La sécurité de dix modèles sur le banc d’essai Les résultats des tests en laboratoire

Le comportement du déclenchement d’une fixation est essentiel, raison pour laquelle la plupart des tests portaient sur ce point – avec des résultats surprenants. Nous avons résumé toutes les données importantes dans un tableau.

Comportement au déclenchement - valeurs pas fiables

La sécurité des fixations de ski de randonnée dépend d’un déclenchement fiable dès l’apparition de charges pouvant entraîner des blessures. Toutes les fixations ont par conséquent d’abord été vérifiées avec le testeur de fixations Safetronic de Wintersteiger. Cet appareil est également utilisé pour le réglage des fixations dans les magasins de sport. Nous avons tout d’abord contrôlé le réglage de la valeur Z dans la fenêtre de contrôle de la fixation et les forces de déclenchement effectives. Pour la majorité des fixations, les écarts sont restés dans la plage de tolérance de +/- 15%. La Fritschi Scout 11 a montré des écarts frappants: même à la valeur Z = 11, la plus élevée, les forces de déclenchement n’étaient que légèrement plus élevées qu’à la valeur Z = 7. Cela signifie que la fixation se déclenche facilement, même à des valeurs Z plus élevées, ce qui peut entraîner des déclenchements intempestifs chez les skieurs lourds et chez ceux qui attaquent.

Pour l’ATK Freeraider 14 2.0, toutes les valeurs Z ont montré une augmentation significative des forces de déclenchement. Le déclenchement est donc beaucoup plus difficile que ne le suggère la valeur Z. Pour la Marker Kingpin, les forces de déclenchement étaient légèrement supérieures à la plage de tolérance pour les valeurs Z faibles à moyennes.

Ce premier test a clairement montré que les valeurs dans les fenêtres de contrôle et les valeurs de déclenchement effectives peuvent différer sensiblement. La raison: les échelles de la valeur Z des fixations de ski de randonnée ne sont pas calibrées et les valeurs Z supérieures à 10 ne sont pas standardisées. C’est pourquoi il vaut toujours mieux faire ajuster les fixations par des spécialistes à l’aide d’une machine.

Déclenchement latéral

Dans un autre test, la valeur Z de toutes les fixations a été fixée à 8,5. Ensuite, 25 déclenchements latéraux (chute avec torsion) vers la gauche et vers la droite ont été effectués. Pour toutes les fixations, on a assisté à de légers écarts dus au matériau et à la fabrication entre la fixation de droite et celle de gauche, mais ceux-ci se situaient pour la plupart dans la plage de tolérance. Seule l’ATK Freeraider 14 s’est distinguée en raison de valeurs de déclenchement incohérentes et clairement exagérées sur la fixation gauche et sur celle de droite.

Compensation dynamique 
de longueur

La compensation dynamique de longueur est également importante pour le bon fonctionnement des fixations de ski. La talonnière de la fixation doit pouvoir se déplacer horizontalement lorsque le ski se plie. Si elle n’y parvient pas, il y a un risque que la chaussure reste coincée entre la butée et la talonnière lors d’une chute et que la fixation ne se déclenche pas. En principe, la compensation de longueur a fonctionné pour tous les modèles testés. Les fixations hybrides ont un peu plus rigidifié le ski que les fixations à inserts légères. Pour l’ATK Freeraider, la compensation de longueur s’effectue exclusivement par l’intermédiaire des tiges relativement longues de la talonnière (jeu de 4 mm). Si la fixation n’est pas réglée avec précision ou si le ski se plie fortement, il peut arriver que la chaussure se coince dans cette fixation.

Chutes avec le corps penché en avant ou en arrière

En randonnée à skis, les chutes avec torsion se produisent souvent lorsque le corps est penché en avant ou en arrière. Nous nous sommes rendus au laboratoire du TÜV Süd à Garching afin de tester l’aptitude des fixations au déclenchement. Sous la direction de Thomas Maier, expert du TÜV en fixations, nous avons simulé le déclenchement à une valeur fixe réglée sur une valeur moyenne.

Lors des chutes en avant, les forces de déclenchement effectives pour toutes les fixations se situaient dans la plage de tolérance spécifiée de 35%. Les différences dans le comportement au déclenchement entre les fixations à inserts et celles à cadre étaient minimes en cas de chute en avant. La Marker Alpinist et la Kingpin, ainsi que la G3 Ion 10, ont obtenu les meilleurs résultats avec des écarts minimes. Les écarts les plus élevés (22,2 et 32,1%), ont été observés pour la Fritschi Vipec et la Fritschi Tecton.

Lors de chutes en position arrière, on admet une plage de tolérance de 25%. L’Atomic Shift (3,4%) et la Marker F12 Tour EPF (6,9%) ont obtenu les meilleurs résultats. La Fritschi Tecton 12 (27,9%) et la G3 Ion 10 (29,0%) dépassaient légèrement la plage de tolérance spécifiée par la norme. L’ATK Freeraider 14 présentait de forts écarts avec une variation moyenne de 84,3% au-dessus de la valeur cible, ce qui comporte également un risque de blessure.

Déclenchements intempestifs

On fait régulièrement état de déclenchements intempestifs quant aux fixations de randonnée. Dans le pire des cas, le skieur risque de tomber. Pour simuler un tel déclenchement, nous avons effectué des tests en laboratoire avec des impacts latéraux dans la zone de la butée et de la talonnière. Les fixations à inserts légères comme la Marker Alpinist ou l’ATK Freeraider 14 ont affiché les résultats les plus mauvais. La G3 Ion 10 n’est que légèrement meilleure. En raison de leur construction, ces fixations n’absorbent que peu d’énergie lors de chocs latéraux et se déclenchent donc rapidement. Les fixations hybrides sont à ce niveau beaucoup plus performantes. La meilleure protection contre les déclenchements intempestifs est assurée par les fixations à cadre ainsi que l’Atomic/Salomon Shift, qui fonctionne comme une fixation alpine en mode descente.

