Les variations des glaciers suisses en 1955

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Avec 4 illustrations ( 114-117Par A. Renaud Histoire d' une idée « II est un phénomène, dans l' histoire naturelle de nos Alpes, qui est constaté et reconnu depuis bien des siècles, qui a frappé tout le monde mais qui est cependant encore insuffisamment connu, insuffisamment étudié, insuffisamment expliqué. Je veux parler des variations périodiques de grandeur des glaciers... Je voudrais essayer d' intéresser les amis des Alpes à ce problème, et leur demander leur collaboration pour la récolte des matériaux qui en prépareront la solution. » C' est ainsi que François Forel ( 1841-1912 ) s' exprimait dans le préambule de la première chronique régulière sur les variations des glaciers suisses, voici trois quarts de siècle 2. Actuellement, on peut légitimement se demander s' il est opportun de poursuivre les observations entreprises par Forel et d' accumuler encore matériaux et statistiques.

A cette question, une réponse pertinente a été donnée en 1894 déjà dans les « Instructions pour l' observation des variations des glaciers » élaborées par l' Inspection fédérale des forêts: « Comme les variations des glaciers sont extraordinairement lentes dans leurs allures, qu' elles ne développent leur action qu' au bout de plusieurs dizaines d' années,... les observations gagnent en valeur plus on les prolonge. » A la même époque, la Commission internationale des glaciers était créée, étendant aux glaciers étrangers les observations régulières déjà développées dans nos Alpes. L' idée de Forel recevait ainsi sanction définitive et, dès lors, une documentation considérable a été rassemblée sur les variations contemporaines des glaciers du globe.

L' idée, toutefois, a sensiblement évolué. Il est notamment apparu assez vite que les variations ne présentaient pas la périodicité régulière qu' on leur avait accordée au début. Sans doute la régularité plaît-elle aux hommes, ainsi que l' avait déjà fait remarquer le sagace H.B. de Saussure, mais elle n' existe guère dans la nature. Aussi, le titre des chroniques glaciaires qu' avait adopté Forel a-t-il été quelque peu modifié.

D' autre part, il est apparu dès le début du siècle à Forel même et à ses collaborateurs que les variations des glaciers resteraient à tout jamais inexplicables si l'on omettait d' ob également l' enneigement alpin. C' est ainsi que, peu à peu, la nivologie a occupé une place dans nos chroniques. Nous regrettons toutefois que les observations nivométriques soient encore si peu nombreuses. Il conviendra sans doute de les développer; les amis de la montagne pourraient nous y aider.

Malgré leur intérêt et leur signification climatique, les observations sur les variations de longueur ne suffisent pas à caractériser complètement un phénomène de nature essentiellement complexe. C' est la raison pour laquelle les glaciologues accordent maintenant beaucoup d' importance aux études susceptibles de fournir des données sur les variations de volume. C' est ainsi que les observations faites depuis 1922 sur les glaciers d' Unteraar puis d' Oberaar, et celles plus complètes encore qui se développent chaque année davantage au Grand Glacier d' Aletsch, sont maintenant susceptibles d' apporter une contribution décisive à la solution du problème des variations. Toutefois, ces études idéales ne s' étendent actuellement qu' à 1 Observations annuelles publiées par la Commission des glaciers de la Société helvétique des sciences naturelles avec la collaboration du CAS ( 76° rapport ).

2 Les variations périodiques des glaciers des Alpes in Y Echo des Alpes 1881, N° 1.

Die Alpen - 1956 - Les Alpes16 un très petit nombre de glaciers et ne pourront donc se substituer que lentement aux mensurations usuelles des variations de longueur.

L' idée de Forel demeure et reste la raison d' être des glaciologues actuels. Seules évoluent les méthodes et se perfectionnent les moyens d' investigation.

