Noms de lieux alpins.

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Par Jules Guex.

XI.

Entre Combin et Dolent.

Avec 1 illustration.

Première partie.

De Bourg-Saint-Pierre au Grand Saint-Bernard.

Il y a cinq ans, M. Marcel Kurz préparait la seconde édition de son Guide des Alpes valaisannes, tome I, Ferret-Collon. Apportant une attention avertie à la nomenclature, comme il l' a toujours fait dans ses impeccables itinéraires, notre collègue fit appel à ma collaboration pour résoudre les problèmes de toponymie. On sait l' étendue considérable du territoire décrit dans ce guide « Ferret-Collon »: un quart au moins du Valais romand et un gros morceau des vallées italiennes de langue française. Au cours de la correction et du contrôle des épreuves, un millier de noms divers allaient défiler devant moi et à une allure vertigineuse. Je les regardai, je les interrogeai, mais bien rares furent ceux qui consentirent à me répondre. On ne s' étonnera donc pas que je n' aie pas essayé d' analyser tous ces noms de sommets, de vallées, de villages, d' alpages, de torrents et de forêts. On s' étonnera moins encore des erreurs que j' ai dû commettre au cours de cette galopade toponymique.

Mais les erreurs peuvent provoquer de fécondes controverses, à la condition, toutefois, que les contradicteurs veuillent bien, à visage découvert, s' adresser directement à celui qui a péché par ignorance, au lieu de chuchoter derrière son dos de mesquines et désobligeantes critiques et de rester cois quand on leur demande courtoisement de présenter leurs objections... Mais passons. Cet examen trop sommaire des noms de la région Ferret-Collon m' incite aujourd'hui à y revenir à tête reposée et à chercher, dans un secteur beaucoup plus restreint, la solution de problèmes que j' avais laissés dans l' ombre en 1936.

Très différente des vallées d' Anniviers ou d' Hérens, qui vécurent pendant des siècles presque sans relations avec le reste du monde, celle d' Entremont, au contraire, semble avoir dû participer aux préoccupations des hommes et aux vicissitudes de l' histoire. Dès la plus haute antiquité et durant des millénaires, elle fut le passage obligé entre l' Italie et la Germanie ou la Gaule septentrionale. Des hommes de toutes nations s' y sont rencontrés, anxieux devant les neiges et les avalanches menaçantes, et intimidés par un paysage dont la sévérité date de toujours. Comme elles sont évocatrices du passé, les collections du musée du Grand St-Bernard! Monnaies gauloises, monnaies romaines à l' effigie de presque tous les empereurs. Plus émouvantes encore les plaquettes votives dédiées au dieu Pœnin, dont les voyageurs imploraient la protection:

POENINO PRO ITV ET REDITV C. IVLIVS PRIMVS V. S. L. M.

I. O. M. PŒNINO PRO SALVTE HELI ET SVORVM APRICVLVS EIVS DEDIT DONVM VOTA S. L. M.

NOMS DE LIEUX ALPINS.

Patriciens ou esclaves, ils avaient compté avec impatience les bornes-milliaires qui jalonnaient le chemin. Pour qui venait du nord, celle qui a été descendue à Bourg-St-Pierre, et que nous y admirons encore, annonçait la dernière étape, le dernier mille avant le refuge, la mansio élevée sur le col.

Mais, vers le cinquième siècle, l' Empire des Césars est sur son déclin. Les bergers de l' Entremont ne voient plus voler sur la chaussée les chars légers des courriers impériaux, et, sur les talons des derniers légionnaires, arrivent par vagues dévastatrices les hordes germaniques. Finies la prospérité, la paix et la sécurité romaines! Ne gardant de ces temps heureux que l' inestimable trésor de la langue de Rome, les montagnards vont vivre de très longues années de misère et de sauvagerie. Ils n' auront, pour se consoler, que les paroles d' espérance et les divines promesses apportées par les premiers missionnaires. Sur la route, qu' on n' entretient plus, ils voient passer de temps à autre quelques hauts personnages, des évêques et des archevêques. Quel spectacle brillant pour les pâtres misérables que le passage d' un prince ou d' un empereur! Et c' est le flot des pèlerins cui se rendent aux tombeaux des apôtres; le plus souvent en caravanes nombreuses, à pied, ces « romiers » affrontaient les dangers de la route pour faire pénitence de leurs péchés. Car le Mont Joux allait devenir pendant plus de cent ans un véritable coupe-gorge.Vers la fin du Xe siècle, Hugues de Provence, roi d' Italie, installa sur les deux versants du col quelques contingents de ces Sarrasins qu' il avait vaincus au Fraxinet. Maîtres du pays, « prœpotentes illius région is », dit un chroniqueur, ces Maures et Arabes n' y vont pas de main morte: ils incendient l' église de Bourg-St-Pierre, ainsi qu' en faisait foi l' intéressante inscription qu' on pouvait lire encore au commencement du XIXe siècle sur les murs de cet édifice, reconstruit au XIe siècle par Hugues, évêque de Genève:

