Aventure familiale dans la neige et la glace. Des hommes et des montagnes

Aventure familiale dans la neige et la glace

En 2002, au cours de l' Année internationale de la montagne, Emil Inauen a tenté de gravir tous les 3000 m des Grisons. Il se prépare maintenant pour la course de traîneaux à chiens la plus dure qui soit, la « Yukon Quest 2004 ». Ayant troqué pour six mois le Dischmatal/GR contre Whitehorse, il se trouve maintenant avec sa famille dans le territoire du Yukon, la partie la plus septentrionale du Canada.

Emil Inauen 1 a pu mener à bien son projet de gravir tous les 3000 m des Grisons au cours de l' Année internationale de la montagne à partir de chez lui, dans le Dischmatal. Pour sa participation à la Yukon Quest 2004, la course de traîneaux à chiens la plus dure du monde, sa famille a dû se rendre dans la partie septentrionale du Canada. Barbara Inauen nous raconte ici la vie de sa famille dans le paysage alpin du Yukon Territory.

« Idée folle » « Encore une idée folle! Et par-dessus le marché avec deux enfants en bas âge !» Nous avons entendu cette réflexion à plusieurs reprises avant de partir en octobre 2003. Cette idée folle de déménager pendant six mois dans le grand nord canadien pour participer à la Yukon Quest n' est pas seulement une aventure pour Emil, mais aussi pour toute notre famille. La course qui démarre le 14 février 2004 à Fairbanks ( Alaska ) 2 couvre plus de 1600 km à travers des paysages sauvages et se termine à Whitehorse ( Canada ). Les participants doivent compter entre dix et quatorze jours pour effectuer le parcours.

Pour qu' Emil puisse se préparer de manière optimale, nous sommes partis avec armes et bagages en octobre 2003 vers Whitehorse. De cette façon, nos

1 Cf. Les Alpes 3/2002 et 3/2003. 2 Au moment de la mise sous presse de ce numéro, la course Yukon Quest n' avait pas encore eu lieu.

Naina aide son papa à l' atelier Les préparations comprennent aussi de sérieuses discussions: l' équipe de la « Yukon-Quest » avec ( de g. à d. ) Sonja et Marcel, Emil et Barbara Une course d' entraînement dans les grands espaces du Yukon par –45° C LES ALPES 2/2004

chiens peuvent s' habituer au froid du Grand Nord et s' entraîner pour cette très longue course. Au début du mois d' oc, Emil a ainsi quitté notre maison du Dischmatal, près de Davos, avec tous les chiens et une grande quantité de bagages. Grâce au soutien de la compagnie de transport de fret Cargolux, le voyage s' est passé sans encombre. Les enfants et moi avons suivi dix jours plus tard en passant par Vancouver pour gagner Whitehorse.

Maison de bois dans la forêt Par la suite, nos amis Sonya et Marcel Erzinger, qui vivent habituellement dans le sud du Canada, sont arrivés à Whitehorse. Nous habitons dans une confortable maison en bois au milieu de la forêt à proximité de la gigantesque Yukon River. C' est grâce à des amis et par un coup de chance que nous l' avons trouvée. La situation est idéale et donne à Emil et à ses chiens d' innombrables possibilités de s' entraîner. La maison est assez grande pour tout le monde et elle peut fort bien être chauffée. A grands coups de torchons et de produits de nettoyage, elle a pu être mise en ordre avant notre emmé-nagement et elle est maintenant parfaitement habitable. Nous nous sommes donc vite habitués à vivre à proximité de Whitehorse, la capitale du Territoire du Yukon.

Vie quotidienne au Yukon Lorsque, au petit matin, on entend aboyer les chiens, les enfants viennent se blottir contre moi dans notre lit. Emil et Marcel sont déjà en train d' atteler les bêtes pour filer avec elles à travers les bois et le long de la Yukon River. Pour nous Européens, les températures sont très basses. Alors que le mercure peut descendre jusqu' à –30° C pendant la nuit, il ne dépasse guère les –20° C pendant la journée qui est très courte. Le soleil ne brille que pendant quelques heures dans un ciel parfaitement bleu. Les longues nuits claires et glaciales sont fascinantes. Lorsque le ciel se colore et que les aurores boréales entament leur danse, nous sortons malgré le froid et, chaque fois, ce spectacle incroyable nous émerveille. Le Nord a vraiment des charmes bien particuliers.

La division du travail fait partie de la vie quotidienne. Alors que les hommes s' occupent des chiens, de l' entraîne, du chenil et coupent le bois, Sonya, les enfants et moi nous amusons dans la neige avec nos « puppies », les jeunes chiens. Nous les habituons à la laisse et au chenil et leur apprenons à obéir. Nous nous occupons évidemment aussi des travaux ménagers et ces derniers ne sont pas différents de ceux qu' il faut faire au Dischmatal. Nous avons toutefois dû réduire notre consommation d' eau. Notre réservoir ne contenant de l' eau que pour trois semaines, il a fallu modifier nos habitudes, notamment en ce qui concerne les nettoyages, les douches et la vaisselle. Comme nous n' avons pas de lave-linge, nous allons une fois par semaine avec trois corbeilles pleines dans une laverie de la ville. Cette excursion hebdomadaire est particulièrement appréciée des enfants qui se réjouissent de pouvoir regarder les films et dessins animés que la laverie passe pour les petits. Alors que les hommes sont dehors avec les bêtes, nous allons patiner avec les enfants sur la Yukon River gelée, nous baigner dans la magnifique piscine de Whitehorse ou alors nous restons bien au chaud à la maison à jouer, peindre ou raconter des histoires.

Un jeu de couleurs unique tandis que les chiens mangent par un froid glacial C' est pour préparer la « Yukon Quest 2004 » que la famille Inauen s' est déplacée le temps d' un hiver au Canada. Noe, Barbara, Naina et Emil avec Sigge près du lac Labarge ( Yukon ) Pho to s:

Ga ud en z Da nus er LES ALPES 2/2004 Des courses avec des nuits passées dehors font aussi partie de l' entraînement La « Yukon Quest », la plus rude des courses de traîneaux à chiens, se déroule sur une distance de plus de 1600 km. Elle débute à Fairbanks, en Alaska et se termine à Whitehorse, au Canada. Le 14 février 2004, Emil et ses chiens seront sur la ligne de départ LES ALPES 2/2004

La grande tension Je découvre le monde d' Emil lorsque ma fille Naina et moi, enveloppées dans d' épais anoraks, prenons place sur un traîneau tiré par des Huskies habilement guidés par Emil.

Lorsque nous glissons sur les plans des rivières et des lacs gelés, passant les barrages de castors, à travers des forêts de bouleaux et des paysages vallonnés, nous avons l' impression que la nature est figée par le froid. Il y a pourtant d' innombrables traces dans la neige qui indiquent que divers animaux sauvages peuplent cette terre de glace. Naina et moi adorons ces voyages en traîneau. La petite chantonne un air à sa façon malgré le froid. La nature qui défile sous nos yeux et les chiens nous fascinent et me font oublier toutes les tensions de la préparation de la course. Nous comprenons le rêve d' Emil. Et nous aussi nous attendons fébrilement ce 14 février lorsque Emil, avec ses quatorze chiens, se trouvera sur la ligne de départ de cette course qui le conduira vers les paysages sauvages de l' Arctique a

Barbara Inauen, actuellement à Whitehorse, Yukon Territory, Canada ( trad. ) Le « musher » et sa meute de chiens sur le Thakini Pho to s:

Ga ud en z Da nus er LES ALPES 2/2004

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Alpine Geschichte, Kultur, Erzählungen

Feedback