Après six semaines, « Traces du climat » a atteint le lac Léman | Club Alpin Suisse CAS

Après six semaines, « Traces du climat » a atteint le lac Léman Le CAS a, lui aussi, contribué à brosser un tableau optimiste du concept du « zéro émission nette »

Du 1er juin au 12 juillet 2021, « Traces du climat » a traversé la Suisse des Grisons au lac Léman. Quelque 600 invités ont participé à cette marche, en tant qu'organisateurs, conférencières ou compagnons de randonnée. Sur son chemin d'est en ouest, le groupe a visité des projets climatiques tournés vers l'avenir et de nombreuses curiosités. Il a en outre présenté des idées et des solutions sur la manière dont la Suisse doit s'attaquer au changement climatique. Le CAS était représenté au sein de l'équipe directrice et a organisé deux manifestations.

Si la Suisse prend au sérieux l'objectif du « zéro émission nette », elle doit agir. La marche « Traces du climat » voulait pointer du doigt les lacunes et susciter la résistance. Mais avant tout, elle a voulu montrer qu'il existe de bons projets et des approches innovantes pour une meilleure protection du climat en Suisse et sensibiliser les gens à cette question. Au cours de ce périple de six semaines à travers la Suisse, différents acteurs se sont rencontrés. Chacun a eu l'occasion d'apprendre et de comprendre d'autres points de vue. « Traces du climat » a également montré qu'en plus de Youth for Climate (Jeunes pour l’action climatique), il existe de nombreuses personnes et organisations motivées et engagées qui œuvrent, peut-être plus discrètement mais avec non moins de conviction, pour une meilleure protection du climat. Avec les connaissances acquises au cours de ce périple, chacun poursuit désormais son chemin.

Le CAS a été impliqué en tant que partenaire et représenté dans l'équipe directrice par Lucie Wiget, collaboratrice spécialisée Libre accès et Protection de la nature. Le CAS a organisé deux manifestations le long de l'itinéraire de randonnée de « Traces du climat » :

Les Alpes : victime et/ou responsable du changement climatique

L'Initiative des Alpes et le Club Alpin Suisse CAS ont organisé une table ronde commune le mardi 29 juin au Musée Alpin Suisse, intitulée « Les Alpes : victimes et/ou responsables du changement climatique ». Les différents acteurs et actrices se sont exprimés sur les conséquences dramatiques du changement climatique dans les Alpes. Jürg Schweizer, directeur de l'Institut suisse pour l'étude de la neige et des avalanches SLF, a souligné : « D'ici 2060, la température augmentera de quatre à sept degrés et, d'ici 2050, le volume des glaciers fondra encore de 50 % par rapport au niveau actuel ». Katharina Conradin, de la CIPRA, a expliqué que ce sont avant tout les Alpes qui contribuent au changement climatique, notamment le tourisme et ses diverses activités. Dominik Sigrist, de l'équipe directrice de « Traces du climat », a fait valoir que les régions de montagne devraient, elles aussi, faire leur part pour réduire les émissions de CO2. Et Françoise Jacquet, présidente du CAS, est venue confirmer la position du CAS au cœur de ce point névralgique qu'est le changement climatique. L'infrastructure du CAS, p. ex. les cabanes et les chemins, est soumise à une pression croissante. Cependant, les sports de montagne contribuent eux aussi fortement aux émissions de CO2, notamment par les déplacements en voiture. Avec sa stratégie climatique, le CAS veut donc agir à différents niveaux. En soutenant l'initiative pour les glaciers, le CAS montre qu'il prend au sérieux l'objectif du « zéro émission nette ».

Efforts pour des sports de montagne climatiquement neutres

Le 4 juillet, une vingtaine de personnes ont discuté de l'avenir des sports de montagne à l'heure du changement climatique au Laténium, le musée archéologique de Neuchâtel. Il était clair pour tout le monde que cela devait changer. Divers expertes et experts ont donné un aperçu de leurs domaines d'expertise : Dominique Gouzi, préposé de longue date à la Cabane Bertol CAS, a exposé en quoi la cabane est exposée aux bouleversements causés par le changement climatique. Lors de l'été du siècle, en 2003, l'eau a même dû être transportée jusqu'à la cabane par hélicoptère. L'alimentation en eau par de nouvelles sources s'avère de plus en plus difficile. La stabilité des rochers sous la cabane doit en outre faire l'objet d'une surveillance à de nombreux endroits.

Alexia Massacand, scientifique et fondatrice de MountaiNow, a expliqué l'impact du changement climatique en montagne et a présenté la campagne de surveillance continue de MountaiNow. Grâce à leurs photos, les alpinistes peuvent aider la science qui traite du changement climatique à améliorer ses bases de données.

Benno Steiner, responsable Protection du paysage et du climat au CAS, a donné un aperçu de la stratégie climatique du CAS, actuellement en cours d'élaboration. Le CAS aimerait atteindre son objectif de neutralité climatique sur trois niveaux : Avec des mesures concrètes dans les activités de l'Association centrale, avec des projets pilotes et des incitations en collaboration avec les 111 sections du CAS, et avec des mesures de communication et de sensibilisation pour la communauté des alpinistes en général. Lors de l'atelier qui a suivi, divers aspects relatifs au climat ont été discutés avec les personnes présentes et de premières approches pour des sports de montagne plus respectueux du climat ont été développées. Des efforts sont nécessaires à tous les échelons : Par chaque individu, en politique ainsi que par le CAS lui-même. Les résultats et les conclusions de cette manifestation seront intégrés dans les travaux futurs du CAS en faveur de sports de montagne plus respectueux du climat. Enfin, « Traces du climat » a dressé sa propre conclusion en 12 étapes.

Persönliches Fazit von Köbi Gantenbein, Mitinitiator

«Ich habe trotz der Wucht, mit der die Wohlstandsschweiz das Klima ruiniert, mein heiteres Gemüt behalten.»
Feedback