Précisions sur quelques termes de langue française concernant la neige et les avalanches

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Avec 2 illustrations ( n08 6, 7Par André Roch

En Suisse, l' étude de la neige et des avalanches a fait de sérieux progrès. Les phénomènes de la métamorphose de la neige et du déclenchement des avalanches qui tenaient plus ou moins du mystère il y a une dizaine d' années sont aujourd'hui expliqués et démontrés mécaniquement.

Mon but n' est pas de développer ici ces théories; je renvoie qui s' y intéresse au petit ouvrage « Lawinen, die Gefahr für den Skifahrer », publié par la Commission suisse pour l' étude de la neige et des avalanches et le Service du Parsenn, ouvrage édité par la Commission géotechnique de la Société suisse des sciences naturelles \.

Ayant travaillé à la traduction de différentes publications sur la neige et les avalanches, je me propose ici de donner simplement la traduction française de certains termes techniques nouvellement introduits en langue allemande; j' y ajoute quelques explications et définitions.

Die Schneedecke — la couverture de neige. C' est l' ensemble des couches de neige superposées qui recouvrent le sol.

Schneearten — Sortes de neige a ) Neuschnee — neige fraîche: Comprend tous les genres de neige où les formes primitives des cristaux de glace sont encore nettement reconnaissables. La neige fraîche n' est pas granuleuse. C' est une masse cotonneuse dont les nombreux pores sont remplis d' air.

Les différents genres de neige fraîche sont:

Pulverschnee — neige poudreuse, qui tombe par une température relativement basse et par temps calme.

Wildschnee — neige folle, qui tombe par très basse température et absence totale de courant d' air; neige poudreuse particulièrement légère.

Windgepackter Schnee — neige soufflée ( tassée par le vent ): Le vent provoque dans la neige qui se dépose un ébranlement et un enchevêtrement des cristaux de glace. De la neige poudreuse peut aussi être soufflée après sa chute, lorsque le vent se lève. La neige soufflée est d' un blanc laiteux mat et peut être très ferme.

Pappschnee — neige flasque: Cette neige tombe à une température voisine de 0° et forme de gros flocons. La neige poudreuse ou la neige soufflée peuvent également devenir flasques sous l' influence d' un courant d' air chaud.

Ces diverses espèces de neige ne se trouvent que dans les couches supérieures de la couverture de neige. Elles sont classées dans les « neiges fraîches » 1 Voir aussi: « Der Schnee und seine Metamorphose » par H. Bader, R. Hœfeli, E. Bûcher, J. Neher, O. Eckel et Chr. Thams, publié par la Commission géotechnique de la Société suisse des Sciences naturelles.

aussi longtemps que l'on reconnaît encore les cristaux primitifs de glace agglomérés.

b ) Altschnee — vieille neige: Cette neige résulte de la transformation des cristaux en grains arrondis. Les formes squelettiques ont disparu. Le diamètre des grains peut être déterminé.

On en distingue deux classes suivant le diamètre des grains: 1° ) grains plus petits que 2 mm; 2° ) grains plus grands que 2 mm.

Les grains de n' importe quelle grosseur peuvent être sans cohésion ( vieille neige tendre ) ou adhérer plus ou moins les uns aux autres ( vieille neige mi-dure ou dure ).

Une strate de neige sans cohésion située sous une couche compacte favorise la formation d' avalanches, car les grains sans cohésion entre eux constituent une couche lubrifiante, « Schmierschicht », idéale qui fonctionne comme un roulement à bille lors du déclenchement.

c ) Besondere Schneearten — formes spéciales de neige. Oberflächenreif — givre de surface: Condensation de l' humidité de l' air à la surface froide de la neige. Cristaux en forme de feuilles, plus rarement en forme de gobelets ( becherförmige Kristalle ).

Schmelzharsch der Schneeoberfläche — croûte de fonte superficielle: La radiation du soleil ou de l' air chaud forme de l' eau à la surface de la neige. Retenue entre les cristaux et les grains de neige, cette eau gèle quand la température s' abaisse et forme une croûte vitreuse ou une mince couche de glace.

Windharsch — croûte soufflée: Sous l' effet du vent, une croûte dure et mate se forme à la surface de la neige. Un fort vent provoque des ondulations, des sortes de vagues de neige.

