Ascensions nouvelles ou exceptionnelles de grimpeurs des Alpes orientales en 1956

PAR HANS HANKE, SALZBOURG

Nous allons tenter de donner une rapide vue d' ensemble des succès qu' ont obtenus au cours de l' année passée les alpinistes autrichiens. Il va de soi que nous ne pourrons énumérer que les premières ascensions et quelques répétitions parmi les plus importantes. Il nous semble indiqué de commencer notre tour d' horizon par les régions d' outre.

Himalaya En Asie centrale, une expédition de la Société Himalayenne d' Autriche a réussi la première ascension d' un huit mille. Il s' agit du Gasherbrum II ( 8035 m ), dont le sommet a été atteint par le chef de l' expédition, l' ingénieur Morawec, et par deux de ses camarades, Larch et Willenpart. L' ex était composée de membres de différents clubs alpins. C' est le troisième huit mille que des Autrichiens atteignent. L'on se souvient que les deux autres sont le Nanga Parbat, gravi par Hermann Buhl seul, et le Cho Oyu, par le Dr Herbert Tichy, Sepp Jöchler et Pasang Dawa Lama.

Au cours de l' expédition autrichienne à l' Himalaya 1956, Hans T. Ratay et le Dr Georg Weiler, le médecin de l' expédition, ont réalisé par une route nouvelle la seconde ascension du Sia Kangri. Le premier vainqueur a été G. O. Dyhrenfurth en 1934.

Andes En Amérique du Sud, les alpinistes Autrichiens ont également obtenu un succès. Mathias Rebitsch, le Tyrolien bien connu pour ses ascensions dans l' Himalaya, a réussi, au cours de l' expédi austro-suédoise dans les Andes 1956, à atteindre seul l' Ojos del Salado, qui est avec ses 6880 m le deuxième sommet d' Amérique. Depuis qu' une expédition polonaise a fait la première il y a vingt ans, cette ascension n' a plus été refaite. Un des buts de l' expédition avait été de trancher une question qui préoccupait les savants depuis longtemps: fallait-il considérer l' Ojos del Salado ou bien l' Aconcagua comme le sommet le plus élevé du continent? Rebitsch a eu la malchance de casser son altimètre au sommet, dans la tempête déchaînée. Le problème est donc demeuré entier. ( Entre temps il a été tranché en faveur de l' Aconcagua. ). De plus, Rebitsch réussit à découvrir sur un sommet de plus de 5000 m un lieu de culte préhistorique.

Montagnes d' Asie Mineure L' année passée, le groupe de haute montagne « Bergland » de la section viennoise du Club Alpin Autrichien est parti à la découverte des montagnes du Pont oriental, près de la frontière russo-turque. Après avoir vaincu au cours de la marche d' approche de grandes difficultés dues au mauvais temps, on installa un camp principal à 3000 m d' altitude. C' est là qu' on distribua les tâches d' exploration dans ces montagnes inconnues. Sous la direction de H. Knafl, chef de l' expédition, 13 sommets ont été atteints, dont douze pour la première fois. Presque tous ont été traversés. Le Kackardag, le sommet le plus élevé, atteignait une altitude de 3960 m.

Alpes occidentales Le succès le plus marquant d' alpinistes autrichiens a été sans doute la 5e et 6e ascension de la face ouest des Drus. Hermann Buhl, vainqueur du Nanga Parbat, et Markus Schmuck de Salzbourg arrivèrent les premiers. Ils n' avaient mis qu' un jour et demi, ce qui est extraordinairement court. En route, ils avaient dépassé une deuxième cordée, formée de Siegfried Löw de Salzbourg et d' un camarade de Traunstein, qui a été la sixième à venir heureusement à bout de cette face.

Partie nord des Alpes orientales II est évidemment impossible de garantir que la liste suivante des premières soit tout à fait complète. De plus, seules les vraies premières d' envergure ont été prises en considération. Les « variantes », qu' on ne peut considérer de toute façon que comme une sorte de jeu, ont été écartées. Les dates et les autres détails ont été indiqués dans la mesure du possible.

