pied de l' échelle. A la balise du Jungfraufirn, sous le col, l' enneigement a dépassé 5 m. car elle est restée enfouie; une nouvelle perche, érigée le 9 juin, n' a indiqué aucune ablation durant toute la belle saison.

Suisse occidentale. L' équipement nivometrique des Diablerets a été surveillé toute l' année par MM. Reber, père et fils, comme depuis longtemps. Le nivomètre ( 3030 m .), dégagé tard: 29 juin ), a marqué l' étiage par 77 degrés le 9 septembre ( 1936: 73 degrés ). Voici les derniers bilans: AccumulationDissipationRésidu annuel HiverMètresEtéMètresAutomne Mètres 1934—1935 > 141935 > 111935 + 3 1935—1936 > 111936 > 8,5 1936 + 2,5 1936—1937 > 91937 > 71937 + 2 La balise saillait le 9 septembre de 3,7 m. ( une autre, plus ancienne, de 1,76 m. ). Le névé a gagné l,0 m. de substance. Quant au totalisateur de la Becca d' Audon et au pluviomètre du village, ils ont indiqué:

Becca d' Audon EpoquesTsanfleuronDiablerets-Village ( 2870 m.1170 m.X 1936—13 VI 1937 143 cm.106 cm.

13 VI 1937— 3 X 1937 48 cm.33 cm.

6 ". X 1936— 3 X 1937 191 cm.139 cm.

soit 192 et 140 cm. en 365 jours.

A Orny-Trient, M. Ernest Reber et le gardien de la cabane, M. Morand, ont fait le 17 octobre 1937 les opérations usuelles. Ils n' ont pu retrouver la balise, enfouie, et quant au nivomètre, toujours suspendu au-dessus du glacier, il demeure inutilisable.Voici les données pluviométriques:

Col d' OrngOrsières EP°1ues3169 m.980 m. ) 22 IX 1936—17 X 1937 399 cm.93 cm.

soit 372 et 86 cm en 365 jours.

Conclusion: En 1937 l' enneigement des Alpes suisses a été quelque peu progressif encore, surtout dans les régions élevées. L' ablation, forte au printemps, normale en été, n' a pu dissiper entièrement les masses de neige considérables que l' hiver avait apportées, surtout sur le flanc nord de la chaîne.

Chronique des glaciers suisses en 1937.

Les contrôles de 1937 se sont faits selon le programme réduit adopté en 1936 déjà. Malheureusement cette réduction, commandée par l' économie, a été exagérée par le réenneigement précoce de septembre qui a empêché certains contrôles, de sorte que, des quelque 500 glaciers suisses, 71 seulement ont pu être mensurés. Outre celles, régulières, des services forestiers cantonaux, nous avons des observations de MM. Guex ( Trient ), Campiche ( Rosenlaui, etc. ), Streiff-Becker ( Clarides ), ainsi que de membres même de la Commission helvétique des Glaciers: MM. Lütschg ( Mattmark ), Mercanton ( Rhône ), Oechslin ( glaciers d' Uri ). Enfin la Compagnie des Forces Motrices de l' Ober a poursuivi aux deux glaciers de l' Aar ses très importantes mensurations, que l' entreprise de sondages systématiques de la Commission des Glaciers rend plus précieuses encore. Cette dernière entreprise, d' intérêt capital pour la glaciologie et la morphologie alpines, mais de longue haleine et coûteuse aussi, requiert un effort soutenu et des appuis financiers et matériels nombreux. Nous sommes heureux de pouvoir remercier ici sans réserves les « Forces Motrices de l' Oberhasli » et les « Forces Motrices bernoises » de leur aide, .si efficace en 1937 encore. Pareillement, nous disons du fond du cœur notre gratitude au Club Alpin Suisse dont la subvention nous a seule permis de continuer les travaux. Notre merci va d' ailleurs aussi à tous les collaborateurs, directs ou indirects, de nos mensurations glaciaires.