Ismaelita cohors Rhodani cum sparsa per agros, Igne, fame, et ferro sseviret tempore longo, Vertu in hanc vallem Pœninam messio falcem, Hugo prsesul Geneve Christi post ductus amore Struxerat hoc templum Petri sub honore sacratum, Omnipotens Uli reddat mercede perenni.

En 924, Robert, évêque de Tours, est massacré avec sa suite en ce même village. Cinquante ans plus tard, Saint-Mayeul, supérieur de l' abbaye de Cluny, revenait de Rome. La nombreuse caravane avait franchi le Mont Joux et dépassé Bourg-St-Pierre et Liddes; mais, arrivée à Orsières, elle fut attaquée par les pillards africains, « subito ros invasit perfide gentis Sarracenorum exer-citus t>.

Il est vraisemblable que les plaintes des pèlerins et des voyageurs maltraités aient incité, au début du XIe siècle, Bernard de Menthon, archidiacre d' Aoste, à relever les ruines de l' ancien « hospital » du Mont Joux et à jeter les bases de la maison que nous connaissons tous. Et les siècles passent, plus paisibles, malgré la peste qui vint si souvent ravager les vallées des Alpes. D' autres routes se sont ouvertes à travers la chaîne alpine, au St-Gothard, par exemple, mais le flot des passants de tous pays ne diminue guère. On aime à se représenter les artistes, peintres et sculpteurs, qu' attiraient les merveilles du Quattrocento vers le ciel bleu de la Toscane et de l' Ombrie, mais aucun d' eux n' a fixé sur la toile les images des monts terrifiants qu' ils avaient traversés.

Plus tard, beaucoup plus tard, en mai 1798, arrivent les premiers soldats français. Près de 45,000 hommes passent le col. L' année suivante, l' Hospice reste occupé pendant l' été par un contingent de 200 à 500 hommes, auxquels les religieux fournissent pour 32,378 francs de vivres. En mars 1800 sont postées sur le col trois compagnies du 3e bataillon de la 28e demi-brigade. On raconte que les officiers républicains vivaient dans l' intimité des moines. Ils prenaient ensemble leurs repas et leurs innocentes récréations. Aux jours de fête, ils unissaient leurs voix pour chanter les louanges du Dieu des armées. En mai de la même année commence le défilé des fantassins, des cavaliers et des artilleurs, 50,000 hommes environ, qui rêvaient de victoires dans les plaines d' Italie, après avoir bu à l' Hospice 27,703 bouteilles de vin, et dévoré 1758 livres de viande, 4951 pains et du fromage en proportion.

Le 20 mai, à la fin de la matinée, sans que cela attire l' attention des gens du village ( ils en avaient tant vu déjà !), descend de voiture, devant l' église de Bourg-St-Pierre, un officier de petite taille à l' air délicat. Il avait le blanc de l' œil et la figure jaunes comme un citron. Ses longs cheveux noirs tombaient sur la passementerie d' or de son habit et son chapeau était couvert d' une toile cirée. Bien que jeune, il ne parlait guère et ne riait jamais. C' était Bonaparte, 1er Consul. Parti avant l' aube de Martigny, accompagné du Prieur Murith et du Chanoine Terrettaz, il s' était arrêté quelques instants à la cure de Liddes pour prendre un rafraîchissement. Déjeuna-t-il à Bourg-St-Pierre? Peut-être. Fatigué, il fit une halte de deux heures au St-Bernard, et, le même jour, il alla coucher à Etroubles sur une botte de paille, après avoir écrit, à 9 heures du soir, une longue lettre au général en chef, Berthier.

