Gaulihütte et la Glärnischhütte bientôt rajeunies Voici les projets lauréats des concours d'architecture

Là, on ne fait pas dans l’improvisation: lorsqu’il faut rénover une cabane du CAS, on évalue soigneusement ce qui doit être fait et la manière de le réaliser. À cet effet, le CAS lance des concours d’architecture. Les projets déposés sont analysés en détail et le choix se porte alors sur la meilleure solution. On connaît maintenant les vainqueurs des concours lancés pour la rénovation de la Gaulihütte et de la Glärnischhütte. 

Première cabane de l’histoire du CAS, la Grünhornhütte a été construite au pied du Tödi en 1863, l’année même de la création du Club qui, depuis lors, a construit ou racheté 152 autres bâtiments devenus cabanes (du) CAS. S’il a maintenant renoncé à en construire de nouvelles, il entretient et rénove celles qui font partie de son patrimoine.

Les types de bâtiments ont évolué au cours de la vie du CAS, qui existe depuis plus de 150 ans. Aujourd’hui, le critère prioritaire pour le Club est indiscutablement la durabilité.  Lors de la rénovation ou de l’agrandissement d’une cabane du CAS, l’effort est donc mis sur la préservation du précieux patrimoine que constitue la cabane existante, et sur l’adaptation de l’infrastructure obsolète aux besoins contemporains et aux exigences légales actuelles.

Chaque année, le CAS entreprend en moyenne la réalisation de six chantiers. La plupart du temps, les sections lancent pour chaque projet un concours d’architecture, avec l’aide du Domaine Cabanes et Infrastructure du Secrétariat central du CAS. Les sections peuvent ensuite choisir le projet le mieux adapté parmi une large palette de solutions proposées. Actuellement, les sections Bern et Tödi du CAS préparent la rénovation totale et l’agrandissement de leurs cabanes Gaulihütte et Glärnischhütte.

Le projet qui l’a emporté pour la Gaulihütte a été établi par le groupe de travail AGW de Berne. Il propose de grouper dans un nouvel ensemble les deux corps de bâtiments recouverts de tavillons. Les caractéristiques formelles et la typologie des cabanes existantes seront préservées. La première d’entre elles, datée de de 1895, sera rénovée en accord avec les responsables des monuments historiques et intégrée à l’exploitation de l‘ensemble. Une construction intermédiaire sera remplacée et pourvue d’un nouvel escalier. Avec des chambres plus petites pour les hôtes, de nouvelles toilettes à compostage et des locaux améliorés pour le personnel de gardiennage, la cabane sera convenablement équipée pour l’avenir. L’approvisionnement d’énergie a reçu toute l’attention qu’exige une exploitation durable: il sera assuré par des sources renouvelables (soleil, bois et hydroélectricité locale).

Pour la Glärnischhütte, les architectes auteurs du projet retenu (Jung Architektur de Näfels) ont proposé une annexe affirmée, filigranée. Les chambres de couchage de petites dimensions y sont aménagées ainsi que le domaine du personnel de gardiennage et les installations sanitaires. Une terrasse est prévue sur le toit de la nouvelle construction. L’ancienne cabane ne subira que des transformations prudentes pour être adaptée aux besoins actuels. La Glärnischhütte aussi aura recours aux énergies renouvelables et sera équipée de toilettes à compostage afin de réduire la consommation d’eau.