Ci vediamo!

Cela fait cinq ans que cette revue est aussi publiée en italien – un beau cadeau à tous les citoyens italophones de Suisse. Cela a même engendré une croissance du nombre de membres du CAS au Tessin. Cinq ans aussi que l’association faîtière des clubs d’alpinisme tessinois, la Federazione Alpinistica Ticinese (FAT), a signé l’accord international de réciprocité. Cela permet à tous les membres du CAS de profiter de rabais sur les nuitées dans les 29 cabanes de la FAT. Deux bonnes raisons donc de partir à la découverte des montagnes de Suisse méridionale.

La FAT est une particularité tessinoise: sous son égide sont regroupées 15 sections locales fortes de quelque 8000 membres. Parallèlement, les trois sections tessinoises du CAS comptent 4000 membres. Les premiers clubs de cette fédération ont vu le jour autour de 1900. Ils ont été fondés avec l’idée de se distancer du côté «bourgeois» du CAS et pour encourager la pratique de la randonnée et de l’alpinisme au sein de la classe ouvrière. Au fil des années, ce motif a perdu de sa signification. De nouvelles sections ont vu le jour pour réaliser de nouvelles cabanes de montagne, voire rénover des maisons d’alpages tombées en ruine. Grâce à la FAT et au CAS, le Tessin dispose aujourd’hui de la plus forte densité cantonale de cabanes, puisqu’il en compte 70. Des trekkings de plusieurs jours permettent même de combiner des séjours dans des cabanes du CAS et de la FAT. Seul bémol: depuis dix ans, le nombre de nuitées est en chute libre. Si l’on comptait 63 000 nuitées en 2003, on n’en dénombrait plus que 45 000 en 2015, soit 30% de moins. Raison principale: les clients de la zone euro ont pratiquement disparu.

Pourtant, pour nous Tessinois, 2016 doit être une année de fête, porteuse de grands espoirs. En effet, et c’est la troisième raison pour laquelle il vaut la peine de se rendre au Tessin: Grâce au tunnel de base du Gotthard, on mettra dès décembre une demi-heure de moins pour gagner les falaises et les sommets de Suisse méridionale. Un réseau de 3600 kilomètres de chemins pédestres y couvre un territoire qui s’étend d’Ascona à l’Adula. Son attrait? Des forêts aussi sauvages que romantiques, des sites d’escalade de renommée internationale et d’innombrables courses de haute montagne au charme particulier. J’en veux pour preuve les possibilités qui se dessinent autour de la Capanna Campo Tencia (voir en p. 63). Nous espérons que nos chemins pédestres et nos cabanes redeviennent l’un des buts d’excursion recherchés des membres de la grande famille du Club alpin suisse. Ci vediamo! (A bientôt!)

Feedback