Alpes rhétiques Drusenturm central. Première de la face nord par R. Heinzel, Vienne, et T. Hiebeler, Stuttgart ( 12 juillet ). Hauteur de la paroi, environ 200 m. Temps de marche: 9%2 heures, VIe degré.

Wetterstein Arête du Wetterstein. Traversée hivernale de toute l' arête par les 38 sommets jusqu' à la Zugspitze, par Georg Maier et Hannes Niederberger ( sections Ulm et Bavière du Club Alpin Alle- mand ). 58 heures de marche par temps froid et tempête. Durée totale du séjour sur l' arête, y compris les trois bivouacs, 82 heures ( 27-30 décembre 1955 ).

Karwendel Lalidererspitze. Première ascension solitaire de la face nord par la route Auckenthaler, par Hermann Buhl, le ler août. Marche: 3 heures.

Lalidererwand. Neuvième ascension de la brèche nord par Hermann Buhl et Markus Schmuck, le 24 septembre. Buhl juge que c' est la plus « pure » des varappes libres qu' il connaisse. Marche: 8 heures.

Wilder Kaiser Christaturm, face est. Première ascension hivernale le 16 décembre 1955 par Georg Maier et Hannes Niederberger ( sections Ulm et Bavière du Club Alpin Allemand ). Epaisse couche de glace dans la fissure et les cheminées. Marche: 10 heures.

Tennengebirge Paroi ouest du Hochkogel en « directe ». Première ascension hivernale par W. Weixelbaumer et E. Braun ( Hallein/Salzbourg ) Hauteur de la paroi 800 m, 11 heures d' ascension, un bivouac.

Groupe du Dachstein Taubenkogel. Première ascension de la brèche nord par Willi et Hermi End le 27 septembre. Hauteur totale 450 m, 3 heures de varappe.

Grosse Bischofsmütze. Première ascension hivernale de l' arête sud-est par W. Madreiter et H. Scherribl ( Radstadt/Salzbourg ) le 31 décembre 1956. Les passages les plus difficiles furent les deux premières longueurs de corde et les fissures finales, complètement glacées. Durée totale: 10 heures.

Gesäuse Paroi nord du Hochtor. Première ascension hivernale par la route Jahn-Zimmer par R. Ebner et Hans Stampfer ( Leoben et Liezen/Styrie ), fin décembre 1955.

Mürzsteger Alpen Grosser Sonnleitstein. Première de la paroi nord en directe par Willi et Hermi End avec Karl Bieringer, le 9 septembre. Hauteur de la paroi 250 m. 2 heures d' ascension.

Hochschwabgruppe Schartenspitzkante. Première ascension hivernale en solitaire par René Simek, qui juge la course plus importante que l' ascension de la paroi nord de la Grosse Zinne en solitaire.

Partie centrale des Alpes orientales Hohe Tauern Gross Venediger. Première de la paroi nord-est le 26 février 1956 par le guide Walter Bock de Neukirchen am Grossvenediger et S. Neumayr de Niedernsill ( Land Salzburg ). Hauteur de la paroi, 360 m. Varappe proprement dite, 4 heures. Départ à 2 h. 30 de la Kürsinger Hütte. Attaque 10 Les Alpes - 1957 - Die Alpen145 deux heures plus tard. Gros travail de taille dans la glace noire cassante. Après avoir emprunté un couloir, les grimpeurs le quittèrent pour le pilier qui le bordait. Une neige poudreuse profonde y constituait un nouvel obstacle auquel vint s' ajouter la tempête.

Deferegger Alpen Gösleswand ( 2912 m ). Première de la paroi est de l' avant, par Arthur et Herbert Preibisch, de la section Reichenberg du Club Alpin Autrichien, le 17 septembre 1956. Hauteur de la paroi, 350 m. Temps du leader, 5 h. Vi. IVe—Ve degrés.