Voici, dans leur forme habituelle, les résultats de ces contrôles:

I. Bassin du Rhône.

Tableau I. Variations, en mètres, en Glaciers193519361937 Rhône — 1710,50,5 Gratschlucht — 7Tallì ( Binn)115 Mittlenberg11 Fiesch — 24,54 Aletsch — 1718 Kaltwasser20,543,5 Ofental7 Tableau I ( suite).Variations, en mètres, en Glaciers193519361937 Schwarzenberg52(1021,5 Allalin2918,529 Fee23>62119,5 Gorner1715,510 Zmutt4 ans10Findelen(2 ans40Turtmann19,5327 Latschen621,54 Daran ( Tsinal ) 555 Morning12,s180 Moiry40126 Ferpècle7,82,64,5 Arolla4410,5 Tsigiorenove199 Duran ( Seillon ) 2519 Lendarrey16,s3 Grand Désert910,6 Mont Fort4,s1,6Valsorey147,50 Saleine .101014 Trient 202012 Orny24Grand Plan Néve 20 Petit Plan Néve 0 Martinets — 8 ( 2 ans8,5 Paneyrosse — 631 Prapioz0 Scex Rouge15 Efficacement secondé par M. E. Nicola, le chroniqueur a pu reprendre, à la fin de septembre 1937, ses mensurations habituelles au glacier du Rhône. La documentation photographique ordinaire y a été recueillie et les pourtours des deux lobes frontaux, de part et d' autre du torrent, ont été levés. Ils ne diffèrent guère de ceux de 1936. Dans certaines parties le dernier tracé déborde un peu le précédent; ailleurs il est en retrait sur lui. Ces irrégularités n' atteignent que quelques mètres et, tout compte fait, on enregistre une avance insignifiante des glaces: 80 m2 sur 156 m. de largeur du front, de sorte qu' il faut ranger le glacier du Rhône encore dans les glaciers stationnaires x ). Est-ce pourtant la fin du retrait continu observé depuis 1921? Pouvons- nous espérer voir le glacier reprendre bientôt un peu de son ampleur et de sa beauté anciennes? Le retrait de son bord gauche, au droit du repère plombé du Belvédère, qui a été de 4 m. encore, n' encourage guère un tel espoir ( distance du glacier au repère en 1937: 29,3 m .; en 1936: 25 m. ). Le front même du glacier ne se prêtait plus à l' emploi du cryocinémètre. ( Mercanton. ) Le lagot apparu en 1936 devant le glacier de Fee s' est beaucoup étendu et approfondi.Bodenmüller. ) Une partie du front du Morning s' est effondrée.Gailland. ) La langue du Lendarrey a été prolongée sur 300 m. de talweg par une forte avalanche de neige qui, naturellement, en a contrarié l' ablation estivale.

( De Werra. ) II. Bassin de l' Aar.

Tableau I. Variations, en mètres, en Glaciers 1935 19361937 Oberaar13 — 18,520 Unteraar43 — 4140 Rosenlaui23 — 1011 Grindelwald Supérieur. .68 ( 2 ans1417 Grindelwald Inférieur. .28 ( 2 ans2

Eiger13 ~18~~ Stein16010 Blümlisalp8710 Schwarz03 1,5 Tsanfleuron5126 Rätzli1710 Wildhorn0 0 En outre sont:

stationnaires: Gauli, Renfen, Thierberg. en décrue: Trift.

Voici, obligeamment communiquées par la C. F. M. Oberhasli, les mesures prises aux deux glaciers de l' Aar par son ingénieur-géomètre, M. Flotron:

A l' Unteraar, les eaux du lac de la Grimsel ont atteint le front à son point le plus aval, cotant 1900 m ., le 11 juillet 1937. Le glacier a abandonné encore 19,160 m2 de terrain dans un retrait moyen de 39,5 m. Le recul du front a été fort irrégulier: il débute au bord gauche par 30 m ., s' accroît qu' à 60 m ., pour redescendre à 20 m. vers le milieu du glacier. De là et qu' à l' issue du torrent, il est de 30 m. Du torrent vers le bord droit le retrait n' est plus que de 8 m. On est ici dans une région que le remplissage annuel du bassin lacustre, de cote maximum 1912,5 m ., va cesser de noyer. Bientôt, les eaux n' entameront plus les glaces et le front se stabilisera, sans aucun doute sur toute la largeur de l' Unteraar, si une crue glaciaire ne survient pas. Le portail s' est déplacé de 70 m. vers le Zinkenstock. Il avait 30 m. de largeur sur 13 m. de hauteur. Quant à la hauteur de la falaise frontale, elle atteignait 50 m. au milieu du glacier et 35 m. en moyenne; la surface des glaces, à son voisinage, a baissé de 5 m. environ.

Tableau m.Glacier d' Unleraar.

Mensurations de la Compagnie des Forces Motrices de l' Oberhasli.

