Anniversaire au pied du Salbitschijen. Personnalités des montagnes

Anniversaire au pied du Salbitschijen

Le Salbitschijen, montagne en dents de scie de la vallée de Göschenen dans le canton d' Uri est un paradis de la grimpe grâce à sa roche remarquable. Sa notoriété va bien au-delà des frontières nationales. A son pied, Hans Berger accueille ses hôtes depuis vingt ans. Avec de nombreuses aides, cet homme originaire de l' Em a assaini cette région en douceur au cours des ans et en a fait l' un des buts de grimpe les plus prisés des Alpes uranaises.

Il y a 20 ans, lorsque Hans Berger a repris le gardiennage de la Salbithütte, 2105 m, de la section Lindenberg, c' est un rêve qui s' est réalisé: ce menuisier et guide de montagne, qui avait grandi dans une ferme de l' Emmental puis travaillé à Grindelwald, Thoune, Villars et Davos, se consacra corps et âme à son travail. Il avait vu, dans d' autres cabanes, différentes choses qui ne lui plaisaient pas – le moment était venu d' essayer de réaliser ses propres visions. Ce nouveau travail n' empêcha pas Hans Berger de poursuivre ses activités d' alpiniste: à l' époque, à 36 ans, il avait déjà inscrit à son palmarès de nombreuses faces nord des Alpes, quelques-unes des ascensions les plus difficiles des Dolomites et plusieurs expéditions. Il était et est toujours un guide très demandé. Entre-temps, il y a ajouté d' autres grandes expéditions avec des clients – notamment la troisième ascension réussie de l' arête nord-est de l' Ama ainsi que l' ascen de l' impressionnante arête sud-est du Langtang Lirung. Il a complété sa liste de succès par de nombreux trekkings exigeants, des tours guidés très difficiles – Hans Berger a été le premier guide à escalader les parois nord classiques avec des clients – et d' innombrables voies d' escalade et randonnées à ski. En hiver, Hans Berger travaille essentiellement dans la vallée d' Urseren qui offre une multitude de descentes hors-piste et de randonnées. Nouvelles possibilités Si l'on aborde la question du développement de la grimpe au Salbit au cours des vingt dernières années avec Hans Berger, il va mentionner avant tout les nombreuses nouvelles voies. Lorsqu' il a pris son poste en 1984, la cabane accueillait presque exclusivement des grimpeurs dont l' objectif était l' arête sud ou l' arête est. De rares « grimpeurs de l' extrême » s' aventuraient sur les voies Niedermann et Villiger Pfeiler de la Zwillingsturm. A l' époque, il était très important de parvenir au sommet. Les sections du CAS qui s' intéressaient à l' escalade en paroi mettaient presque chaque année les deux arêtes classiques à leur programme. La pose d' une chaîne pour passer au pied de l' arête ouest avec son bivouac a commencé à faire bouger les choses. Il devenait ainsi possible de faire cette fameuse course en un seul jour depuis la cabane. L' arête, avec ses cinq tours, offre l' une des plus belles escalades en granite des Alpes: sur cette « échelle de Jacob », ce sont 32 longueurs autour du degré 6 qui attendent le grimpeur.

La mise au point de nouveaux moyens d' assurage intermédiaires a doté le Salbit de nouveaux itinéraires. qu' en 1988, les spits étaient encore posés à la main avec parcimonie. Mais au début des années nonante, l' évolution vers « l' escalade plaisir » s' est accentuée. Elle n' a pas épargné le Salbit, mais les assainissements y sont restés modérés. Hans Berger estimait qu' il n' était pas nécessaire de mette un spit dans toute fissure se prêtant à l' auto. Mais lorsque les nuitées se mirent à diminuer, il se vit obligé de reprendre sa perceuse. Actuellement, pour la plupart des nombreuses voies d' une difficulté allant qu' au 6a, l' équipement peut être qualifié

