Accès long, voies isolées Clean climbing autour de la Baltschiederklause

Des spitsseulement là où l’on ne peut utiliser friends et coinceurs. Tel est le principe selon lequel des guides de montagne ont équipé de nouvelles voies et assaini d’anciennes au Jägihorn.

Petite Arvine, Rösti ou Butterbrot, c’est ce que l’on pourrait lire sur le tableau en ardoise de la terrasse d’une cabane du CAS. Il s’agit en fait des noms des nouvelles voies d’escalade en clean climbing au Jägihorn, en Valais. «La vue impres-sionnante, le granit rugueux et une solitude inhabituelle pour la Suisse rendent ce site très attractif», affirme Lukas Mani. Il fait partie des guides de montagne qui y ont équipé ou assaini une partie des voies au cours de ces deux dernières années.

La solitude n’y est pas fortuite. Elle se gagne au terme d’un accès à la cabane qui dure six heures environ, l’un des plus longs de Suisse. «Malgré sa longueur, il est aussi impres-sionnant que varié», déclare Mani. Du pittoresque village d’Ausserberg en Valais, aisément accessible en train, on monte tout d’abord par un sentier en pente douce le long des bisses du Baltschiedertal. Les prairies des alpages verdo-yants y captivent le regard. De temps à autre, on traverse un groupe de mazots et dès que l’on relève la tête, on aperçoit le Bietschhorn. A mi-parcours, c’en est fini de la balade d’agrément: le chemin bifurque près de Chiemattu (1624 m) pour s’engager dans des pentes abruptes. 3 kilomètres plus haut et près de 1100 mètres de dénivelé plus tard, on atteint la terrasse de la Baltschiederklause (2783 m) où l’on peut enfin changer son t-shirt détrempé de sueur.

Convient aux débutants

Le flanc est du Jägihorn est particulièrement attractif pour qui apprécie les voies de plusieurs longueurs. Celles-ci se trouvent à quelque 15 minutes de la Baltschiederklause. Trois guides de montagne ont équipé ou assaini près de douze voies dans les secteurs «Lina» et «Radio», toutes de façon à poser soi-même ses assurages intermédiaires.

«Nous avons voulu autant que possible y sauvegarder le caractère intact et sauvage de la nature. Raison pour laquelle nous avons équipé les voies avec minimalisme», explique Ralf Weber, guide de montagne. Cela signifie que seuls les relais destinés au rappel sont équipés de spits. Les équipements ne comportent des assurages intermédiaires que là où il n’est pas possible de fixer un coinceur ou un friend. Peu d’endroits l’ont exigé. «Le granit rugueux avec ses belles fissures est idéal pour le clean climbing», affirme Weber. Ce secteur convient particulièrement pour s’entraîner au maniement des assurages mobiles – aussi pour les débutants.

Nettoyé et assaini

Le choix de voies est vaste: les degrés de difficulté se situent entre 4a et 6b. Outre quelques voies courtes, il y en a aussi de plus longues, comme par exemple la Tradio (5b) avec ses six longueurs. «Celle-ci est à mes yeux une des plus belles et des plus homogènes», s’enthousiasme Mani.

Les voies nouvellement équipées ne sont pas les seuls joyaux de la région. Une école d’escalade, exclusivement équipée de voies «plaisir», se trouve à quelques encablures de la cabane. Quelques voies dans les piliers sud-ouest ont en outre été nettoyées et assainies. Avantage: les lève-tôt peuvent se rabattre dans le courant de la matinée sur les voies ensoleillées du flanc sud.

Feedback