Recherches géo-glaciologiques

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

PAR J.P. PORTMANN, NEUCHÂTEL

Un glacier est un système complexe comprenant des fragments rocheux, de toutes dimensions, pris dans la masse interstitielle qu' est la glace. Cette dernière phase est en général bien étudiée alors que la phase discontinue, comprenant les inclusions rocheuses et la seule subsistant après la fonte, est négligée.

Il est vraisemblable que la teneur, même faible, en matériel erratique puisse modifier les caractéristiques physiques de la glace. La plasticité, le mode de déformation et l' intensité de l' ablation peuvent en être influences ( Portmann J.P. 1960 ).

Entre les investigations glaciologiques traditionnelles et les études géomorphologiques courantes se situent les recherches géo-glaciologiques préconisées ici. Celles-ci n' ont pas encore été abordées systématiquement; elles le seront tôt ou tard car elles complètent et mettent en valeur les deux autres catégories d' études mentionnées ci-dessus. La décrue contemporaine offre d' ailleurs des conditions particulièrement favorables à des investigations de ce genre.

Ces recherches pourraient être effectuées dans deux domaines géographiques disctincts.

1° Soit à la périphérie d' un glacier ou dans la zone marginale d' un inlandsis. L' objectif serait de connaître les éléments rocheux que la glace s' est incorporés et de préciser ainsi les modalités de l' érosion, du transport, de la distribution de ces inclusions. Il s' agirait de récolter ce matériel soit directement, soit par la fonte d' un certain volume de glace ou encore en disposant de carottes de sondages prélevées à d' autres fins. Sur place, il serait indispensable d' observer les particularités glaciologiques telles que les plans de sédimentation, les plans structuraux, et éventuellement de relever l' orientation de certains fragments rocheux - éléments allongés par exemplele mouvement de la glace et l' environnement géologique proche et lointain mériteraient aussi d' être envisagés. En laboratoire, on passerait à l' étude pétrographique et minéralogique de ce résidu rocheux en en caractérisant la proportion, la granulometrie, la nature et la forme des éléments.

2° Soit dans le domaine qualifié ici globalement de périglaciaire et comprenant la zone extra-marginale, plus ou moins élargie. Aux recherches de laboratoire énumérées ci-dessus, s' ajoute des levés cartographiques représentant l' extension des divers faciès: moraines, formations fluvioglaciaires, éoliennes, cryoturbées. Ces recherches, nous renseignant sur ce qu' a livré un glacier, un inlandsis - donneraient des indications sur la provenance des matériaux, sur leur façonnement au cours du transport glaciaire, sur la façon dont la glace se décharge de ses inclusions. Ainsi les conditions génétiques en seraient précisées. On pourrait comparer à ce propos, les accumulations les plus récentes, proches du glacier, et celles plus anciennes, plus éloignées, et suivre l' évolu de l' apport glaciaire, en relation avec d' autres modifications régionales. Ces investigations, pétrographiques avant tout, compléteraient tout naturellement les travaux de Boyé, Weidick; elles se rapprocheraient des recherches effectuées par Okko en Islande.

BIBLIOGRAPHIE Boyé, M.: Glaciaire et périglaciaire de l' Ata Sund nord-oriental, Groenland. Actualités scientifiques et industrielles 1111, Paris 1950.

Okko, V.: Glacial drift in Iceland, its origin and morphology. Bull. Comm. géol. de Finlande, 170 Helsinki 1955. 0STREM, G.: Ice-cored moraines in Scandinavia. Geog. Annaler 1964. Portmann, J.P.: Les inclusions rocheuses dans les glaciers. Geographica helvetica 1960. Weidick, A.: Ice margin features in the Julianehàb district, South Greenland. Copenhague, 1963.

Feedback