Heinrich Albert Dübi (1848-1942)

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Heinrich Albert Dübi ( 1848-1942 ) Pendant des dizaines d' années, Heinrich Albert DUbi a été l' une des figures les plus marquantes de l' alpinisme et de la littérature alpine. Né le 25 novembre 1848 à Berne, il y a passé toute sa jeunesse et est toujours resté, jeune étudiant, sous l' influence de sa ville natale et de ses environs. Pendant toute sa vie, il professa au collège, donnant des cours de langues anciennes et d' histoire. Ses loisirs étaient voués à la marche et à l' alpinisme et il devint bientôt un fervent grimpeur et un explorateur eminent du monde des Alpes. Il entra en 1868 à la section de Berne, dont il rédigea le mémoire du cinquantenaire en 1913. Fidèle à lui-même, c' est dans cet ouvrage que Dübi, à côté d' une étude approfondie sur la question des cabanes, insistait sur la valeur symbolique et l' extension du Musée alpin, considéré comme le fondement de la mission historique et intellectuelle du CAS, embrassant tous les aspects de l' alpinisme. Il eut la joie d' assister, le 15 décembre 1934, à l' inauguration du nouveau bâtiment du Musée alpin, dont la création avait été proposée en 1912 par Paul Utinger, E. Davinet, Ch. Montandon et le Dr Zeller. Dübi fit d' ailleurs partie de la commission d' organisation. Le premier musée était installé à Berne, au Standesratshaus, Zeughausgasse 17, dans un immeuble qui, bien que sous la protection officielle, est utilisé aujourd'hui comme entrepôt et magasin.

Heinrich Dübi était président d' honneur de la section de Berne, et fut nommé membre d' hon du CAS en 1913.

Dübi était un alpiniste des plus actifs, qui a réalisé de nombreuses premières dans les Alpes bernoises, telle la première traversée de la Jungfrau du Rottal à la Wengernalp en 1873, et celle de l' arête nord-ouest du Grand Fiescherhorn. Responsable, de 1891 à 1923, de l' édition de Y Annuaire du CAS, il sut y maintenir l' esprit et la tradition dont cet ouvrage a toujours été le fidèle défenseur. Son principal intérêt est toutefois reste consacré à l' exploration scientifique des Alpes, ainsi qu' il l' a manifesté par de nombreuses études et publications, riches en aperçus littéraires intéressants et inédits. Rédacteur de Y Annuaire, il sut toujours s' entourer de collaborateurs s' inspi du même esprit que lui, et sachant mettre en lumière les divers côtés scientifiques et historiques de l' alpinisme, et les traitant avec beaucoup de vie. Très tôt, au demeurant, il s' intéressa aussi aux autres montagnes du monde, ainsi qu' aux publications qui s' y rapportaient, constituant ainsi un précieux héritage dont ses successeurs, charges du bulletin mensuel du CAS, ont largement profité.

Parmi les nombreux travaux de Dübi mentionnons: « Les expéditions romaines à travers les Alpes » ( Annuaire 1880 ), « Les routes romaines dans les Alpes » {Annuaires 1883, 1884 et 1885 ), « Alpinisme et excursions en Suisse jusqu' au début du XIXe siècle » {Annuaire 1900 ), « L' explo des Alpes » ( La Suisse au 19e siècle, tome 3 ), « L' Alpinisme dans la littérature et l' art bernois de 1537 à 1839 » ( Berne 1901 ), en collaboration avec A. Wäber: ÜberEis und Schnee, de Gottlieb Studer ( 3 volumes de 1896 à 1899 ), Biographies sur Gottlieb Studer ( Annuaire 1911 ), et M. Whymper {Annuaire 1911 ), et M. Anderegg ( Annuaire 1914/15 ), « En suivant trois légendes de la fin du moyen âge d' Italie en Allemagne à travers la Suisse » {Revue du Verein für Volkskunde, Berlin 1907 ), « Les 50 premières années du CAS » ( mémoire 1913 ), « La naissance d' une légende: Paccard contre Balmat » ( 1913 ), « Les cols des Alpes bernoises et leur utilisation à la fin du moyen âge » ( bulletin de la section de Berne 1936 ), première édition du Guide des Alpes bernoises ( 1909/1910 ), Saas-Fee et ses environs, 1902 ( revision Zimmermann 1946 ).

Ces quelques indications prouvent avec quel soin Dübi savait mettre à profit ses ascensions et ses études pour saisir le monde de la montagne sous ses multiples aspects. Son guide de Saas-Fee, notamment, une véritable monographie, montre avec quelle maîtrise il sut reconnaître l' impor d' une localité au sein d' un grand massif alpin, et décrire dans tous leurs détails l' histoire, les légendes, la culture et la vie économique d' une région particulière.

Ses travaux, comme sa vie entière, furent sans cesse dominés par son souci d' être complet en toutes choses. Il exigeait de ses élèves qu' ils suivissent son exemple. Toutefois, dans le cercle de la famille et des amis, il faisait volontairement rayonner autour de lui une influence souveraine qui attirait et fascinait tous ceux qui s' en approchaient.Max oechslin

Feedback