L' enneigement alpin 1954/55 Après un automne ensoleillé, chaud et relativement sec, l' hiver 1954/55 fut assez tardif. Les mois de décembre et de janvier même furent trop chauds. Mais la température s' abaissa en février et descendit en mars au-dessous de la normale. Avril resta frais en montagne, ainsi que l' été dans son ensemble. Les mois de juin et de juillet marquèrent un grave déficit d' insolation. Au Säntis ( 2500 m ) la somme des températures moyennes journalières positives de l' année hydrologique ( octobre 1954—septembre 1955 ) n' atteignit que 648 degrés, soit les 87 % de la valeur normale.

Au-dessus de 2500 m, l' enneigement alpin débuta dès la fin de septembre et progressa par quelques chutes de neige au sud des Alpes les 24 et 25 novembre, puis par d' autres, plus générales, vers le 10 décembre. Le 11, une avalanche emporta le poste météorologique du Col du Saint-Gothard.

Dès le 23 décembre, la neige devint très abondante, causant de nombreuses avalanches. L' une d' elles emporta un baraquement d' ouvriers à Fionnay, faisant 4 victimes. Selon M. Zingg de Y Institut fédéral pour V étude de la neige et des avalanches au Weissfluhjoch sur Davos, que nous remercions pour les précisions qu' il a bien voulu nous communiquer, en l' absence des fortes chutes de neige de décembre, l' enneigement hivernal serait reste modéré. Il n' en demeure pas moins que les chutes de neige de janvier furent anormalement abondantes, sauf en Engadine. Elles firent des dégâts matériels et forestiers dans l' Oberland bernois et dans les régions avoisinantes du Valais. La seconde moitié du mois de février apporta enfin un nouvel épaississement de la couche dans le versant nord des Alpes, mais sans causer de dommages notables. Au cours de l' hiver, 5 touristes périrent sous l' avalanche.

Au Saint-Gothard, l' enneigement maximal atteignit 3,6 m à mi-mars. Au Säntis, on le nota à mi-avril avec 4,5 m. En haute montagne, les conditions furent excellentes pour le ski de printemps.

La fonte estivale s' effectua lentement et les glaciers restèrent recouverts assez bas jusqu' à la mi-août. Au Grand Glacier d' Aletsch, la limite du névé resta située vers 2830 m. A la fin de fete, MM. Kasser et Röthlisberger mesurèrent un résidu d' accumulation de 4,2 m à la balise P3 de la Commission des Glaciers située sur le Jungfraufirn à l' altitude de 3350 m, ainsi qu' un nouvel accroissement de l' épaisseur du névé par rapport à l' année précédente.

Grâce à ces observations, ainsi qu' à d' autres dues à MM. Kuhn 1, Blanc et au personnel du Chemin de fer de la Jungfrau, nous avons pu établir un tableau d' ensemble de l' enneige 1954/55 qui montre une persistance de la tendance à une amélioration de !'alimentation des névés.

Tel est le bilan d' un hiver riche en précipitations suivi d' un été frais et pluvieux.

Chronique des glaciers 1954/55 Depuis 1947, année marquée par la décrue accentuée de presque tous les glaciers, le régime a considérablement changé. En 1955, seuls les deux tiers sont en décrue et le quart 1 W. Kuhn, Der Firnzuwachs pro 1954/55 in einigen Schweiz. Firngebieten. I. Bericht ( in Vierteljahrschrift der Nat. Ges. Zürich, 1955 ).

est déjà entré en régime de crue. En fait, cette dernière n' affecte encore que les plus petits, et parmi les grands, le seul glacier $ Allalin. Un résultat très significatif est la valeur moyenne de la variation de longueur des fronts des glaciers mesurés: elle montre un recul global de 6 mètres contre 15 mètres l' année précédente.

Les résultats détaillés que nous donnons à la fin de cet article sont dus en grande partie aux agents forestiers, nos collaborateurs depuis 1894.

La Commission des glaciers et ses collaborateurs a rassemblé de son côté une partie importante des mesures: MM. Mercanton ( Rhône et Gratschlucht ), Jost et Boss ( Grindelwald ), M. et K. Oechslin ( Uri ), Kasser et Röthlisberger ( Aletsch ), Guex ( Trient ), J. Ls Blanc ( Otemma, Mont Durand et Breney ), Renaud et Maag ( Z' Mutt et Findelen ), Campiche ( Rosenlaui ).

