Contre des attractions foraines

Le Club arc alpin (CAA) demande que les paysages ayant évolué sans influence humaine et que les zones encore libres d’installations techniques ne soient pas exploités dans le futur. C’est ce qu’ont décidé les associations membres du CAA, à savoir les clubs alpins français, italien, allemand, autrichien, slovène, suisse, du Tyrol du Sud et du Liechtenstein, réunis début septembre à Poschiavo/GR dans le cadre de la Semaine alpine. En outre, les régions touristiques déjà fortement exploitées, à l’image des stations de ski, se doivent selon le CAA d’agir dans le respect de la nature et du paysage (voir «Les Alpes» 9/2012).

Il est clair aux yeux du CAA que les Alpes ne doivent en aucun cas servir de simple décor à des parcs d’attraction. Cependant, ses membres jugent intéressantes certaines installations allant dans le sens d’un meilleur contrôle des activités de loisirs (p. ex. parcs voués à la pratique du VTT) en canalisant leurs adeptes.

Dans tous les cas, une expertise positive de l’impact sur l’environnement et des restrictions temporelles d’utilisation sont nécessaires selon le CAA. Ce dernier désapprouve la construction d’installations artificielles de loisirs en dehors d’infrastructures existantes et celle de véritables «attractions foraines» dans le paysage alpin. Plus d’infos sur www.sac-cas.ch → Environnement → Protection du paysage → Positions & prises de position

Feedback