De l'arête de Rochefort aux Grandes Jorasses. Fil de neige vertigineux et lignes rocheuses aériennes

DE L' ARÊTE DE ROCHEFORT AUX GRANDES JORASSES

Première étape: l' arête de Rochefort

La Palud, début de matinée. Départ. Nous ne pouvons réprimer un sourire lorsque nous prenons place dans la cabine pour la Pointe Helbronner. En effet, alors que nous ne sommes qu' une dizaine dans la cabine, la foule se presse, côté chamoniard, pour gagner l' Aiguille du Midi. Nous débouchons au grand air quelque deux mille mètres en amont et restons bouche bée face aux décors majestueux du massif du Mont-Blanc. Pensée pour ceux qui nous ont précédés ici, à l' époque où les remontées mécaniques n' existaient pas. Sans elles, il nous faudrait compter une journée supplémentaire.

Lieu-dit La Salle à manger, au pied de la Dent du Géant, 3800 m environ. On se croirait à Paris, gare de Lyon. Certains sont assis et regardent on ne sait quoi. D' autres s' affairent en vue d' un départ imminent, le visage crispé par l' ascension à venir. Ceux qui, partis dans la nuit du

Le versant N des Grandes Jorasses est entré depuis longtemps dans la légende. A droite, le col des Grandes Jorasses Du Val Ferret italien, la vue sur la chaîne qui s' étire de la Dent du Géant ( au centre ) aux Grandes Jorasses ( à droite ) est magnifi que

Fil de neige vertigineux et lignes rocheuses aériennes

DE L' ARÊTE DE ROCHEFORT AUX GRANDES JORASSES

refuge Torino, rentrent déjà de l' arête de Rochefort, semblent beaucoup plus décontractés. Dans la face sud de la Dent du Géant, une cordée se hisse au long d' un itinéraire classique d' escalade artificielle. Les étriers virevoltent et les grimpeurs s' y pendent, tels des trapézistes. Arête de Rochefort, quelque part au voisinage des 400O. Les lignes fuient de tous côtés. Le vent a sculpté ici de magnifiques œuvres d' art. S' il n' était ce souffle court et l' immobilité apparente de notre chemin, nous pourrions nous imaginer sur une déferlante. Mais non, il s' agit bien d' une monstrueuse corniche. La même qui, depuis des décennies, accueille les visiteurs et charme les photographes.

Photos: S téphane Mair e Au début de la traversée de l' arête de Rochefort, l' alpiniste a rendez-vous avec une corniche plusieurs fois centenaire

>

>

Le monde des hommes à nos pieds

Aiguille de Rochefort, couloir terminal. Depuis quelques minutes, la cordée mixte qui nous devance semble nous avoir pris pour cible. Des pierres détachées tombent en effet régulièrement dans notre direction. Nous décidons de rattraper nos devanciers le plus vite possible afin de nous mettre à l' abri. Alors que je me croyais en lieu sûr, la personne qui me précède détache un énième bloc sous mon nez. Ah, le charme des voies ( trop ) fréquentées! Le sommet atteint, un casse-croûte mérité recharge nos batteries.

Doigt de Rochefort, comme un phare. Dressé côté italien de l' arête, ce monolithe paraît bien insignifiant lorsqu' on l' observe du nord. Il nous tient lieu de compagnon maintenant que nous avons quitté la trace battue. Nous ne verrons plus personne avant quelque temps. Le

monde des hommes est désormais à nos pieds. On l' imagine difficilement versant français: tout n' y est que glace et roc. Le flanc méridional de l' arête ne se montre guère plus engageant, mais le val Ferret italien et le haut val d' Aoste, verdoyants et semés de villages, apportent une contrepartie chaleureuse à ce tableau grandiose.

Calotte de Rochefort. Le but est proche. Reste une série de rappels et une inconnue: notre corde de 50 m suffira-t-elle? Tout se déroule au mieux. Seul un vent vigoureux et l' ombre dans laquelle se trouve plongée la face nord de la Calotte ternissent cette fin d' étape. Quelle récompense alors que la chaleur du bivouac CanzioRustique sans être vétuste, ce petit abri de dix places offre à ses visiteurs la possibilité de quitter, le temps d' une nuit, le monde exigeant de la haute montagne. Le précipice impressionnant qu' il domine sur le versant italien permet de ne pas perdre l' accoutumance au vide, nécessaire pour affronter la suite. Me reviennent alors les propos d' Albert Frederick Mummery, le grand alpiniste du XIX e siècle qui laissa sa trace sur nombre de cimes alpines. Il lui arrivait souvent de rester au sommet du Cervin pour y faire la sieste. A certains guides de l' époque qui montraient beaucoup d' empressement, il demandait: « Si vous aimez tant ces montagnes, pourquoi voulez-vous les quitter si vite? » Comme pour lui donner raison, nous avons décidé de rester deux jours dans les hauteurs.

