Carte nationale: priorité au numérique Swisstopo bouscule la production des cartes

Avec l’édition de la nouvelle carte nationale 1: 25 000, swisstopo fait un grand pas en avant dans la production des cartes.

Swisstopo publiera en 2014 les premières feuilles de la nouvelle génération de la carte nationale 1: 25 000. Derrière le nouvel aspect visuel de la carte imprimée se cache une véritable révolution.

Une révolution technique

Jusqu’ici, les mises à jour se faisaient manuellement. La version imprimée était ensuite scannée et adaptée aux applications numériques. La procédure s’inverse: routes, bâtiments et sommets sont désormais enregistrés dans une gigantesque base de géodonnées: le modèle topographique du paysage (MTP). Pour produire une version imprimée, le cartographe choisit les éléments nécessaires à la préparation d’une maquette d’impression. A l’ère du tout numérique, cela semble logique. Pourtant, c’est un tournant mémorable dans la cartographie, comparable en importance à l’introduction de la gravure sur cuivre ou de la production numérique (voir aussi «Les Alpes» 11/2009). Pour la première fois, une grande cartographie nationale est ainsi constituée sur les plus récentes bases disponibles. Les données qui en sont issues son uniques en leur genre en matière de flexibilité, de mise en réseau et de représentation.

Evolution du graphisme

Le graphisme et la lisibilité sont eux aussi améliorés. Parmi les exemples les plus frappants, notons la coloration partielle du réseau de voies de communication et la représentation différenciée des routes, avec une distinction entre les revêtements naturels et en dur. Dorénavant, l’utilisation de la police Frutiger rend la carte nationale mieux lisible, y compris dans les applications numériques.

Les éléments importants pour les alpinistes, tels les rochers et les estompages, sont repris de la carte nationale existante. En revanche, les courbes de niveau et les indications d’altitude sont empruntées au nouveau modèle d’altitude swissAlti3D. La transition est assurée dans le cadre du rythme annuel de publication. Elle sera achevée en 2019. En cadeau dans cette édition, les lecteurs trouveront une feuille de la nouvelle carte nationale.

Moins de sentiers sur les cartes?

Les cartographes se baseront principalement sur les prises de vue aériennes lors de l’élaboration des futures cartes au 1: 25 000. La priorité sera désormais donnée aux chemins visibles du ciel, selon une information de swisstopo.

Que cela signifie-t-il concrètement pour les randonneurs? Les itinéraires balisés à travers des forêts denses ou des pierriers, non visibles du ciel, vont-ils purement et simplement disparaître? Non, répond swisstopo, qui contredit ainsi les informations parues dans différents médias ces dernières semaines.

Toujours selon swisstopo, les itinéraires sans traces dans le terrain seront symbolisés différemment des autres. Reste à définir comment. «Les Alpes» reviendront sur le sujet. Rédaction

Feedback