Et c' est la fin des grands souvenirs historiques qui illustrent ces lieux. La route carrossable du Simplon va faire décroître tout le transit économique du St-Bernard. L' ère du tourisme commence, pour aboutir à l' apothéose que vous connaissez: embouteillages de cars, malaises de touristes surpris par l' alti trop brusquement atteinte, teints blafards, vociférations, nausées en papiers gras...

Un autre caractère très important individualise l' Entremont et le différencie des vallées d' Anniviers ou d' Hérens. Sans doute, il est avant tout un « passage »; mais on y demeure, il y a là-haut une « résidence », il y a l' Hospice et ceux qui l' habitent depuis neuf cents ans.

Passer les belles années de sa vie à 2470 m. ne ressemble guère à ce que nous appelons assez comiquement une « semaine clubistique d' été ». Supporter gaîment une température moyenne annuelle de —2°, « pourvoir, comme le disent les Constitutions, aux besoins des pauvres, des pèlerins et de tous ceux qui passent par cette montagne, afin qu' ils ne manquent point de nourriture, de vêtements et autres choses nécessaires »; présenter un long et tragique nécrologe de religieux morts en courant au secours de malheureux surpris par les tourmentes de l' hiver, tels sont les titres de gloire de la Prévôté des Saints-Nicolas et Bernard de Mont Joux et qui lui valent depuis des siècles la vénération et le respect de l' humanité. Ce n' est point ici le lieu de refaire son histoire, de redire ses heures de puissance, sa richesse dans le passé, les nombreux biens et bénéfices qu' elle posséda, ses 80 prieurés, églises, chapelles et hôpitaux dans les diocèses d' Aoste, de Sion, de Lausanne, en Savoie, en France, en Italie, jusqu' en Sicile et même en Angleterre.

Ce que nous voulons souligner, parce qu' utile peut-être dans une étude de toponymie, c' est la présence de lettrés, de clercs entourés d' une population NOMS DE LIEUX ALPINS.

de frustes montagnards. A l' Hospice, on ne parle pas le patois régional. A l' ori, on y parlait le latin, comme dans tous les couvents du moyen âge, mais depuis longtemps il y a lil-haut comme un îlot de langue française, qui a, peut-être, rayonné dans la nomenclature des lieux environnants. Notons encore que, pendant près de 700 ans, les Prévôts furent presque tous des Valdôtains et que les chanoines eux-mêmes étaient, en grande majorité, originaires de la même région. En effet, après la fameus; « Séparation » de 1752, qui sécularisa les chanoines valdôtains, le nombre des membres de la congrégation tomba brusquement de cinquante à douze.

La toponymie de l' Entremont supérieur a-t-elle subi les effets de ces influences diverses: sociales, économiques, militaires, intellectuelles et religieuses? En trouverons-nous d' intéressant es reliques? Ou, au contraire, ce perpétuel va-et-vient cosmopolite a-t-il fait apparaître et disparaître des noms dont il ne reste rien? C' est ce que notre enquête nous apprendra, peut-être. Si nous avions des plans cadastraux, à grande échelle, soigneusement établis dès l' époque gauloise et minutieusement révisés et contrôlés tous les cinquante ans jusqu' à nos jours, les difficultés s' évanouiraient comme par enchantement. Mais nous n' avons, pour nous guider, qu' une documentation très imparfaite et de date trop peu ancienne. Aussi, la plus extrême prudence devra régir nos conclusions. La tâche est ardue; les résultats parfois décevants. Mais ce ne sont pas des raisons suffisantes pour ne pas chercher avec passion à comprendre et à expliquer d' humbles non s qui sont, avec les bêtes et les fleurs, un ornement de nos montagnes. C' est même un devoir envers le sol aimé des ancêtres. Mes lecteurs auront deviné depuis longtemps, j' espère, que ces articles sont moins une œuvre de sèche linguistique qu' un hommage d' amour à la terre natale. Ce n' est pas blasphémer contre la patrie que de trouver les moindres gazons ou le plus modeste torrent de nos Alpes aussi sacrés, si ce n' est plus, que les terrains où s' élèvent les palais de l' administration fédérale.

Rive gauche de la Drance, de Bourg-St-Pierre au Grand St-Bernard.

Les noms que nous allons étudier, sont ceux, souvent bien défectueux, de l' Atlas topographique au 1: 50,000. Je prie mes lecteurs d' utiliser leurs cartes.

