Nouvelle mise en garde pour la neige ancienne Nouveautés dans le bulletin d’avalanches

L’hiver passé, les accidents d’avalanche mortels ont été particulièrement nombreux dans les Préalpes occidentales. La faute à une situation de neige ancienne inhabituelle. Dans son bulletin, l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF) fournit désormais des informations générales plus précises sur les situations avalancheuses.

«Les avalanches peuvent se déclencher dans des couches profondes et atteindre une taille dangereuse, en particulier dans les zones de randonnée peu fréquentées. Les endroits exposés à ce risque sont relativement rares, mais difficiles à identifier.» Les randonneurs à skis qui pratiquent leur passion dans les régions alpines du Valais et des Grisons connaissent ce genre d’indications dans le bulletin d’avalanches, ainsi que la problématique de la neige ancienne. Mais une situation de neige ancienne dans les Préalpes fribourgeoises, est-ce vraiment possible?

Manteau neigeux fragile dans les Préalpes occidentales

Pendant l’hiver 2018/2019, six des 18 accidents d’avalanche mortels se sont produits dans les Préalpes occidentales. La raison de ce cumul encore jamais observé est à trouver dans une situation de neige ancienne particulièrement marquée dans les Préalpes occidentales l’hiver passé. Un cas de figure inhabituel: en général, ce problème touche surtout les zones alpines du Valais et des Grisons. Elles sont peu enneigées, protégées du vent et plus froides qu’ailleurs, ce qui permet la formation de couches fragiles qui perdurent longtemps.

La structure défavorable du manteau neigeux qui s’est établie après les épisodes de pluie de Noël jusqu’au-dessus de la limite de la forêt est responsable de la plupart des accidents graves qui ont touché les Préalpes occidentales. La surface mouillée de la neige s’est transformée en une croûte, sur ou sous laquelle se sont ensuite formées des couches fragiles. La faible épaisseur de la couverture neigeuse n’a fait qu’accentuer la situation. Lorsqu’une telle couche fragile est recouverte de neige, elle peut être à l’origine d’une situation avalancheuse critique qui persiste pendant des semaines.

Le problème de la neige ancienne dans le bulletin d’avalanches

Le hic, c’est que cette situation de neige ancienne est difficile à identifier sur le terrain, même pour des randonneurs chevronnés. Le bulletin d’avalanches, lui, est plus simple et accessible à tout le monde. Depuis 2012, il fait état des situations avalancheuses typiques. Tandis que le bulletin d’avalanches précise à quel point le danger est élevé, la situation avalancheuse indique quel est le problème. La situation de neige ancienne est particulièrement critique, parce qu’elle est caractérisée par des avalanches de grande ampleur et donc très dangereuses. Dès cet hiver, afin d’indiquer plus clairement ce danger, la situation avalancheuse «Neige ancienne» ne sera mentionnée dans le bulletin d’avalanches qu’en présence de couches fragiles marquées pour lesquelles un randonneur peut provoquer une rupture et déclencher une avalanche.

Nouveauté: «Pas de situation avalancheuse marquée»

A l’avenir, les situations avalancheuses «Neige fraîche» et «Neige soufflée» seront aussi distinguées plus clairement: en cas de fortes chutes de neige, on n’utilisera plus que «Neige fraîche» au lieu de «Neige fraîche et neige soufflée», comme c’était le cas jusqu’à présent. Il neige rarement sans qu’il vente, et les couches de neige fraîche comportent souvent aussi des accumulations de neige soufflée. Toutefois, un élément typique de la situation avalancheuse «Neige fraîche», c’est que les zones de danger sont vastes, contrairement à la situation avalancheuse «Neige soufflée», où les endroits dangereux sont plus localisés et plus simples à identifier.

S’il n’est pas tombé de neige fraîche, si la neige soufflée date de plus de trois jours et ne provoquera probablement pas de déclenchement, et s’il n’y a pas non plus de couche fragile marquée (des conditions généralement définies jusqu’ici comme une situation de neige ancienne), il sera désormais indiqué «Pas de situation avalancheuse marquée».

Les situations de neige ancienne se cantonneront-elles de nouveau à leurs régions alpines originelles? L’avenir nous le dira. Mais gardons en tête que chaque fois qu’elles se présentent, un sérieux danger guette les amateurs de sports d’hiver qui s’aventurent en terrain avalancheux.

Feedback