Coup de projecteur sur les cabanes du CAS Illumination des cabanes à l’occasion du 150e du CAS

D’avril à octobre, Gerry Hofstetter donnera, l’espace d’un jour, un coup de projecteur festif particulier aux 26 cabanes du CAS. De son camp de base à Zumikon, cet artiste suisse spécialiste de l’illumination explique l’image de la montagne qu’il aimerait transmettre.

Quelle biographie: chef des investissements dans une banque privée suisse, pilote d’hélicoptère, tireur d’élite, spécialiste en explosifs, champion suisse junior de gymnastique artistique, formateur de troupes d’élite étrangères pour des interventions en montagne, designer événementiel, planificateur marketing, économiste d’entreprise et, naturellement, artiste en illumination. Le domicile de Gerry Hofstetter est aussi insignifiant que sa vie est spectaculaire. Arrivé à Zumikon par un temps maussade, la modeste plaque à l’en-tête de «Hofstetter Marketing» située à côté d’un immeuble gris dans une rue bordée de garages et d’un bâtiment communal me laisse un peu perplexe. Mais à l’apparition de Gerry Hofstetter, la lumière jaillit. Pour rejoindre son bureau, nous longeons des motos qu’il qualifie laconiquement de «placement financier sûr». Avant de poursuivre: «Chez Ducati, c’est comme chez moi: les produits sont créés avec passion.»

A l’origine du projet, la Terrihütte

Gerry Hofstetter travaille aussi passionnément pour le projet «Coup de projecteur sur les cabanes du CAS» à l’occasion du 150e Anniversaire du club. Dans son bureau multicolore rempli d’innombrables papiers, il me présente un livre: le descriptif du concept, aussi grand qu’un livre illustré, mais deux fois plus large.

«L’idée de cette entreprise m’est venue il y a deux ans, lorsque j’ai illuminé la Terrihütte pour la campagne d’une entreprise de traitement laitier», explique-t-il. Ce faisant, il s’est rendu compte que les cabanes du CAS se trouvaient souvent dans un environnement tout simplement fantastique pour un artiste en illumination. Après une brève recherche, il s’est avéré que le CAS allait bientôt fêter son 150e Anniversaire. Il s’est approché du CAS, qui lui a ouvert grand ses portes. Sa proposition présentait de nombreux avantages: l’artiste ne se contentait pas d’illuminer les cabanes, il voulait aussi endosser toute l’organisation, financement inclus. Le CAS n’avait plus qu’à se charger du patronage.

Une page double de ce descriptif grand format attire mon attention. A droite se trouve une sorte de schéma heuristique qui paraît aussi embrouillé que la frisure des cheveux de l’artiste et, à gauche, un tableau. «C’est ainsi que je fonctionne: en phase de recherche d’idées, celles-ci fusent de manière plutôt incontrôlée, mais en interconnexion. Ensuite, je les structure de façon systématique en vue de leur mise en œuvre.»

Bouquetins sur la Glecksteinhütte

Le plan de mise en œuvre prend une bonne tournure: Gerry Hofstetter illuminera de manière originale 26 cabanes, une pour chaque canton. Propriété de la section Bodan, la Läntahütte luira pour le canton de Thurgovie. Comme il n’existe qu’une seule cabane pour les deux Appenzell, l’artiste illuminera en plus le Musée alpin suisse à Berne. Celui-ci se transformera d’ailleurs aussi en cabane du CAS durant l’année anniversaire tout en y présentant une grande exposition sur le club (voir p. 66). Pour cette cabane particulière à Berne, comme pour toutes les autres, l’artiste a prévu une plage de quelques jours entre avril et octobre, durant laquelle la cabane sera illuminée une heure le soir et une heure le matin. La croix suisse, le logo du 150e et les armoiries du canton figureront naturellement dans chaque illumination de cabane, avec pour dominante la couleur du coucher du soleil. Le reste des motifs a été conçu par Gerry Hofstetter en fonction des spécificités locales. «A la Glecksteinhütte, il s’agira de bouquetins. A la Capanna da l’Albigna, ce sera l’énergie hydraulique», dévoile-t-il.

Créer l’enthousiasme pour les montagnes alentour

Un des buts du projet est d’attirer l’attention sur la beauté des paysages de montagne alentour. Gerry Hofstetter veut démontrer à la sueur de son front combien il est facile d’atteindre les cabanes illuminées. En effet, il fera acheminer le matériel de projection par une équipe d’au maximum 15 personnes. Il concède que «le portage du projecteur pesant quelque 35 kilos sera l’affaire du chef». De passage au garage, je le soulève et suis de suite convaincu de l’engagement physique qui attend l’artiste. Afin que son message rencontre suffisamment d’écho, il s’arrange pour en faire parler par le biais d’un photographe et d’une équipe de tournage qui le suivront en permanence. Il en résultera un livre et un film.

En tant qu’artiste indépendant, Gerry Hofstetter ne voit aucun inconvénient à réaliser une telle entreprise dans le cadre de l’anniversaire d’un club ou pour d’autres mandataires. «Cela ne m’intéresse pas de savoir ce qui est considéré comme art véritable. Pour moi, c’est la passion qui compte. C’est donc avec enthousiasme que j’aimerais mieux faire connaître notre magnifique univers alpin et ses cabanes du CAS, afin de motiver les gens à aller plus souvent dans la nature et en montagne.»

Le hasard est de la partie

A la fin de ma visite, je demande à Gerry Hofstetter ce que les montagnes représentent pour lui. Après brève réflexion, il se livre: pour lui, les montagnes, en particulier aussi les Alpes, sont liées à une certaine majesté et à une grande diversité des paysages. De plus, il est convaincu qu’elles marquent l’image que les Suisses se font de leur pays.

En quittant le bureau de l’artiste, il pleut à verse. Ce mauvais temps me rappelle une de ses déclarations: «Notre projet dépend naturellement aussi de la météo. Mais, c’est bien. Cela permet de mettre en évidence deux facteurs importants qui doivent aussi être pris en compte en alpinisme: planification et hasard.»

26 cabanes aux couleurs vespérales

Pour le CAS, l’exigence d’un transport du matériel innovant et respectueux de l’environnement était primordiale dans le choix des cabanes. Gerry Hofstetter renoncera dans la mesure du possible à l’hélicoptère. Dans des cas exceptionnels, le transport du matériel pourrait se faire dans le cadre de l’approvisionnement héliporté des cabanes. L’artiste s’efforcera d’utiliser une énergie issue de sources renouvelables, de concentrer l’illumination sur la cabane en tant qu’objet culturel et de respecter une illumination restreinte. Il s’est engagé aussi à respecter les sites protégés et les zones de tranquillité. Enfin, l’artiste effectuera lui-même toutes les demandes d’autorisation. Les Lignes directrices CAS et environnement seront ainsi respectées.

Dates: sac-cas.ch/fr/150-ans-cas.html

Le projet: hofstetter-marketing.com → Light Art Expedition «Hütten im Alpenglühn».

Feedback