Entremont ( ou mieux Entremonts, avec un s ) s' explique de lui-même, mais je rappellerai que ce nom n' est pas employé par tous les Valaisans. Les gens de Champéry, par exemple, disent ( ou disaient ): le Pani d' amon « le Pays d' Enhaut ».

La Tsarevesse ( mieux Tsarvesse ), dérivé de calvum « terrain chauve ou dénudé », identique au vieux-français chauvèce « calvitie ».

Gode Tsapeletta. Dans le dialecte régional, I mouillée devient d, soit gode = gollie, « gouille ». Tscpeletta n' est pas « petite chapelle ». Serait-ce un adjectif signifiant « en chapelet », c'est-à-dire « formée de petits bassins arrondis »? J' y vois plutôt « appartenant à Chapelet ou Chapelay », nom de famille valaisan.

Les Arpalles, latin alpella « petite alpe ».

Leudena, à corriger en L' Oeudenna, du latin acuculina « petite aiguille », nom d' une herbe piquante et glissante qu' on trouve sur les pentes élevées des montagnes et qu' on fauche parfois encore pour l' alimentation du bétail.

Dans la vallée d' Aoste, on l' appelle oliine ( avec II mouillée ), d' où, sur St-Remy, la Cota dis Ollines, dont la carte a fait Côte d' Isolina!

Crêt dedans = crêt qui est en dedans, c'est-à-dire entre le Crêt d' en bas et le Crêt d' en haut.

Plans Darrays = les plans ( plateaux ) de derrière.

Le Mourin. Vu de Bourg- St-Pierre, ce sommet conique ressemble à un « petit museau ». Serait-ce un diminutif de mour, mouro « museau »? Dans le sud de la France, murra veut dire « sommet ». Mais ses roches sombres autori-seraient aussi un rapprochement avec mourin, nom souvent donné dans le Valais central aux vaches « noires », et qu' on traduirait par « le Noiraud ». Du latin maurus « brun foncé », le français a tiré morillon « raisin noir » et « canard à plumage noir ».

Pont du Guido ( prononcez dyido ). On ne sait plus de quel « guide » il s' agit, ni à quel incident ce nom fait allusion.

L' Etrait = l' étroit, le défilé. Lieu où le sentier suit le bord du torrent. L' orthographe étreit serait meilleure.

Brettemort. Cette orthographe de la carte est défectueuse et trompeuse, et signifierait « Mort bretonne! 1 Ces chalets sont célèbres dans la région. On les disait hantés par la senegouda ( synagogue ou sabbat ) des damnés et des sorciers. Comme la prononciation correcte est breute mort ou bretemort, on traduira par « vilains morts ». Le français « brute » se prononce en Valais brute, brote, breute, brete suivant les régions, avec le sens de « vilain, repoussant, terrifiant ».

Becca colinta = becque ( pointe ) coulante, glissante, qui s' écroule. Le Pey, du latin podium « estrade, terrasse, monticule », identique à l' ancien français poi.

L' Emine. La signification première est « mesure de capacité », mais en Valais il désigne 1° l' unité à laquelle est attribué un lot d' un nombre déterminé de kilos de fromage, de beurre et de sérac, quand on répartit aux « consorts » les produits d' un troupeau d' alpage, et 2° le vase en bois où le lait repose pour être écrémé.

Le Lavanehex = lieu exposé aux ravages des « lavanches » ou avalanches.

Campagnoula. Dans le patois régional, camp- devient tsamp-. Le mot doit être d' origine italienne. L' Italie a donné au patois valaisan campane « cloche de vache » ( du type clarine ) et, au figuré « sotte fille ». Mais campagnoula n' est pas attesté, que je sache, comme synonyme du diminutif « clochette ».

Forgnon, Fournoutse et Sur le Four ( comme ailleurs Fornets, Forny, For-nasse, Fornache ) rappellent les emplacements de « fours à chaux » qu' alimentait la couche de calcaire « ancien », silicate, affleurant au NNE des chalets de Fournoutse, entre les niveaux 2160 m. et 2340 m ., un peu à l' ouest du point 2259 m ., couche qui se prolonge dans le massif du Mourin. ( Renseignements dus à l' obli de M. le prof. N. Oulianoff, in litt. 18/XI 40. ) Je ne saurais dire si le filon d' anthracite signalé vers 2400 m ., dans le Combe des Planards, a pu jouer un rôle dans ces exploitations, mais je suis surpris que Jaccard ait expliqué Forgnon, Fournoutse par « endroits chauds, pâturages bien exposés ».