Schwimmschnee — neige coulante: Suivant les conditions une recristallisation peut se produire à l' intérieur de la couverture de neige. Ces nouveaux cristaux mesurent plusieurs millimètres, jusqu' à plusieurs centimètres; ils ressemblent à des gobelets, des colonnes ou des feuilles. La cohésion entre ces cristaux est infime. Ces cristaux constituent la neige coulante qui se forme souvent au voisinage du sol. La neige coulante est un excellent lubrifiant qui facilite le glissement des avalanches.

Eis und Eislamellen — glace, lamelles de glace se forment dans un profil à la suite de la fonte et du gel. L' eau qui s' infiltre dans la couverture de neige est arrêtée par une couche à grains fins où elle se regèlera.

Sulzschnee, Faulschnee, Firn — gros sel, neige pourrie, névé. Au printemps, à la suite de l' infiltration de l' eau de fonte, la couche s' humidifie. Chaque grain se trouve entouré d' un film d' eau qui accroît le cristal en gelant. Lorsque la surface s' humidifie de nouveau, la neige dite « gros sel » se forme. C' est une vieille neige humide à gros grains. Lorsque l' humidité pénètre profondément à l' intérieur de la couche, le froid de la nuit ne gèle que la surface; cette humidité sous-jacente détruit la cohésion des grains entre eux et on a de la neige pourrie.

Le névé est une vieille neige à grains grossiers formée par des alternances de fonte et de congélation et dans laquelle se trouvent de nombreuses lamelles de glace.

Classification des avalanches D' après le mécanisme de leur déclenchement, on distingue deux types principaux d' avalanches:

a ) Die Lockerschneelawinen — les coulées ( avalanches de neige sans cohésion ). Il s' agit ici de neige sans cohésion interne dont l' équilibre est établi par les forces de frottement comme cela se produit dans un talus de sable. La neige peut rester en équilibre jusqu' à un angle de talus maximum qui varie suivant la grosseur des grains et la consistance de la neige. Cette angle dépassé, toute addition de matière provoque un glissement.

Les coulées ne montrent aucune cassure, elles partent en un point et ne s' élargissent que peu en glissant vers le bas. La piste a une forme de poire plus ou moins allongée suivant la configuration du terrain.

Les coulées peuvent être de neige sèche ( neige folle, poudreuse, coulante ) ou de neige humide ( neige flasque, collante, gros sel, pourrie, névé ).

b ) Die Schneebrettlawine — les avalanches de plaques de neige. Elles sont caractérisées par une couche compacte qui se met en mouvement comme une plaque mobile en rompant son attache par une cassure nette et anguleuse. Pour comprendre le mécanisme du déclenchement d' une avalanche de plaque de neige, la connaissance des forces qui entrent en jeu dans une couche de neige compacte est nécessaire.

Sitôt qu' une strate de neige a de la fermeté, qu' elle soit plaquée par le vent ou durcie par vieillissement, elle acquiert de ce fait une certaine résistance à la traction. Comme la neige rampe ( kriecht ) continuellement vers le bas sur les pentes, que ce mouvement de rampement ( Kriechen ) s' accentue avec la raideur, il y a sur cette couche de neige des zones de tractions sur une pente convexe et des zones de compression sur une pente concave. Lorsque les tensions de traction dépassent la résistance de la couche, il se produit une rupture qui supprime instantanément les tensions internes en sorte que la plaque de neige peut glisser. Encore faut-il, pour que l' avalanche se produise, qu' une couche de neige sans cohésion ou de givre fonctionne comme lubrifiant, sous la strate qui s' est rompue. Lorsque la plaque de neige en mouvement atteint la partie concave de la pente, où se trouve la zone de compression, la couche en mouvement passe par dessus la partie de la couche immobilisée faisant barrage ( Stauchwall ); elle s' accumule en blocs brisés au bas de la pente.

Quant à leur déclenchement, toutes les avalanches peuvent être classées dans l' un de ces deux types.

L' investigation de la couverture de neige se fait en établissant un profil de résistance au battage ( Rammprofil ) et un profil stratigraphique ( Schichtprofil ) donnant les caractéristiques des différentes couches.

Ces profils permettent de prévoir si la couverture de neige est susceptible de se déclencher en avalanche ou non.

La représentation de tous les profils prélevés sur un champ d' observation pendant une saison constitue la suite chronologique des profils ( Zeitprofil ) et permet de suivre l' évolution et les métamorphoses de la couverture de neige.

Feedback