Nous devons les résultats des glaciers de Kessjen, Allalin, Schwarzberg, Tälliboden et Ofental à la courtoisie de la Section d' Hydrologie ( VA WE, ETH ) dirigée par M. Kasser. Les Forces motrices de VOberhasli nous ont communiqué les résultats complets des mensurations effectuées par M. A. Flotron sur les glaciers d' Unteraar et Oberaar. Electro-Watt S.A. nous a enfin adressé les mensurations effectuées par le personnel des Forces motrices de Mauvoisin aux glaciers de Corbassière et de Giétroz.

A tous ces correspondants nous disons ici notre gratitude pour leurs contributions.

La valeur exceptionnellement élevée du recul du glacier d' Oberaar est due, comme l' an dernier, à une longue immersion de la langue terminale dans le nouveau lac de retenue. Elle a duré 211 jours, du 27 juillet 1954 au 20 février 1955. Le niveau du lac a atteint la cote maximale de 2301 mètres le ler novembre, dépassant de 31 mètres celle du point le plus bas du glacier. Au glacier d' Unteraar, l' immersion n' a duré que 55 jours, la différence des cotes étant beaucoup plus petite. Il n' en reste pas moins que la fonte accélérée de ces glaciers n' a plus de signification climatique. Aussi n' avons nous pas tenu compte de ces valeurs dans le calcul de la variation moyenne de l' ensemble des glaciers mesurés.

Le plus grand intérêt des mensurations faites par M. Flotron réside dans l' estimation des diminutions de volume. En effet, en regard des valeurs de l' année précédente, la diminution de volume n' est que de 65 % pour l' Oberaar et de 71 % pour l' Unteraar ( sans Lauteraar, non mesuré ).

Au Grand Glacier d' Aletsch, le changement de régime qui a commencé à se manifester depuis 1950 s' est fortement accentué. En effet, selon M. Kasser, les précipitations dépassèrent la moyenne de 16,2 %, tandis que l' ablation estivale resta fort en dessous de la moyenne. Le bilan hydrologique 2 fut fortement excédentaire, équivalant à une augmentation de la masse du glacier représentée par une lame d' eau d' environ i mètre uniformément répartie sur la surface. Malgré cela, la langue marque encore un recul de 44,5 mètres. Rien ne saurait mieux illustrer les considérations formulées dans la première partie de cet article.

1 P. Ls. Mercanton. Les variations de longueur du glacier de PUnteraar avant et après l' ennoyage de son front par le lac d' accumulation de la Grimsel ( in Cours d' eau et Energie, Dec. 1955 ).

2 P. Kasser. Sur le bilan hydrologique des bassins glaciaires avec application au Grand Glacier d' Aletsch. ( Mitteilungen der Versuchsanstalt für Wasserbau und Erdbau an der E.T.H. Zürich. N°37,1956. ) Enneigement alpin 1954/55 - Einschneiungen in Hochlagen 1954/55 I. Observations au moyen de balises - Pegelmessungen Résidu à l' étiageVariation de GlaciersAltltudeEnne.gement maximalaccumulationniveau de la en mfin d' hiverdissipationsurface Aletsch33504,25 mle 18 VI 554,2 mle 15 IX 55 + 0,4 m Clarides24404,30 mle 1 V 55 0le 18IX 55 Clarides27005,50 mle 15 IV 552,4 mle 18 IX 55 Clarides29006,00 mle 15 IV 554,5 mle 18 IX 55 non observé Suvretta27304,55 mle 15 IV 551,15 m le 27 IX 55 Suvretta30004,25 mle 15 IV 552,60 m le 27 IX 55 II. Observations au moyen d' échelles nivométriques sur des parois rocheuses Bei Felsmarken Variation de GlaciersAltitudeNiveau maximalNiveau minimalniveau de la surface Diablerets 3030le 13 XI54:67 degrès1 le 20 XI 55: 70 degrès1.5 m Grindelwald Inférieurle 21 IX 54: 16 degrès1 ( Eismer ) 3100 le 6 III 55: 46 degrés * le 16 X 55: 18 degrèsj+Im * Enneigement hivernal maximal apparent de 30 degrès = 15 m.