Wildläger, Lauleraar: 2550 m. 0,, 0,65 — 0,B29>65 29,929>6 Mieselen: 2415 m.1,M —0,35 —0,631,833>15 30,95 Pavillon Dollfus: 2280 m. 0,86 — 0>S5 — lHi29,930,55 27,65 Brandlamm, Supérieur: 2125 m. 0)76 —1,8 —1,0516,,15,M 15,16 Brandlamm, Inférieur: 2005 m. l,2,7 —1,,)55,856,256,25 On voit que dans les profils moyens ( Mieselen, Pavillon ) la surface glaciaire s' est affaissée davantage que dans les profils d' altitudes supérieures et inférieures. Quant à la vitesse superficielle, elle a diminué partout mais surtout sur ces mêmes profils moyens.

Le tableau IV donne les quantités de glaces dissipées à l' Unteraar en 1936 et 1937.

Tableau IV.1935/36 1936/37 De front à front729,000 m3670,000 m3 Du front au profil Brandlamm Inférieur. .595,000 m3210,000 m3 Du Brandlamm Inférieur au Brandlamm Su-périeur2,464,000 m31,155,000 m3 Du Brandlamm Supérieur au Pavillon Dollfus2,656,000 m32,832,000 m3 Du Pavillon Dollfus au Mieselen1,403,000 m33,187,000 m3 Du Mieselen au profil du Grunerhorn ( Finsteraar ).. 941,000 m3 Du Mieselen au profil du Wildläger ( Lauteraar1,183,000 m3 Total des masses dissipées en 1936/37 10,178,000 m3 Grâce à la libéralité éclairée du C.A.S., une nouvelle campagne de sondages a pu être menée à bien par MM. Jost, Kreis et Renaud, membres de la Commission des Glaciers, aidés de MM. Bürgi, Casti et Schett, étudiants, 78 - Photo Wiederkehr ( en haut ) Eboulement de rochers sur le Jungfraufirn 6. X. 1937 79 - Photo PL M. ( au milieu ) La sonde d' Agassiz à l' Unteraar et deux fragments de l' Hôtel des Neuchâtelois ( Musée alpin, Berne ) 80 - Photo A. Kreis ( en bas ) Appareillage des sondages seismiques à l' Unteraar ( C.H.G. ):

A droite le séismographe Kreis; à gauche en haut le diaposon chronométrique; à gauche en bas l' en photographique.

Brunner & Cie. S.A.Z.urich Die Alpen - 1938 - Les Alpes Würth, mécanicien, et Schœppi des K. W. O., enfin de M. Perez, l' explorateur suisse du Groenland. Ces travaux ont éveillé un grand intérêt, à l' étranger comme en Suisse. Ils ont été suivis notamment par MM. les prof. Somigliana et Montèrin, deux personnalités dirigeantes de la glaciologie italienne; de même par MM. Gassmann, docent de géophysique à l' Ecole Polytechnique Fédérale, et le Dr h.c.. Kaech, le grand ingénieur dont l' appui ne nous a jamais manqué aux glaciers de l' Aar. Le beau temps et l' expérience acquise aidant, la campagne a été des plus fructueuses. Elle a fourni des données sur quelque 150 points du lit dans la région des profils inférieur et supérieur du Brandlamm. Elles semblent confirmer l' existence, dans les parages du Brandlamm in férieur, de la dépression décelée en 1936 par les coups de sonde pratiqués en aval. D' autre part, il apparaît que les ondes acoustiques provoquées par les explosions se propageraient plus rapidement dans la glace très vieille du front que plus en amont on elle l' est moins. On avait mesuré en effet une vitesse de 3800 mètres par seconde à l' extrémité du glacier, tandis que dans le profil Brandlamm supérieur on a trouvé 3700 m./s. et au glacier du Rhône 3600 m./s. seulement. L' élaboration des séismogrammes sera forcément longue, et il faut en attendre le résultat pour connaître la forme exacte du lit glaciaire. L' épaisseur du glacier est ici de l' ordre de 250 mètres.

Le noyage précoce du terrain devant le front a empêché les mesures de vitesse dans l' alluvion glaciaire, vitesse qu' il faut connaître pour pouvoir discriminer ce qui est roche en place ou dépôt morainique. On a suppléé provisoirement à cette lacune par des sondages du Räterichsboden, tout proche; ils ont donne 1470 m./s. pour l' alluvion et 4750 m./s. pour le rocher. On comprend que mesurer des durées de propagation d' ébranlements ayant des célérités pareilles et nécessairement des intensités toujours très faibles, exige un matériel ultrasensible et fort compliqué. Le lecteur en prendra quelque idée par la vue d' ensemble de l' appareillage employé ( voir photo n° 80 ).

