Courses à ski de section sur glacier? (Fin des-)

A propos de l' encordement sur les glaciers1 Examen des possibilités pratiques «... On s' encorde toujours sur les glaciers enneigés. On peut exceptionnellement s' écarter de cette règle lorsque la neige couvrant la glace paraît gelée...2 » Dans son commentaire de l' arrêt du Tribunal fédéral concernant une chute mortelle dans une crevasse du Vadret da Roseg, Jürg Nef postule qu' il faut toujours s' encorder sur les glaciers enneigés et qu'«on peut exceptionnellement s' écarter de cette règle, après un examen critique de la situation, lorsque la couverture neigeuse sur la glace s' avère uniformément solide, par exemple le matin, quand elle est encore durcie par le gel ». Comment, cependant, se présente dans la pratique d' un chef de course l' application de cette règle formulée abstraitement? Examinons-la sur la base de deux scénarios concrets, en admettant des conditions favorables et le beau temps ( ce qui était d' ailleurs le cas lors de l' accident du glacier de Roseg ).

Deux exemples Course à ski Jungfraujoch-Louwitor-Lötschenlücke-Blatten Dans la montée du Jungfraujoch au Louwitor, on rencontre quelques crevasses éparses, de sorte que l' emploi de la corde y est certainement indiqué. Ceci d' autant plus qu' on n' aura pas passé la nuit au Mönchsjoch mais qu' on sera monté au Jungfraujoch avec le premier train et que, en conséquence, on montera en fin de matinée sur la pente ensoleillée. Il y a quelques années, deux touristes non encordés ont trouvé la mort à cet endroit en tombant dans 1 Kletterzentrum Gaswerk AG, Kohlerstr. 12 B, Industrie Gaswerk Nord, 8952 Schlieren; tél./ fax 01/731 02 82. Heures d' ouverture: lu-ve 12-22 h 15, sa 10-22 h 15, di 10-19 h.

Co«1 1 Voir l' article de Jürg Nef « Guides de montagne reconnus responsables d' une chute mortelle dans une crevasse » paru dans le numéro 10/96, p.20ss.

1 Voir l' article de Jürg Nef « Anseilen oder nicht - das Dilemma des Tourenleiters » paru dans la Neue Zürcher Zeitung du 12.12.1996, p.65.

une crevasse. Faut-il cependant être encordé dans la descente qui suit, sur le Kranzbergfirn puis sur le Langgletscher et jusqu' au Lötschental? Certes, le guide du CAS Ski alpin 4 rend attentif aux zones de crevasses de ce parcours; mais qui se gâchera le plaisir de telles descentes pour skier encordé? Si nous autres chefs de courses devions insister pour qu' on skie encordé dans des courses de ce genre, nous nous retrouverions bientôt seuls, sans participants, pour les courses à ski de section.

Dans l' appréciation du comportement du skieur, il faut prendre en compte que lorsqu' il descend, il exerce une charge dynamique sur les ponts de neige; grâce à sa vitesse, il saute en quelque sorte par-dessus les crevasses, de sorte qu' il a déjà passé lorsque le pont de neige cède éventuellement. Il en va tout autrement de la répartition des forces à la montée, où le skieur exerce une charge statique sur le pont de neige ( c' est d' ailleurs également le cas du marcheur à la descente ).

Dans les descentes à ski, deux éléments requièrent néanmoins notre attention: les endroits d' arrêt et les crevasses parallèles au sens de la descente. Le chef de course doit choisir avec soin les endroits où la descente est interrompue, où le groupe se rassemble, en veillant à ce qu' ils soient manifestement à l' écart de tout risque de crevasse. C' est également sa tâche que de proposer un parcours de descente qui évite au maximum les tronçons parallèles à d' éventuelles crevasses invisibles. Les reliefs du terrain et la carte permettent généralement d' estimer approximativement le sens des crevasses et les guides signalent les zones particulièrement délicates. Cette tâche est facilitée par le fait que la plupart du temps les crevasses de glacier sont disposées perpendiculairement au sens de la pente et donc de la descente.

Course à ski Curaglia-Cabane Medel-Piz Medel-Curaglia Le glacier de Medel présente quelques crevasses mais la carte en indique la position approximative. On peut d' ailleurs contourner les zones crevassées si le chef de course choisit judicieusement son parcours. Les participants à cette course doivent-ils avoir emmené leur baudrier d' encor? Faut-il le mettre dès la cabane? Faut-il emporter des cordes? Faut-il s' encorder dès la pente raide, à l' abord du glacier, ou seulement dans la partie supérieure, plus plate, sur le mamelon qui pourrait être traversé par une crevasse? La règle de J. Nef serait claire. Et pourtant: un chef de course qui charge ses participants de tout l' équipement imaginable remplit ses fonctions aussi mal que celui qui oublie d' emporter ses crampons pour cette course. En effet, tout l' art consiste à avoir sous la main ce qu' il faut. Le risque ne provient pas seulement des crevasses cachées mais aussi des participants qui gaspillent inutilement leurs forces en trimballant du lest.

Conclusions L' un ou l' autre des scénarios décrits ci-dessus me semble typique de la majorité des courses à ski de printemps sur glacier.

Le scénario « Louwitor » vaut pour presque tous les quatre-mille faisables à ski ( Jungfrau, Mont Rose, Bernina, Mont Blanc etc. ), ainsi que pour la Haute Route. Par bonnes conditions, la règle appropriée sera donc ici: monter encordé; descendre librement, avec baudrier.

Buts de courses à ski dans la région de la cabane Medel: ( de gauche à droite ) Piz Medel ( 3211 m ), Piz Uffiern ( 3151 m ) et Piz Cristallina ( 3128 m ), trois sommets dominant le glacier de Medel.

Le scénario « Piz Medel » vaut pour les trois-mille pas trop hauts et englacés, par exemple ceux de la région du Gothard et des Alpes grisonnes. En tant que chefs de course nous sommes avantagés par rapport aux guides de montagne, car nous sommes moins exposés à la pression du groupe qui pousse pour atteindre le sommet même par conditions défavorables; nous pouvons donc faire demi-tour au-dessous du glacier déjà.

De jeunes collègues chefs de courses m' ont signalé avoir entendu enseigner la règle suivante: là où l'on monte encordé, on descend encordé. Cette règle résulte directement du postulat rigide de Jürg Nef présenté au début de cet article. Si elle doit devenir la référence pour les courses à ski, il ne faudra pas s' étonner que plus personne ne veuille s' encorder même à la montée!

Manfred Hunziker, Zurich ( trad.. " " .M Pour l' alpiniste, le skieur et le randonneur

Feedback