Variations de longueurs des glaciers 1954/55 - Gletscherbewegungen 1954/55 Bassin du Rhône - Einzugsgebiet der Rhone Variations, en mètres, en Glacier iCanton 2 RhôneVS Mutt ( Gratschlucht)VS FieschVS Grosser AletschVS Lang. VS KaltwasserVS AllalinVS TällibodenVS Schwarzberg ( Schwarzenberg)VS OfentalVS 1953/54 1954/55 0 0 — X — 19 — 2 - 3,5 — 9 — 44,5 - 5,5 - 5,5 + 8 0 — 20 + 15 — 10 — 9 — 8 — 18 — 2 -13,5 1 Les noms sont tirés de la Carte Nationale de la Suisse au 1: 50 000. Dans la parenthèse, la dénomination utilisée dans les rapports antérieurs.

2 VS = Valais. VD = Vaud. BE = Berne. UR = Uri. GL = Glaris. SG = St-Gall. GR = Grisons. TI = Tessin. Le canton mentionné est celui sur le territoire duquel se mesure la langue terminale.

* Grand Glacier d' Aletsch. Vue prise le 25. 7. 55 montrant le relief complexe de la rive gauche dégagée par la décrue ainsi que l' appa d' une tête rocheuse ( un peu à gauche du milieu ) qui était recouverte par la glace en 1926, époque du levé de la Carte Nationale Grand Glacier d' Aletsch. 25. 7. 55. Sur la rive droite, à l' endroit marqué d' une flèche sur la photo supérieure, la décrue récente a mis au jour ces vestiges de bois datant d' une phase de recul antérieure plus accusée que l' actuelle 1141115 - Photos H. Rêthltsberger, VA WE-ETH, Abi. für Hydrologie Bassin du Rhône ( suite ) GlacierCanton KessjenVS GornerVS Z' MuttVS FindelenVS Turtmann ( Ouest)VS Turtmann ( Est ou Brunegg)VS Zinal ( Durand de Tsinal)VS MomingVS Bella TolaVS MoiryVS FerpècleVS Bas d' Arolla ( Arolla)VS Tsidjiore-Nouve, ( Tsijiorenouve)VS Cheilon ( Duran de Seillon)VS L' En Darrey ( Lendarrey)VS Grand DésertVS Mont Fort... VS OtemmaVS Mont Durand ( Val de Bagnes)VS BreneyVS ValsoreyVS CorbassièreVS GiétroVS SaleinaVS TrientVS TsanfleuronVS Plan Névé ( Grand)VD Plan Névé ( Petit)VD MartinetsVD PrapioVD ( 2 ans ) Sex RougeVD ( 2 ans ) PaneyrosseVD Variations, en mètres.

en 1953/54 1954/55 — 1 - 9,5 — 29,5 -20 — 6 - 4 — 15 - 9,5 — 31,5 -10,5 — 53 - 1,5 - 9,5 4 - 2 — 32 - 7 — 6 4 - 7 - 2,5 - 0,5 — 18 -11 — 5 -34 — 4 - 1 - 5,5 - 1 — 7 4 -32 — 9 4 -20 - 3 -10,5 -12 — 6 - 9 — 29 0 ( 2 ans3,5 ( 2 ans6,5 — 45 -19 - 3654 — 34 4 - 8 — 20 4 - 6 + 109 4 - 3,5 — 2 4 - 2 s60 4 -15 s ) 4- 73 4 - 2,5 — 1 4 - 0,5 Bassin de l' Aar - Einzugsgebiet der Aare OberaarBE — 92,5 —100 UnteraarBE — 16,5 — 13 Oberer GrindelwaldBE — 11 — x Unterer GrindelwaldBE — 43 — 30 SteinBE — 20 — 17 BlümlisalpBE — x 0 SchwarzVS — 4 0 GamchiBE 0 — 3 RosenlauiBE — 14 — x Bassin de la Reuss - Einzugsgebiet der Reuss Griess ( bei Unterschächen)UR ( 3 ans30 Wallenbühl ( bei Voralp)UR0,5 Chelen ( Kehlen)UR384 HüfiUR8,55,5 * La valeur pour 1952/53 était de — 34,5 m au lieu de — 43 m ( 75e rapport ).

