Littérature alpine | Club Alpino Svizzero CAS

Littérature alpine

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Par A. Roussy.

Il y a quelque dix ans, on constatait déjà le grand essor qu' avait pris la littérature alpine. Aujourd'hui ce n' est plus d' essor qu' il convient de parler, mais de développement extraordinaire. Aussi un coup d' œil d' ensemble, si rapide soit-il, sur les productions dans ce domaine qui s' étend de plus en plus offrira-t-il, peut-être, quelque intérêt.

Le but de cette brève étude est de présenter aux lecteurs des Alpes, un tableau succinct aussi exact et aussi complet que possible, de l' état actuel de la question.

Mais, en manière d' avant, nous essayerons de répondre à une question qui a été posée à plusieurs reprises, et tout récemment encore: Doit-on dire « littérature alpine, art alpin, peinture alpine, photographies alpines » ou « littérature alpestre, art alpestre, peinture alpestre, photographies alpestres »? Le problème n' est pas très facile à résoudre, comme on le verra.

Le mieux est, puisqu' il s' agit de définir le sens de mots, de consulter le dictionnaire, ou plutôt les dictionnaires. C' est ce que nous avons fait, et voici le résultat de nos recherches:

Le « Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse ( éd. 1866 ) » donne les définitions suivantes:

Alpestre, adj., qui appartient, qui a rapport aux Alpes. Cascades alpestres; nature alpestre; gorge alpestre; fleurs alpestres; saveur alpestre. Par comparaison: âpre, rigide. En botanique, se dit des plantes qui se trouvent dans les montagnes. Est à peu près synonyme d'«alpin ».

Alpin, ine, adj., qui habite, qui croît, qui se trouve sur les Alpes, et, par ext., sur les hautes montagnes: animaux alpins, plantes alpines, chalets alpins, rochers alpins. Ce mot a le même sens qu'«alpestre ».

De son côté, le « Dictionnaire de la langue française par E. Littré ( éd. 1875 ) » dit:

Alpestre, adj. 1° Qui est propre, qui a rapport aux Alpes. 2° En termes de botanique, se dit des plantes qui croissent sur des montagnes peu élevées ou sur la partie moyenne des hautes montagnes.

Alpin, ine, adj. Qui croît ou habite ou se trouve sur les Alpes et, par extension, sur les hautes montagnes. Plantes alpines, prairies alpines, rochers alpins. Comme ces plantes alpines dont la racine est plongée dans les glaces éternelles ( Chateaubr. Gén. IV, II, 7 ).

La comparaison de la définition d'«alpestre » avec celle d'«alpin » est pleine d' enseignements.

Le « Larousse du XXe siècle » dit:

Alpestre, adj., particulier aux Alpes: plantes alpestres.

Alpin, ine, adj., qui vit, qui croît dans les Alpes et par extension, sur les hautes montagnes: plantes alpines, chalets alpins. Qui a rapport aux Alpes, aux montagnes: Club alpin, jardin alpin.

Le « Nouveau dictionnaire Larousse illustré, publié sous la direction de Claude Auge » contenait déjà ces définitions. Il ajoute toutefois à la définition de « alpestre » — est à peu près synonyme de « alpin ». La définition de « chasseurs alpins » s' y trouve également: Chasseurs alpins, ou simplement alpins. Bataillons de chasseurs à pied destinés à la défense des montagnes et particulièrement des Alpes.

Enfin, le dictionnaire le plus récemment paru, le « Dictionnaire de l' Aca française », 8e éd. ( 1932 ) dit:

Alpestre, adj. Qui a rapport aux Alpes: paysage alpestre, mœurs alpestres, plantes alpestres.

Alpin, ine, adj. Qui se trouve, qui croît sur les Alpes, et par extension, sur les hautes montagnes: chalet alpin, végétation alpine, plantes alpines. II signifie aussi: qui a rapport aux Alpes. Club alpin: association qui a pour objet d' encourager les excursions dans les régions alpines.

Et voilà ce que nous disent les dictionnaires! Avez-vous remarqué que les mots « revue, littérature, peinture, science » et autres semblables ne se trouvent dans les exemples donnés, de sorte que nous n' avons pas d' exemple probant pouvant faire autorité dans les expressions qui nous intéressent particulièrement.

Vous avez sans doute fait d' autres remarques intéressantes: on peut dire, indifféremment « plantes alpestres » et « plantes alpines »; « alpestre » et « alpin » sont indiqués comme étant presque synonymes et même synonymes; le Dictionnaire de l' Académie dit: « alpestre »: « qui a rapport aux Alpes »; et comme seconde définition d'«alpin »: « il signifie aussi: qui a rapport aux Alpes ».

De toutes ces définitions et de cette consultation, il ressort que l'on peut employer indifféremment « alpestre » ou « alpin » dans le cas qui nous occupe.

Il y aurait une troisième forme à employer; c' est celle de « littérature de montagne », « peinture de montagne » que l'on rencontre dans les ouvrages qui parlent aussi bien de « littérature alpestre » ou « alpine ».

Un mot encore: il nous semble qu'«alpestre » doit aussi signifier: « qui a les caractères de l' Alpe ou des Alpes », et encore « qui tient matériellement à l' Alpe ou aux Alpes », tandis qu'«alpin » signifie « qui a trait à l' Alpe ou aux Alpes », ou mieux encore, comme le disent Larousse et l' Académie française: « qui a rapport aux Alpes ».

Par conséquent, on nous permettra de conserver à cet article, ainsi qu' à celui qui en sera prochainement la suite, le titre de « Littérature alpine ».

Feedback