Le glacier d' Oberaar a abandonné encore 7800 m2 de terrain dans un recul moyen de 17,5 m. Le retrait du front était irrégulier et a fait place même, en deux endroits, à une légère avance. En revanche, au voisinage du portail, le recul a été de l' ordre de 40 m.F. M. Oberhasli. ) Des deux lobes du Rosenlaui, celui qui s' adosse au Wellhorn n' a plus guère de langue mais s' éboule en dérapant sur son lit rocheux; ici le recul a été de 7 m. environ. Le lobe latéral droit dont l' extrémité est couverte de moraines et que le sentier de la cabane Dossen traverse, a reculé de 14 m. en son centre, tandis que sa surface baissait de 1 m. environ au cours de l' été. Le gardien de la cabane signale, en revanche, que le glacier s' est épaissi en amont, derrière le Dossenhorn, du côté du Wetterkessel, ainsi que vers le Wetterhornsattel. Il en serait de même des hauts du glacier de Renfen.

( Campiche. ) Le recul du glacier Supérieur de Grindelwald s' est poursuivi sans arrêt, avec un amaigrissement considérable de la seule langue subsistant, du côté du Milchbach. Il faut s' attendre là à la coupure d' avec les glaces d' amont.

Quant à l' extrémité du Grindelwald In férieur, toujours en recul, elle ne se prêtait plus à des mensurations exactes.Schwammberger. ) Le Rätzli a beaucoup maigri et s' est rétréci, sur son flanc oriental sur-tout.Schwarz. ) III. Bassin de la Reuss.

Tableau V. Variations, en mètres, en Glaciers d' UriViZS 19361937 Firnälpli E4,5Griess ( Unterschächen ) .4 — 414 Kartigel 8 — 312 Wallenbühl ( Voralp ). .8 — 45 Kehlen6 — 23 Schlossberg9 — 51 Hüfi7 - 2021,5 Brunni25 ( 2 ans ) 410 Schiessbach6 — 1611 Damma19 124 St-Anna 43 ( 2 ans34 Tiefen5 — 67 Griessen ( Engelberg ).. .21Wyttenwasser1511,5 IV. Bassin de la Linth.

Sulz 1,B - 5,s6 Clarides 3Biferten. 7>5 — 4Glärnisch18 M. Oechslin donne les précisions suivantes sur les glaciers de son ressort:

L' avance du Griess ( Unterschächen ) semble due surtout à une forte avalanche qui, en accumulant la neige sur le front, a préservé celui-ci de l' ablation estivale; celle-ci a été forte sur la surface nue du glacier. Le recul de 1 m. au Schlossberg concerne le glacier régénéré sur les Mändliser et Schwarzstock. Le glacier proprement dit s' est fortement retiré sur son abrupt rocheux et ne rejoint nulle part l' amas inférieur.

Le glacier de Hüfi, avec un recul moyen de 21,5 m ., a retiré à 35 m. en amont son lobe de la gorge. A gauche, le long de la falaise rocheuse, il n' a reculé que de 8 m. Dans ces régions, un fait morphologique très intéressant est apparu: la gorge creusée dans le calcaire vient s' arrêter en amont, à une falaise de porphyre inentamée par les eaux sous-glaciaires; ces eaux y forment une cascade que l'on entrevoit déjà et qu' une disparition ultérieure éventuelle des glaces mettra au jour.

L' avance notable du Schiessbach ( 11 m .) est due à la fois à l' accélération de son mouvement et à la protection apportée à son front par des avalanches nombreuses.

Le recul notable du Vfgttenwasser tient sans doute beaucoup à la situation de sa langue dans une combe où les rayons solaires et la réverbération peuvent cumuler leurs effets ablatifs.Ambiihl. ) Tableau vi.V. Bassin du Rhin.

Variations, en mètres, en Glaciers193519361937 Sardona — 32 ans

Piz Sol8,5Punteglas — 133 Obersegnes — 6,sVorab — 5,52,64,, Lavaz — 1677 Tambo — 6Porchabella — 10411,, Paradies — 2428 Scaletta — 6,6Verstankla227,B Lenta — 9,6(2ans1,,6 VI. Bassin de l' Inn.

Morteratsch14712,5 Roseg11159,5 Lischanna0Schwarzhorn55,5 Picquogl — 5,522 Tiatscha20 ?) VIL Bassin de l' Adda.

Forno12V7~ Albigna — 2Cantone — 8VIII. Bassin du Tessin.

Rossboden — 36,516,551,5 Basodino .17 Le grand recul du Basodino en 1936 semble dû à l' écaillement de la couverture glacée d' une tête rocheuse, maintenant dégagée entièrement. Le Bresciana, en même temps qu' il reculait, s' est considérablement amaigri. Son aspect a beaucoup changé.Foglia. )

Feedback