Arène montagneuse du Reemi (L’). Du Lötschental au Bietschtal

L' arène montagneuse du Reemi

En jetant un coup d' œil sur la profonde vallée du Bietschtal depuis le beau viaduc métallique du même nom ( ligne ferroviaire du Lötschberg ), on ne devine rien de l' impressionnante arène montagneuse que forme le Reemi au pied du Bietschhorn. Pour traverser cette grande cuvette, une seule solution: tracer son propre chemin. Un soupçon d' aventure au cœur d' une nature âpre et sauvage.

Le jour est déjà levé lorsque notre groupe quitte la cabane du Bietschhorn. Qu' im puisque, ce week-end, notre intention n' est pas de partir en randonnée, mais d' améliorer le chemin menant de la cabane du Bietschhorn ( AACB ) au Bietschjoch et de le baliser. Ceux qui connaissent le Bietschhorn savent ce que c' est que d' avancer dans une semi-obs-curité, sans véritables points de repère, sur ce terrain sans visibilité et à la roche friable. Notre groupe se scinde en deux: les premiers partent devant à la recherche de la meilleure route possible, tandis que les autres, derrière, s' occupent du balisage. Au sommet du Schafbärg, nous nous retrouvons tous, très satisfaits du travail accompli.

A l' assaut des hauteurs Un an plus tard: le CAS de la section d' Oberaargau organise un tour incluant l' ascension du Bietschjoch et une descente au cœur du Reemi. Au total, une douzaine d' hommes et de femmes sont prêts à relever le défi et à effectuer la traversée – peu connue – de cette arène montagneuse. En train et en car postal, nous nous rendons dans le Lötschental, plus précisément à Blatten, point de départ de notre expédition. Les conditions météorologiques sont bonnes. J' aime le chemin qui conduit à la cabane du Bietschhorn. Nous franchissons tout d' abord la Lonza, puis amorçons la montée à travers la Nästwald, une sombre forêt de montagne. Nous passons le Nästbach, cours d' eau autrefois redouté, en empruntant le nouveau pont. Nous laissons enfin les derniers arbres derrière nous et continuons notre ascension vers la cabane par un chemin abrupt et sinueux, ce qui nous donne le temps et l' occasion d' admirer toute la beauté du paysage. Des nuages jouent à cache-cache

Dans l' arène montagneuse du Reemi. Après avoir traversé la rivière, il faut faire attention aux plaques glissantes Le Reemi, une immense arène montagneuse, à l' arrière le Bietschhorn. Des restes de neige forment un pont élégant Pho to s: Ha ns König LES ALPES 10/2002

au sommet du Bietschhorn. A l' endroit où notre chemin traverse le Howitzgrat, nous profitons d' une petite terrasse pour nous reposer quelques instants. Le névé du Petersgrat ainsi que la crête qui le prolonge vers l' est jusqu' au Mittagshorn miroitent au-dessus du Lötschental. Nous ne sommes maintenant plus très loin de la cabane du Bietschhorn et de son ambiance agréable et chaleureuse. C' est Anni, sa sympathique gardienne, qui nous accueille. La cabane affiche presque complet, ce qui est plutôt inhabituel; en fait, une autre section du CAS projette de traverser demain le Wilerhorn.

Le plaisir d' un itinéraire bien balisé Le jour se lève, limpide. Nous suivons le chemin désormais bien balisé, jusqu' à la petite brèche du Bietschjoch. Bien que le terrain soit très escarpé, il n' est pas nécessaire de s' encorder. Deux bonnes heures plus tard, nous nous retrouvons sur le Schafbärg, petit sommet qui culmine à 3240 m d' altitude et que nous avons atteint en vingt minutes depuis le Bietschjoch après avoir suivi une courte arête rocheuse, étroite mais facile. Le soleil se cache encore derrière l' imposant Bietschhorn. Au sud, les hauts sommets valaisans scintillent dans la lumière matinale.

LES ALPES 10/2002

Une descente vertigineuse Nous amorçons notre descente à l' inté du Reemi en restant sur la gauche. Après avoir franchi les pentes glaciaires du sommet, ponctuées de rares crevasses, nous cherchons notre chemin à travers éboulis et roches moutonnées tout en continuant à progresser, dans la mesure du possible, direction est. Telle une cathédrale gothique, la paroi sud du Bietschhorn apparaît de plus en plus imposante au-dessus de nous, brandissant vers le ciel ses multiples tours, piliers et arêtes. Tracer son propre chemin, cela bien que le terrain soit dégagé, est très excitant. La moraine est particulièrement abrupte et les chaussures ne trouvent que difficilement appui sur ce sol dur.. " " .Au point 2667, nous parvenons au cœur de l' imposante cuvette; le terrain, émaillé d' aspérités rocheuses, se fait plus plat et nous croisons les premières herbes d' altitude. De partout, les cours d' eau grondent dans les profondeurs où nous comptons nous enfoncer. A environ 2300 m, nous tombons sur un petit chemin façonné par les moutons, ce qui facilite notre descente jusqu' à la rivière. Nous avons de la chance: les restes d' avalanches nous permettent de la traverser. Ce n' est qu' après l' avoir franchi que nous découvrons, en nous retournant, l' élégant pont formé par la glace.

