Qui a peur du Grand couloir? Mont Blanc: la voie normale en question

Tandis que le nouveau refuge du Goûter doit ouvrir ses portes en 2013, son accès par le redouté Grand couloir préoccupe. Pour sécuriser ce dernier, une galerie pourrait y être creusée. Cependant, une réflexion sur la banalisation de la voie normale du Mont Blanc s’impose.

D’un côté, le vide. De l’autre, des blocs qui dévalent la pente. La peur au ventre, on se lance, et on ne s’attarde pas sur les quelque 100 mètres du Grand couloir. Un passage comme tant d’autres dans les Alpes s’il ne se trouvait pas sur le seul itinéraire viable entre le Nid d’Aigle et le refuge du Goûter, sur la voie royale du Toit de l’Europe. Tristement célèbre pour ses importantes chutes de pierres, ce passage-clé de la voie normale voit passer chaque été quelque 20 000 prétendants au Mont Blanc. Beaucoup y laissent la vie, touchés par un projectile ou victimes d’un dévissage. Le «couloir de la mort» réunirait à lui seul près de la moitié des accidents enregistrés entre les refuges de Tête Rousse et du Goûter. C’est ce qui ressort d’une étude d’accidentologie effectuée conjointement par le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Haute-Savoie et la Fondation Petzl. Cette dernière mène dans le monde entier des projets de développement durable et de prévention aux risques en montagne.

 

Une galerie sous le couloir

En 2010, la Fondation Petzl finançait une étude de sécurisation du couloir. Résultat: un avant-projet proposant le creusement d’une galerie de 180 mètres de long devisée à 1 million de francs pour éviter les risques du couloir. «Le risque zéro n’existe pas, puisque le couloir ne représente qu’une petite partie de l’ascension! Mais entre deux refuges, sur un itinéraire mondialement connu et très parcouru, nous pouvons envisager une amélioration de la sécurité», argumente Paul Petzl, président de la fondation, sur le site Internet de celle-ci.

D’autant que ce tronçon, déjà surfréquenté en été, pourrait se voir pris d’assaut après l’ouverture du nouveau refuge en 2013. L’inauguration de cette perle de technologie à 3835 mètres d’altitude sur un itinéraire alpin n’est en effet pas sans rappeler celle de la cabane Monte Rosa en 2010. Suite à l’ouverture de cette dernière, le nombre d’incidents impliquant des randonneurs inexpérimentés sur son accès glaciaire avait explosé. Un tel scénario ne semble pas inquiéter la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM), propriétaire du refuge du Goûter. D’autres ne se font pas d’illusions, à l’instar de Pierre Curral, président de la Compagnie des guides de Saint-Gervais: «Avec le battage médiatique autour du nouveau refuge du Goûter, des gens inexpérimentés vont vouloir venir le voir ou y passer leur nuit de noces.»

 

En tongs sur l’arête du Goûter

L’idée d’une galerie n’emballe pas Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais. Pour lui, la limite est atteinte. Il ne veut pas entendre parler d’une sécurisation de plus au Goûter: «Si l’on fait une galerie, on va déplacer le problème plus haut, et on aura des gens en tongs sur l’arête du Goûter.» Même son de cloche chez les guides de Saint-Gervais. Pour Pierre Curral, le problème n’est pas à chercher dans le couloir lui-même. Avec ses collègues, il a équipé les passages les plus difficiles du secteur. Le Grand couloir, avec son câble qui le traverse de bout en bout, en fait partie. Tout est là selon lui pour assurer la sécurité d’alpinistes expérimentés et dotés de bon sens. C’est le niveau des candidats au Mont Blanc qui l’inquiète: «Quand j’ai commencé le métier, on n’encordait pas les clients pour monter au Goûter. Les gens étaient mieux préparés. Aujourd’hui, les gens n’ont jamais fait de montagne, mais ils veulent aller au Mont Blanc.» Et le guide d’ajouter: «Beaucoup ne savent pas cramponner, n’utilisent pas le câble malgré les recommandations. J’en ai même vu qui s’arrêtaient au milieu du couloir pour remplir leur gourde avec de l’eau de fonte, malgré le danger.» Au niveau insuffisant des uns s’ajoute donc le manque de clairvoyance des autres.

