Cantique

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Tu m' as parlé, grand Dieu de la nature, Sur les chemins. Le vent du soir soufflait dans la ramure Des noirs sapins; Et jusqu' à moi leurs branches s' inclinant, Me saluaient d' un geste bénissant.

Tu m' as parlé par la voix cristalline Du gai ruisseau Qui reflétait ta majesté divine, Ton ciel si beau!

Près du chalet, loin des vaines rumeurs, Je m' enivrais du parfum de tes fleurs.

Tu m' as parlé sur les rochers sauvages Et les névés, Sur le glacier, quand grondaient les orages Que j' ai bravés.

Dans leurs éclats tu m' as dit ton courroux; En les calmant, Seigneur, tu m' as absous.

Tu m' as parlé quand, sur la cime altière L' astre du jour Me pénétrait de la vive lumière De ton amour.

Mon âme était pleine d' un doux émoi, D' être dans cet instant si près de toi!

Marcel Grisel.

Feedback