Bienvenue, cher public cible !

Il y a des gens qui croient que le Musée alpin suisse est un endroit réservé aux glaciéristes, grimpeurs de blocs, parapentistes, vététistes, grimpeurs de vitesse,freestylers et base jumpers. D’autres pensent qu’il s’agit d’un lieu pour les seniors détenant un AG, les cultivateurs de géraniums, les associations de randonneurs, les joueurs de jass en auberge de montagne et les porteurs de couteaux de poche. D’aucuns affirment encore qu’il constitue un repère pour géologues, glaciologues, biologistes de la faune, cartographes, historiens et autres spécialistes des avalanches. Pour sa part, le personnel de réception recense la visite d’amateurs de paysages de montagne, d’adeptes de la Nuit des musées, de députés, de maîtres d’école, de membres d’une amicale, de clubistes utilisant la bibliothèque de courses, de touristes japonais, indiens et autres, de détenteurs d’un compte Raiffeisen, de possesseurs d’un passeport des musées ou d’une CarteCulture, d’europhiles, sans oublier les amateurs d’art et de Ferdinand Hodler qui viennent contempler son monumental tableau Ascension et déclin.

Si l’on parle avec des politiciens, le Musée alpin suisse prend une coloration différente selon les partis auxquels ils appartiennent. Pour les uns, il doit être l’endroit qui représente les changements climatiques et les questions de développement durable. Pour d’autres, il doit traiter d’économie et d’aménagement du territoire. D’aucuns pensent encore qu’il y est question de croix sommitales, de patriotisme et de montagnes suisses. L’univers du Musée alpin suisse est aussi bigarré et riche en variétés qu’une prairie maigre. Les attentes y sont d’autant plus élevées. Il ne pourra pas satisfaire tout le monde, mais il vaut la peine de cultiver la diversité des espèces. C’est une richesse qui manque à certaines institutions culturelles. Le nouveau Musée alpin suisse se veut une plateforme de tout ce qui a trait à la montagne. Diverses thématiques s’y verront traitées sous des angles différents. A l’heure actuelle cependant, le musée recense tout juste 15 000 visiteurs, sans compter ceux de la Nuit des musées. C’est purement et simplement insuffisant. Le CAS compte 135 000 membres, lesquels participent au financement du Musée alpin suisse depuis des décennies sans toutefois le fréquenter, ne serait-ce qu’occasionnellement. Cela ne devrait pas être immuable. La première exposition qui s’y tiendra du 9 mars au 26 août 2012 s’intitulera « Déplacer des montag­nes ». Sur présentation de leur carte, les membres du CAS bénéficieront d’un tarif réduit. Soyez donc le bienvenu, cher public cible !

Chantier du Musée alpin suisse

Le Musée alpin suisse est en complète rénovation. Jusqu’au 8 mars 2012, date de sa réouverture, son nouveau directeur nous informe sur les différentes phases de cette transition vers un nouvel objectif.

Feedback