Du rapport entre le Solvaybiwak et le soda

C’est le Solvaybiwak CAS qui trônait en page de garde de notre numéro de septembre. Peu de jours après la parution de ce cahier, nous avons été informés par Solvay (Suisse) SA de la célébration de son centenaire à Bad Zurzach. Ce n’est pas un hasard si le refuge et la firme portent le même nom, qui est celui du chimiste belge Ernest Solvay. Il fonda en 1863 avec son frère l’entreprise qui porte leur nom. Celle-ci produisait du carbonate de soude selon un procédé nouveau qui allait lui permettre de conquérir le marché mondial. Solvay acquit en 1922 la Schweizerische Sodafabrik, qui avait vu le jour en 1914 à Zurzach.

Loin de n’être qu’un industriel, Ernest Solvay se fit aussi connaître comme philanthrope et mécène en soutenant de nombreux projets sociaux et culturels. Il était aussi passionné de montagne, et fasciné par le Cervin en particulier. La chronique de la firme Solvay SA relate qu’il était envoûté par l’histoire de la première ascension de ce sommet. Sollicité de contribuer à la construction d’un refuge, il se déclara immédiatement prêt à verser un montant de 15 000 à 20 000 francs. Pourtant, la construction du refuge prit du retard. D’abord, la Commune de Zermatt refusa de mettre à disposition l’emplacement prévu, puis la réalisation fut retardée par le mauvais temps et le début de la guerre. L’ouvrage fut enfin terminé en 1915, mais les intempéries retardèrent son inauguration jusqu’en août 1917. Ernest Solvay, retenu dans la Belgique occupée, ne put participer à la modeste cérémonie.

Le Solvaybiwak est la seule cabane du CAS dont l’Association centrale est propriétaire. Toutes les autres appartiennent aux sections.

Feedback