Bassin de la Reuss ( suiteVariations, en mètres, en Glacier Canton 1953/541954/55 Brunni UR — 143 Damma UR — 314 St-Anna UR — 302 Tiefen UR — 22,510 Bassin de la Linth - Einzugsgebiet der Linth Sulz GL ( 2 ansx3,5 Bassin du Rhin - Einzugsgebiet des Rheins Punteglias GR — 57 Vorab GR 014 Lavaz GR — 2215 Porchabella GR10 Verstankla GR2 ansx Lenta GR — 9,53 Schwarzhorn. GR6,5 Sardona SG7 Paradies GR — 2053,5 Suretta GR — 1723 Calderas GR — 7,55 Bassin de l' Inn - Einzugsgebiet des Inns Morteratsch GR — 35,516,5 Tschierva GR — 3337 Tiatscha GR — 173 Lischana GR ( 2 ans0 Roseg GR5 ans255 Bassin de l' Adda - Einzugsgebiet der Adda Forno GR — 27,513,5 Palü GR(21 ans ) —54214,5 Bassin du Tessin - Einzugsgebiet des Tessins Rossboden VS — 42,5 Bresciana TI — 64 Récapitulation - Zusammenfassung Glaciers observés 7376 Glaciers en décrue 65 = 8950 = 66 % Glaciers stationnaires 3=47=9% Glaciers en crue 5=719 = 25 % Variation moyenne * —15,2 mètres5,9 mètres 1 Oberaar et Unteraar non compris.

LES VARIATIONS DES GLACIERS SUISSES 1955 Aaregletscher Mesurations des glaciers de l' Aar 1954/1955 par les « Forces motrices de l' Oberhasli » ( K.W.O. ) Unteraar 1954/55 ] Ecarts sur 1954 Vitesses superficielles en m/an Profils Altitudes m de cote, en m de section, en m2 moyennes écarts sur 1954 maximum moyenne maximum Grunerhorn ( Finsteraar )..

2571 -0,21 + 2,0 — 221 35,17 — 0,56 48,9 Wildläger ( Lauteraar )..

non mesuré Mieselen

non mesuré Pavillon Dolfus.

2246 -1,15 — 4 — 1170 21,14 -1,62 29,2 Brandlamm Supérieure..

2089 — 2,99 -8,3 — 2686 8,66 — 0,52 ( 2 ans ) ( 53-55 ) Brandlamm Inférieure..

non mesuré Oberaar ( 1954/55 ) Suprême

2578 — 0,52 -1,8 — 431 10,15 — 0,84 16,1 Supérieur....

non mesuré Médian

2415 — 0,77 -2,3 — 461 6,63 — 0,20 11,1 Diminution de superficie en mètres carrés 1953/541954/55 Unteraar8 2606 060 Oberaar 41 36044 508 Diminution de masse en milliers de mètres cubes Unteraar De front à front

Du front au profil Brandlamm Inférieure

De Brandlamm Inférieure à Brandlamm Supérieure.. De Brandlamm Supérieure au Pavillon Dollfus

Du Pavillon Dollfus à Mieselenegg

Finsteraargletscher de Mieselen à Grunerhorn

Lauteraargletscher de Mieselen à Wildläger

Total Unteraar Total Unteraar sans Lauteraar Oberaar De front à front

Du front au profil Médian

Du profil Médian au Supérieur

Du profil Supérieur au Suprême

200 59 162 60 2 472 1 590 5 094 2 894 2518 2 037 1 524 1919 2 466 non mesuré 14 436 11970 8 559 1 113 2 656 474 1 143 355 867 427 Total Oberaar 4 6662 369

Feedback