Comment meurent les chamois

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

PAR E. D.

Sans doute serait-il plus juste d' écrire: comment périssent les chamois, puisque beaucoup d' entre eux finissent leur vie tragiquement, et que très peu de ces antilopes meurent de vieillesse. Le chamois est le représentant le plus audacieux, le plus caractéristique de la vie libre, le symbole de nos Alpes dans leur splendide majesté. De tous les animaux sauvages, aucun peut-être ne jouit d' au tant de prestige et de renommée. Au chevreuil appartiennent l' élégance et la beauté souveraine; mais le chamois à la silhouette altière est le seigneur, le maître incontesté des paysages alpestres où brillent les glaciers et les neiges éternelles.

Pourtant, qu' on ne s' y trompe pas, le chamois ne dépasse guère dans les Alpes les limites de la végétation. Il se tient généralement entre mille et trois mille mètres d' altitude. Occasionnellement, on le rencontre plus haut encore. Il descend souvent jusqu' au pied de nos montagnes, et chacun sait que le Jura en possède quelques exemplaires dans le voisinage du d' Or, des Aiguilles-de-Baulmes et du Creux-du-Van. On a même signalé, à plusieurs reprises, la présence d' un individu isolé qui vécut plusieurs années à proximité du vallon de la Menthue.

C' est surtout pendant la mauvaise saison, en janvier et février, quand de fréquentes et abondantes chutes de neige recouvrent nos Alpes d' un lourd manteau, que les chamois descendent vers les forêts, parfois assez bas, et y demeurent. Les sous-bois offrent encore quelque nourriture: mousses, écorces, lichens, framboisiers. On sait que des meules de foin sont, par les soins du service forestier, laissées sur les pâturages élevés, pour les bêtes affamées.

Mais si le vent balaie les crêtes et découvre quelques gazons jaunis et desséchés, les chamois y vont chercher leur pâture. Et c' est alors que l' avalanche les entraîne, ou bien qu' ils s' engagent sur des pentes verglacées où ils peuvent, bien que leur adresse soit proverbiale, faire des glissades mortelles. Certains hivers leur sont particulièrement funestes. Ainsi, en 1944-1945, des centaines de chamois périrent dans les Alpes valaisannes.

A la fin de l' hiver, les sujets chétifs ou affaiblis, mal nourris, souffrent parfois de diarrhées dangereuses et succombent, et les femelles gravides ont parfois un aspect bien lamentable. Dans la région des Diablerets, les gardes-chasse découvrent assez régulièrement, au premier printemps, de 30 à 50 cadavres de chamois qui gisent dans la neige. En été, nous avons nous-même trouvé plusieurs squelettes et des crânes blanchis sur les pentes et les hauts plateaux qui dominent le vallon d' Anzeindaz.

Dans notre pays, les fauves, c'est-à-dire les renards, n' attaquent guère que les chevreaux et les chamois malades; ils sont impuissants devant un chamois adulte, même par haute neige. Le chevreuil ne possède pas, malheureusement, des moyens de défense aussi puissants. Les spécialistes sont d' ailleurs d' avis que les renards et autres carnassiers, les aigles et même les braconniers, font moins de tort au chamois que certaines épidémies.

Les chamois peuvent encore être victimes de nombreux accidents. En dépit de leur agilité et de leur prudence, ils ne réussissent pas toujours à éviter les chutes de pierres. Pendant la saison du rut qui, dans nos Alpes, débute en novembre pour prendre fin vers le milieu de décembre, les mâles pourchassent leurs rivaux et se battent avec fureur. Un forestier de Gryon nous a rapporté avoir aperçu, vers le 15 novembre, un bouc éventré, dont les entrailles traînaient presque sur le sol. On assure même qu' au cours de ces combats de rivalité, certains vieux mâles précipitent leur adversaire, qui ne veut pas céder, au fond des abîmes.

Parmi les maladies qui frappent les chamois, il y a la cécité. Cette affection, transmise par contact, débute par une conjonctivite avec sécrétion purulente; et quand survient la kératite, la cornée s' obscurcit. Ces chamois malades ou presque aveugles errent tristement et doivent être abattus. La fièvre aphteuse peut aussi causer des ravages. D' autres maladies, par exemple la papillomatose et la strongylose, sont parfois constatées. Cette dernière affection est caractérisée par la présence de vers rouges, œufs et larves qui peuvent se fixer dans les poumons. Grâce à l' Institut Galli-Valerio, les moindres manifestations des maladies qui frappent les animaux sauvages de notre pays sont décelées, et on s' efforce d' y remédier.

La chasse, certes, contribue aussi à la destruction des chamois, mais sans exagération. On tire chaque année de 100 à 120 chamois. Il ne semble pas que l' effectif de ces animaux soit en diminution dans nos Alpes. La réserve fédérale des Diablerets est immense et soigneusement gardée.

Les montagnards et beaucoup de citadins se livrent à la chasse du chamois avec passion. C' est un grand sport qui exige des qualités d' énergie et d' audace que tout le monde ne possède pas. Elle n' est d' ailleurs pas sans danger et a fait déjà quelques victimes parmi les chasseurs. Le chamois est capable de gravir les pentes les plus abruptes et les rochers, à une vitesse extraordinaire. En un quart d' heure, il peut s' élever de mille mètres en altitude et se défend avec une vaillance admirable. Dans un ouvrage consacré aux chasseurs de chamois, l' écrivain et chasseur français Pierre Melon raconte qu' il a vu un chamois blessé se traîner sur un dernier roc et, là, brisé, tête haute, à bout de forces, il regardait l' homme qui s' approchait en rampant péniblement sur une vire vertigineuse... Mais avant que son adversaire eût pu faire feu, le grand bouc noir, rassemblant ses pattes de derrière, s' élança à corps perdu dans l' abîme pour aller se fracasser dans l' eau tourbillonnante du torrent qui bondissait au milieu des roches.

Feedback