La Letta est une « bande gazonnée située au-dessus de bancs rocheux ». ( Voir la carte. ) Même nom dans Lette ècondoua ( Arolla et Vouasson ). Au Tessin, nombreuses loita.

Les Luis Bossevendes. Lui, loué est en général « un couloir gazonné en pente très déclive ». Mais il arrive que sa signification se croise avec celle de lé, d' où NOMS DE LIEUX ALPINS.

« paroi rocheuse, lisse et délitée ». Bo.iseoendes rappelle le nom d' un ancien propriétaire. Il y a eu à Bourg-St-Pierre une famille Bossevand, qui s' est éteinte au milieu du XVIIIe siècle. ( Renseignement dû à l' obligeance de M. J. Genoud, président de cette commune. ) Il faut écrire Bossevandes, avec a.

Tenou et Pointe de... ( Combe des Planards ). Je prie le lecteur de me suivre par des chemins détournés et un peu... embraminés, comme disait Tœpffer.

Les hauts confins ( 2400 m. environ ) de la Combe des Bosses ( V. d' Aoste ) sont nommés sur une carte de 1875: Merdœu. En 1924, Merdeux descend à 2010 m. En 1927, Merdeux s' est dédoublé: l' un s' étale en haut, l' autre en bas! Les chèvres et les moutons y trouvent sans doute une maigre pâture. Mais ces hautes solitudes parfumées ont une autre appellation: en 1901, Anteneva, et, en 1924, Artanava. J' ajoute que les gens de Courmayeur prononcent Arta-reva et Artereva, et, pour comble de désordre, un texte de la fin du XVIIe siècle dit: « Alteneva, où se prend la descente pour aller en Bosses par une glavinière»1 ) ( Arnod ).

Analysons cette dernière forme, la plus ancienne. Al- ( comme ar- dans les autres variantes ) signifie « alpe, pâturage de montagne ». Teneva est sans doute un adjectif, que, par bonheur, Bridel enregistre dans son Glossaire: « Teneva, adj. fém. qui se joint toujours à „ terre ": terra teneva „ terre meuble ". » — Pierre-humbert, dans son Dictionnaire du parler neuchâtelois, rattache le mot téne-vière à un adjectif du patois local: tène « pe a profond », qui représenterait l' ancien tenue ( prononcé tenn-ve ) « mince, ténu ». Ce sens de ténu indique clairement l' étymologie latine: l' adj tenuis, tenuem « mince, grêle, de peu de valeur, maigre, stérile ». Peut-être notre teneva vient-il d' un adjectif plus populaire que le classique tenuem, quelque tenuatœn ou tenutam. Comme le provençal, si voisin de nos patois, dit au masculin ttunou, je crois que celui de teneva devait être tenou et que ce dernier mot survit sur les flancs et les crêtes de la Combe des Planards, où il y a force « glavinières » et maigres gazons. Et, si j' ose dire, notre Tenou est un synonyme du Merdeux valdôtain.

Pierre à Becca = pierre à bec, pointue.

La Perreire = carrière de pierres.

Les Erbets ( ailleurs Arbey ). En général, « mayen où le foin est maigre », du latin herbaceus.

Les Planards, dérivé fréquent de « plan », au sens de « plateaux gazonnés ».

Gouille du Dragon. Voir l' explication dans Les Alpes 1937, p. 113, et, plus loin, la notice Drône.

Plans sadoz — plans savoureux, où l' herbe est abondante et de bonne qualité. L' adjectif patois sado est identique au vieux-français sade ( désuet depuis le XVIe siècle ) « agréable au goûte, du latin sapidus. Nous employons encore son contraire: maussade « désagréable », Monts Telliers ( 2954 m. ). Devrait s' écrire Monlelliets « petits monts ».

Grand et Petit Lé = Lac.

Gode Gotte. Mieux Gode agota « gouille à goutte », c'est-à-dire « tarie, desséchée de bonne heure en. été ».

Glavinière = amas de pierres et de gravier, éDoulis.

( A suivre. )

Feedback