Une étude statistique menée en été 2011 par la société d’ingénierie géotechnique Alpes ingé a conclu que les chutes de blocs étaient plus nombreuses en début d’après-midi lorsqu’il fait beau et sec. C’est justement là que l’affluence dans le couloir est la plus forte, selon la même étude. «Comme partout dans les Alpes, il faut se renseigner avant de s’engager, éviter les heures à risques et savoir renoncer quand c’est mauvais», explique Pierre Curral. D’après lui, la traversée du couloir ne pose aucun problème lorsque ce dernier est en bonnes conditions.

 

Une voie royale en sursis

Et si ces «bonnes conditions» devaient se faire de plus en plus rares avec le réchauffement climatique? La question ne semble pas préoccuper les principaux intéressés. Cependant, le problème d’accès au Goûter «devrait être encore plus prégnant à l’avenir, d’autant que l’instabilité ne peut que se développer encore avec le réchauffement climatique», prévient Ludovic Ravanel. Auteur en 2010 d’une thèse sur les écroulements rocheux dans les parois à permafrost du massif du Mont Blanc, il considère l’altitude du couloir (3340 m) comme étant la plus défavorable en matière de pergélisol. Mi-août 2012, l’instabilité du terrain due à la sécheresse et aux températures positives poussait la commune de Saint-Gervais à recommander aux alpinistes de différer leur ascension par le Goûter. Durant deux semaines, le Mont Blanc était privé de sa voie royale, le refuge du Goûter inaccessible.

On ne peut que souhaiter à la FFCAM qu’elle n’ait pas à regretter trop vite son choix de reconstruire un refuge au Goûter. Dans l’immédiat, «la voie normale devra faire l’objet d’une réflexion d’ensemble incluant toutes les solutions envisageables, y compris celle du creusement d’une galerie», rappelle Niels Martin, directeur de la Coordination montagne, qui regroupe l’ensemble des fédérations et syndicats professionnels de la montagne français. Les campagnes de prévention et d’information menées jusqu’ici sur le terrain par la Commune de Saint-Gervais et le PGHM de Haute-Savoie ne font pas le poids face à l’attractivité d’un toit de l’Europe de plus en plus banalisé. Même l’interdiction de bivouaquer aux abords du refuge du Goûter n’est pas respectée. S’il semble illusoire de faire appel au bon sens des candidats au Mont Blanc en matière de préparation physique et technique, Jean-Marc Peillex rêve d’un système qui régulerait la fréquentation depuis la vallée: «On ne laisserait monter que les alpinistes au bénéfice d’une réservation dans l’un des refuges ou campings agréés.» Des rangers à l’américaine sur la voie royale du Mont Blanc? Une entorse peut-être nécessaire au principe du libre accès à la montagne. Avant que le réchauffement climatique ne mette tout le monde d’accord.

Pour mieux aborder le Mont Blanc

Le dépliant Réussir le Mont Blanc, une affaire d’alpinistes est téléchargeable en six langues sur www.coordination-montagne.fr ou sur www.fondation-petzl.org

Le nouveau refuge du Goûter

Propriété de la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM), le nouveau refuge du Goûter marque déjà l’Aiguille du Goûter de son empreinte ovoïde. Juché à 3835 mètres d’altitude sur la commune de Saint-Gervais, il offrira 120 places dès juin 2013. Il remplacera l’ancien refuge de 76 places et son annexe de 40 places, situés 200 mètres plus bas sur la même arête et construits respectivement en 1962 et 1991. Perle de développement durable à 6,5 millions d’euros, ce refuge aux allures futuristes fonctionnera en quasi-autonomie, à l’instar de la cabane Monte Rosa en Suisse.

Prévue initialement le 30 août 2012 après trois ans de travaux, son ouverture a été reportée à la saison 2013. La FFCAM a dû prendre cette décision en raison de retards dans les travaux dus à la météo peu clémente et d’un incident technique survenu mi-août 2012, selon un communiqué publié sur son site Internet.

Réservation obligatoire exclusivement sur Internet via le site www.refugedugouter.fr; prix de la nuitée: 60 euros (30 euros pour les membres CAS).

Feedback