Graue Wand ( 2816 m ). Avec première de la paroi sud, par les précédents, le 18 septembre 1956. Paroi, 120 m. Temps: deux heures. Ve degré.

Grossglockner. Première hivernale du Stiidlgrat par le guide Thomas Huter avec H. Oberlohr, A. Amraser et R. Hanser ( tous de Kals/Tyrol oriental ), le 9 janvier 1956. La course - peut-être la première ascension hivernale - a été faite skis au dos. 4 heures à partir du point d' attaque. 15 degrés au-dessous de zéro et tempête dont la force variait entre le 8e et le 10e degré.

Partie sud des Alpes orientales Ortlergruppe Ortler. Deuxième ascension par Sepp Jöchler, le vainqueur du Cho Oyu, et quelques camarades ( tous d' Innsbruck ) en automne. Il y a 25 ans que Hans Erti a fait la première. Un peu plus tard, d' autres Autrichiens ont réalisé les 3e et 4e ascensions.

Königsspitze. Deuxième ascension de la paroi nord en directe par Kurt Diemberger ( Salzbourg ) et quelques camarades; premier passage de la « Schaumrolle », une gigantesque corniche au sommet.

Alpes Carniques Ciadenis. Première ascension de l' arête sud par F. Wiegele, F. Fink, G. Pichler et B. Kaiser ( Austria-Bergsteigerschaft ). Temps: 1 y2-2 heures. IIIe degré.

Bertiturm oriental. Première ascension de la face nord du sommet par F. Wiegele et H. Hein-richer le 29 juillet. Temps: 1 y2-2 heures. IVe degré.

Alpes Juliennes Wischberg. Première ascension hivernale de l' arête nord-est par U. Cobai et M. Giocomazzi ( Raibl ).

Dolomites de Lienz ( Tyrol oriental ) Hochstadl. Deuxième ascension hivernale de la paroi nord par les guides Toni Egger ( Lienz ) et Peter Pflauder ( Innsbruck ) en janvier 1956. Hauteur de la paroi 1500 m, un bivouac, difficultés moyennes.

Weittalschartenkopf. Première ascension du pilier nord par Willi End et le Dr F. Remenovsky le 28 juin. Hauteur du pilier 300 m, iy2 heures d' ascension.

Roter Turm. Première ascension hivernale de la paroi sud par T. Egger en février.

Dolomites Peitlerkofel. Première ascension hivernale de la paroi nord par Hans Frisch et Sepp Gartner le 30 janvier.

Marmolata. Première ascension de l' arête sud-est de la Punta Ombretta par Toni Egger et Cesare Giudici les 26 et 27 août. Hauteur de l' arête 800 m, difficultés extrêmes, 13 heures de varappe, un bivouac.

Piz de Ciavazzes. Première ascension en solitaire de la paroi sud ( route Micheluzzi ) par Cesare Maestri. Temps: 7 heures.

Grasleitenspitze centrale. Première ascension du pilier nord-ouest par F. Steirl et K. Diemer le 17 septembre. Hauteur du pilier 400 m, IVe degré, 3 heures.

Alpenplattenspitze. Première ascension de la paroi nord par F. Steirl, Ada Paul et K. Diener le 16 septembre. Hauteur de la paroi 400 m, IIIe degré ( un passage de IVe ), 4 heures.

Fallwand. Première ascension du pilier nord par K. Diemer et F. Fichtinger le 5 septembre. Hauteur du pilier 500 m, IVe degré, 4 heures de varappe.

Piccolo Cront. Première ascension de la paroi nord par F. Steirl et K. Diemer le 11 septembre. Hauteur de la paroi 400 m, IIIe—IVe degré, 3 heures.

Santnerspitze. Première ascension de la paroi ouest en directe par M. Koch, J. Oberrauch et E. Abram ( tous de Bolzano ). Hauteur de la paroi environ 500 m, IVe—VIe degré, 12 heures.

Crozon di Brenta. Première ascension hivernale de l' arête nord en solitaire par Otturino Pianta ( Brescia ) le 23 janvier.

Feedback