Vue du col de Faldum ( 2640 m ) dans le Lötschental ( où l'on aperçoit les villages de Wiler et de Blatten ) et sur la chaîne du Bietschhorn avec, de gauche à droite, le Finsteraarhorn, l' Aletschhorn, le Lötschentaler Breithorn, le Nesthorn et le Bietschhorn. A la verticale du sommet, le Schafbärg et à droite le Bietschjoch Pho to :R ue di Senn LES ALPES 10/2002

Dans le Jegisand, la neige laissée par les avalanches est moins importante que l' année précédente. Après un bain revigorant dans un bassin naturel du Bietschbach, nous sommes prêts à repartir et à parcourir le long chemin conduisant hors du Bietschtal, vers la douce vallée du Rhône. La dernière partie en direction d' Ausserberg, nous décidons de nous l' offrir et c' est installés sur l' alpage, devant l' auberge de Rarnerchumma, que nous attendons le Taxi Alpin devant nous emmener à la gare de Goppenstein.

Etapes Blatten, 1240 m–Cabane du Bietschhorn, 2565 m, T3: chemin bien balisé, trois heures et demie.

Cabane du Bietschhorn, 2565 m– Bietschjoch, 3174 m, T4: chemin balisé, passages de neige plus longs au début de la saison, vires et couloirs bien échelonnés, une heure et demie.

Bietschjoch, 3174 m–Schafbärg 3240 m, T4: névés en pente douce et courte arête rocheuse, vingt minutes.

Bietschjoch, 3165 m–Cœur du Reemi– Jegisand, 1708 m, T5: au sommet, pentes glaciaires peu crevassées, ensuite rochers et éboulis bien échelonnés. Chemin balisé à partir d' environ 2300 m. La traversée de la rivière à 2000 m peut, en fonction de son volume, être délicate, trois heures et demie.. " " .Variante: Bietschjoch, 3165 m–versant ouest/Reemistafel–Jegisand, 1708 m, T5: jusqu' au point 2672, pentes glaciaires très légèrement crevassées et peu de pentes neigeuses abruptes. Entre le point 2672 et le Reemistafel, moraine escarpée et pentes herbeuses, trois heures et demie. Jegisand, 1708 m–Rarnerchumma, env. 1020 m: chemin d' abord étroit, qui ensuite s' élargit de plus en plus. A env. 1080 m, on rejoint le chemin d' altitude de la rampe sud du Lötschberg. On le suit jusqu' à l' auberge située au-dessus de Rarnerchumma, deux heures. Jusqu' à la gare BLS d' Ausserberg, 930 m, une heure. Informations Généralités: itinéraire très alpin. Degrés de difficulté: T3 à T5. Piolet utile en début de saison. En cas de brouillard, l' orientation au cœur du Reemi peut se révéler difficile.

Bibliographie/cartographie: guide du CAS Berner Alpen 3. CN au 1:25 000, feuille 1268 Lötschental, 1288 Raron Logement: cabane du Bietschhorn AACB, 2565 m, 25 places. Gardiennage les week-ends et par période en haute saison, réservation par téléphone auprès de la gardienne,. " " .Anni Imstepf, Im Gesch, 3942 Niedergesteln, tél.: 027 934 22 81 ou 079 305 85 94

Taxi Alpin: Viktor Forno, 3940 Steg, tél.: 027 932 14 67, ou Stefan Kalbermatten, 3919 Blatten, tél.: 027 939 13 63 a

Christoph Blum, Langenthal ( trad. ) Pause sur le Schafbärg. A l' arrière le Mischabel et le Weisshorn Moutons dans le Jegisand. En suivant leurs traces on parvient au cœur de la cuvette Pho to :Da niel Anke r Pho to s:

Ha ns König La paroi sud du Bietschhorn, brandissant vers le ciel ses multiples tours, piliers et arêtes La cabane du Bietschhorn ( 2565 m ) offre 25 places Du Lötschental au Bietschtal. L' arène montagneuse du Reemi 1:50 000 ro du it av ec l' a ut or is at ion de l' O ffi ce fé dé ra ld e la topog ra phie ( BA 02 46 94 ) LES ALPES 10/2002

Vie du club

Vita del club

Aus dem Clubleben

Feedback