Hans Berger, le gardien de la cabane Salbit, et sa fille Angelika La cabane Salbit rénovée en 1998, 2105 m, est une destination appréciée des grimpeurs et des randonneurs Pho to :R ob ert B ös ch Pho to :a rc hi ve s Ha ns Be rge r Photo: Robert Bösch LES ALPES 7/2004

de « bon+ ». Dans la nouvelle édition du guide Salbit erleben! 1, on trouve la description de 50 itinéraires de difficulté moyenne, ainsi que de 4 écoles d' escalade avec environ 60 longueurs. En plus des voies du Salbit, les parois de Gemsplanggen et Meiggelengrat, proches de la cabane, sont aussi très appréciées. Hans Berger estime que le niveau s' est énormément amélioré – même si certains grimpeurs tendent à se surestimer.

Gîte de montagne moderne Et le travail du gardien de cabane? Depuis la rénovation de 1998, la Salbithütte est devenue nettement plus attrayante. Elle dispose de dortoirs de 10 places et le nombre de places assises a été adapté aux 58 couchettes. Douze panneaux solaires fournissent une partie de l' énergie. A la Salbithütte, on essaie de satisfaire les grimpeurs et les marcheurs, qui peuvent faire des courses au Bandlückli et au Rorspitzli, ainsi que les visiteurs de la journée, en leur offrant une nourriture de qualité – un maximum de produits frais de la région – et un débit de boissons. Les personnes apportant leur propre nourriture sont plus rares qu' au.

Hans Berger se réjouit chaque printemps, lorsqu' il s' agit à nouveau de « grimper » à la cabane. Il essaie de transposer le mot « aubergiste » dans la réalité avec compétence et amabilité. Le résultat, c' est la bonne ambiance qui règne à la cabane et le peu d' incidents désagréables qui s' y produisent. « Vivre le Salbit !» Pour nous aussi, certaines expériences inoubliables de ces vingt dernières années sont liées au Salbit. L' arête ouest reste gravée dans notre mémoire comme de la bonne escalade – bien que très longue. Par contre, l' arête sud, plus facile, nous a marqués car cela a été une course épique: nous étions jeunes – et bêtes. Mon frère et moi nous sommes laissés convaincre par notre frère aîné de gravir cette arête fin octobre. En un jour évidemment, depuis Berne. D' abord, nous ne nous sommes pas réveillés à temps, puis nous avons roulé beaucoup trop vite jusqu' à Göschenen, sommes montés au pas de course à la cabane, puis au pied de la voie que nous avons atteinte à onze heures! Nous avons tiré la langue derrière notre frère impitoyable, l' avons assuré sur l' aiguille sommitale, sommes redescendus à toute vitesse à la cabane que nous avons rejointe à la nuit tombante. Arrivés à la voiture, il faisait nuit noire. Pourtant, en suivant les lacets de la route en direction de la vallée de la Reuss, nous avions le sentiment de nous être enrichis d' un exploit. Nous aussi, nous avons vécu le Salbit! a

Christine Kopp, Unterseen ( trad. ) 1 Salbit erleben!, 2 e édition, disponible à la Salbithütte ou auprès des auteurs Hans Berger, Gotthardstr. 31a, 6490 Andermatt, h.berger(at)bluewin.ch, www.salbit.ch, ou Jürg von Känel, Editions Filidor, 3713 Reichenbach, filidor(at)bluewin.ch, www.filidor.ch; env. 100 pages, 22 fr. plus frais de port.

Lorsque Hans Berger a débuté comme gardien de cabane, il n' y avait que quelques voies d' esca ouvertes. A peine visibles, Hans Berger et Bernhard Russi dans la tour 2 de l' arête ouest du Salbitschijen Hans Berger sur l' arête ouest du Salbitschijen Le Salbitschijen, 2981 m, une montagne propice à l' escalade dans le Göschenertal uranais avec différents accès à ses arêtes: à droite, l' arête est, à gauche entre le soleil et l' ombre, l' arête sud, et derrière, la silhouette sombre de l' arête ouest Pho to :R ob ert B ös ch Pho to :R ob ert B ös ch LES ALPES 7/2004

Montagnes et environnement

Montagne e ambiente

Berge und Umwelt

Feedback