Neige dure et rugueuse

Dans un autre test, nous avons simulé la vibration des skis sur une surface dure et rugueuse. A l’aide d’un outil de perçage excentrique, nous avons introduit des forces dynamiques le long de l’axe longitudinal du ski. Cela a également montré que le lien rigide entre les pointes de la fixation et les inserts de la chaussure de ski laisse peu de place à la compensation des vibrations. Les constructions des fixations à cadre et l’Atomic/Salomon Shift agissent en revanche comme un amortisseur lorsque des forces latérales sont appliquées. En conclusion, les résultats montrent que les fortes vibrations au niveau de la butée ainsi que d’autres forces complexes survenant lors de la descente peuvent conduire à un déclenchement intempestif des fixations. «Il suffit donc tout simplement de verrouiller les pointes de la butée», estiment certains adeptes de ski de randonnée. Mais attention: si le risque de déclenchement intempestif peut être minimisé par un blocage des pointes, c’est-à-dire par l’activation du mode montée, on minimise en même temps la probabilité d’un déclenchement. Des expériences dans le laboratoire de l’Université technique de Munich ont montré que même les fixations verrouillées se déclenchent. Cependant, des forces élevées sont nécessaires pour que cela arrive. En cas de chute, le risque de blessures augmenterait considérablement. C’est en tout cas ce dont toute personne qui relève le levier de verrouillage à la descente doit être consciente.

Pression sur les carres

Afin d’exercer le plus de force possible sur les carres pendant la montée et la descente, les fixations devraient pivoter aussi peu que possible dans l’axe longitudinal. C’est ce que les experts appellent la résistance à la torsion. Les tests ont montré que les fixations à inserts et les hybrides offrent une résistance à la torsion nettement supérieure à celle des fixations à cadre. L’ATK Freeraider 14 offre la résistance la plus élevée grâce à ses trous extrêmement larges qui augmentent sa rigidité. L’examen pratique a largement confirmé ces résultats. Pour les fixations à cadre Marker F12 Tour EPF et Fritschi Scout 11, qui ont affiché les valeurs de résistance les plus basses, il est arrivé que la fixation dévie si fortement de son axe en cas de manque de précision dans la prise de carre (glissement latéral) que la talonnière ne remplissait plus sa fonction d’aide à la montée.

En mode descente, nous avons testé la résistance à la torsion dans la zone de la talonnière. Les fixations à inserts et les hybrides axées sur la descente sont celles qui ont donné les meilleurs résultats et se situaient à peu près à niveau égal: Marker Kingpin 13, ATK Freeraider 14 2.0 et Fritschi Tecton 12. Les fixations à cadre Marker F12 Tour EPF et Fritschi Scout 11 sont nettement moins résistantes à la torsion.

Ceux qui attachent de l’importance à un ski sportif, tout en puissance et à une prise de carre précise seront mieux servis par les fixations hybrides à cet égard.

Important: les différences entre les types de fixations ont été très marquées lors de l’essai pratique, mais même les fixations à cadre présentant la résistance à la torsion la plus faible offrent encore un niveau de performance tout à fait suffisant pour une utilisation polyvalente. La mesure dans laquelle la torsion vient à se faire sentir dépend notamment aussi des conditions nivologiques. Dans une poudreuse légère, les différences seront moins perceptibles que sur une pente de glace soufflée.

Maniement: pas uniquement une question de confort

Il ne faut pas sous-estimer le confort lors du chaussage et lors du maniement de la fixation. Cela s’applique autant aux débutants dans de courtes premières excursions, qu’aux as de la randonnée à skis lors de longues traversées en haute montagne ou lors de courses dans des conditions nivologiques et météorologiques difficiles. Disposer de matériel pratique s’avère toujours un plus. Comme on pouvait s’y attendre, la façon la plus facile de débuter est de recourir aux fixations à cadre. Le maniement de la plupart des fixations à inserts requiert un peu de pratique. Une fois les mécanismes acquis, elles se maîtrisent sans problème.

De nettes différences sont apparues pour l’activation des cales à l’aide des bâtons de ski. Celle-ci s’est avérée le plus facile pour les fixations suivantes: G3 Ion 10, ATK Freeraider 14, Dynafit ST Rotation 10 et Marker Kingpin 13.

La Fritschi Vipec Evo 12, la Fritschi Tecton 12 et la G3 Ion 10 et leur mécanisme à déclic instantané sont les fixations qui recueillent le plus de points positifs lors du montage des couteaux. Celui de la G3 Ion 10 dispose toutefois d’une longueur d’avance grâce à son poids nettement inférieur.

Jeunes et poids plumes

Les adeptes de randonnée à skis légers (moins de 45 kg) devraient faire preuve de prudence dans le choix du modèle, car certains ne permettent pas le déclenchement dans des plages de valeurs Z basses. En général, le comportement du déclenchement des fixations de randonnée est le moins fiable dans les plages de valeurs Z inférieures. Un désavantage évident. Il serait judicieux de proposer aussi aux personnes légères et délicates, ainsi qu’aux enfants et adolescents, des fixations de qualité supérieure aux valeurs Z basses.

Feedback