Fulgurant éditorial

A propos de l’éditorial «Il a fait voler en éclats nos illusions», paru dans «Les Alpes» 6/2017

Les décès tragiques d’alpinistes connus font toujours couler beaucoup d’encre. C’est compréhensible, car c’est l’un des moyens de réagir à la mort en montagne de collègues ou d’amis. Souvent, ces textes et ces pensées ne sont que platitudes et clichés. L’hommage de Dominik Osswald publié dans l’édition de juin 2016 ne fait pas partie de cette catégorie, et il m’a touché. Mais plus encore, l’éditorial rédigé par Peter Walthard est le meilleur texte que j’ai lu depuis longtemps à ce sujet. C’est incroyable comme il a réussi à résumer en ces quelques lignes l’essentiel sur la mort d’Ueli, et à l’intégrer à un contexte quotidien facilement concevable pour nous. Cerise sur le gâteau: en guise de conclusion, le rédacteur rebondit sur la dernière phrase de Dominik Osswald et conclut par: «Non, les montagnes ne sont pas là que pour être contemplées.» Il contribue ainsi à un retournement positif pour le sport en montagne, les alpinistes et le CAS. Voilà qui est, sur le plan rédactionnel, un art similaire à ce que réalisait Ueli avec ses records de vitesse sur l’Eiger. Merci!

Feedback