6,180 tonnes de papier

A propos du Portfolio, «Les Alpes» 9/2014

Je suis consterné à la vue du portfolio de l’édition de septembre. J’ai essayé de comprendre comment on peut en arriver à consacrer, dans la revue du CAS, 16 pages entières à un thème qui, vraisemblablement, n’est pas à même de contenter une majorité de lecteurs. L’impression de ce portfolio a demandé 6108 tonnes de papier pour l’édition complète. Il ne m’appartient pas de commenter le travail de David Petrig. L’art est une question de point de vue. Je suis bien conscient de l’impossibilité de satisfaire le goût de tous les intéressés. Il ne s’agit pas non plus de remettre en question les contributions culturelles, ni l’art dans son ensemble. Il s’agit ici d’une question de proportion. Le seul aspect positif réside dans la tentative de répondre à une critique précédemment formulée, et dans le fait d’avoir au moins entrepris quelque chose en collaboration.

Feedback