Alpinisme

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

L' alpinisme n' est pas un jeu pervers entre la vie et la mort. Un alpiniste doit bien faire la différence entre ces deux notions que l'on confond si souvent à l' endroit de l' alpinisme ( et dans bien d' autres cas ): la notion de difficulté qui est saine, virile, et la notion de danger qui est bête, morbide, comme empoisonnée. De par mon métier de guide, je dois accepter certains risques, mais je n' ai pas le goût du risque: c' est si facile! Je n' aime pas les trompe-la-mort. Respect de l' homme et respect de la mort.

J' ai souvent pensé que l' alpinisme, avant d' être l' ascension de sommets, c' est d' abord la parenté avec l' altitude, avec la neige et le roc, le vent et les étoiles.

C' est aussi l' amitié de la cordée, la tradition, la confiance dans les pionniers, dans les anciens, et la fraternité simple, sobre, au hasard des rencontres sur une cime ou dans un refuge. L' intelligence et les moyens physiques sont amers; ils ne paient pas s' il y a sécheresse de cœur. Ainsi, la beauté des montagnes, la liberté dans les grands espaces, les rudes plaisirs de l' escalade, sont froids et pauvres sans l' amitié de la cordée: amitié fraternelle faite d' admiration, de dévouement, de combats menés ensemble et de joies partagées. Je grimpe en premier parce que c' est mon métier et que je suis fait pour cela, mais qu' importe, le second appartient tout autant que moi à la cordée.

Gaston Rébuffat La Piste des Cimes ( Spes - Paris )

Feedback