«Chacune a trouvé son rôle»

Dans le cadre d’un projet du CAS, six jeunes femmes apprennent les bases pour partir en expédition. Nous leur consacrons une série spéciale.

Rahel Schönauer: Oui, j’aime particulièrement l’escalade mixte sur glace et sur rocher. C’est comme l’escalade, mais avec du matériel pour la glace. J’aime ces mouvements et je trouve vraiment stimulant lorsque, de temps en temps, les prises sont un peu précaires et qu’on se demande si ça va tenir.

Parfois, il fait super froid. Il faut serrer les dents et ne pas être trop douillette. Mais on oublie le froid en se concentrant sur la technique. Il n’est pas si facile de bien planter le piolet. Avec le temps, on entend et on sent si on a bien réussi: le piolet vibre légèrement et s’enfonce bien dans la glace.

C’est un point complexe, presque aussi compliqué que l’évaluation du danger d’avalanches. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte. De simples variations de température peuvent déjà faire échouer un projet.

Nous n’allons quasiment pas faire d’escalade sur glace, nous serons plutôt en terrain mixte. Nous avons choisi différentes vallées latérales de la vallée de Karavshin, au sud-ouest du Kirghizistan. La région du Karavshin est assez connue pour ses parois de granite. Des sommets inconnus en terrain mixte nous intéressent dans la zone que nous convoitons. En ce moment, nous sommes occupées à identifier tout ce que les alpinistes russes ont déjà fait dans cette région – ce qui n’est pas une mince affaire.

Il y a bien sûr beaucoup à faire pour organiser et financer l’expédition. Nous nous sommes réparties en équipes de deux pour traiter certains points: les sponsors, le matériel, la liste des choses à prendre, le voyage, les visas, etc. Parallèlement, nous continuons à nous entraîner et effectuons les dernières journées de formation.

Nous avons beaucoup appris et nous nous sommes améliorées. Nous savons maintenant comment être efficaces sur le terrain. Au début, nous perdions du temps parce que nous attendions beaucoup les unes sur les autres. Peu à peu, chacune a trouvé son rôle et nous nous sommes désormais bien harmonisées.

Team d’expédition du CAS

Le CAS soutient de jeunes alpinistes via un programme de trois ans pour les préparer à une expédition. Il y a une équipe masculine et une équipe féminine. Les participants abordent plusieurs thèmes au cours de différents blocs de formation: escalade mixte et sur glace, technique en Big Walls, sauvetage en montagne, bivouac, etc. Entre les blocs de formation, les douze participant(e)s s’entraînent régulièrement lors de courses avec leur équipe. L’Appenzelloise Rahel Schönauer (24 ans) nous parle des expériences de l’équipe féminine au nom de ses collègues. Leur but est d’organiser et de financer elles-mêmes une expédition.

Feedback