Mon regard se dirige alors vers l' arête ouest des Grandes Jorasses, notre programme du lendemain. C' est un long périple entre terre et lumière où l'on peut jouer au funambule, avançant sur un fil se découpant sur l' azur qui nous attend.

Deuxième étape: les Grandes Jorasses

Bivouac Canzio au col des Grandes Jorasses, à l' aube. Le vent, source d' inquiétude durant la nuit, n' a pas faibli. La température sera-t-elle suffisamment clémente pour permettre une escalade à mains nuesLes premières longueurs de la Pointe Young atteignant déjà le quatrième degré, nous l' espérons. Ouvrant la porte de l' abri de tôle, je constate que c' est sa structure qui a amplifié le bruit du vent. La situation à l' extérieur est bien plus clémente que ce que je croyais.

Pointe Young, d' œuvre corsé. D' entrée, les difficultés se précisent. Point de tour de chauffe ici. La clarté du jour nous évite d' ennuyeuses erreurs d' itinéraire, plutôt courantes ici selon les rumeurs. L' excellence du rocher et le spectacle que peignent les premiers rayons du côté des Aiguilles de Chamonix compensent la rudesse de ce départ.

Photos: S téphane Mair e Le voyage de l' arête de Rochefort offre des coups d' œil merveilleux vers le Mont-Blanc et la Dent du Géant, postée au début du périple

Rappel vertigineux, versant sud de la Pointe Young. A la Maison des guides de Chamonix, l' un des membres de la Compagnie m' avait prévenu: « Du sommet, tu dois descendre dans un couloir lugubre. Tu comprendras ce que je veux dire une fois sur place. » L' endroit n' a rien d' une plage de cocotiers, mais le plus gênant demeure le manque de repères pour la suite. Le topo mentionne une « fissure à doigts » en rive gauche du couloir. Dire que le granit est fissuré de partout relève de l' euphémisme et nous cherchons une aiguille dans une botte de foin. Comment dire alors la valeur que prend à mes yeux le piton que je découvre bientôt? Petit bout de ferraille, combien t' ont vénéré avant moi?

Pointe Marguerite, sur le fil du rasoir. Attention, ver-tigeLa descente de ce second sommet ne saurait être comparée à une balade dominicale. Les écailles empilées verticalement offrent toutefois d' abondantes prises.

Passage d' une rimaye sur l' arête de Rochefort. Au fond, la calotte attend notre venue Pente raide dominant le glacier du Mont Mallet. Au fond, l' Aiguille Verte et la Mer-de-Glace Conseils pratiques Topo: La Chaîne du Mont-Blanc, Sélection de voies présentée par François Labande, guide Vallot, tome 2. Ed. Arthaud, 1987. Carte: IGN, série Top 25, N° 3630 OT Chamonix. Accès au col du Géant depuis La Palud ( Courmayeur, à l' extrémité du tunnel du Mont-Blanc ) en téléphérique. Tél. des installations: 0039 165 89 925. Période: choisir une période où les rochers sont secs, mais ne pas partir en saison trop avancée, au risque de trouver des glaciers très ouverts à la descente des Jorasses par la voie normale sur l' Italie. Le plus sûr est de se renseigner en téléphonant au refuge Boccalatte sur les conditions de la voie normale des Grandes Jorasses pour la descente sur l' Italie, tél. ( 0039 ) 0165 844 07O. Matériel: 50 m de corde suffisent. Quelques friends et coinceurs. Emporter un réchaud pour cuisiner ( couvertures, assiettes et couverts disponibles au bivouac ). Difficulté: D, passages d' escalade de IV+ Pour de plus amples renseignements, vous pouvez contacter l' auteur de l' article maire.stephane@caramail.com.

A notre circonspection fait lentement suite un plaisir infini de se trouver là. Ajou-tez-y le panorama exceptionnel vers les cimes et glaciers du massif et vous obtenez l' un des heureux moments de plénitude qui illuminent la vie d' un alpiniste.

« C' est par où les Grandes Jorasses? »

Pointe Whymper, dans la cour des grands. De la Pointe Hélène jusqu' ici, le terrain se voulait moins difficile. Notre position domine les deux éperons légendaires de la face nord des Jorasses: l' éperon Croz, où a été tracé l' itinéraire original de ce versant titanesque et l' éperon Walker, où Riccardo Cassin a raflé une première convoitée par l' élite des alpinistes de l' entre. L' histoire dit que Cassin serait arrivé à Chamonix et aurait demandé: « C' est par où les Grandes Jorasses? » L' avance technique du grimpeur des Dolomites restait cachée derrière cette ignorance presque insolente.

Nous apercevons deux petits points qui s' élèvent au long de l' éperon, loin en contrebas. Vu leur position, un bivouac s' imposera à ces prétendants, comme à bien d' autres avant eux.

Bivouac Canzio, au col des Grandes Jorasses. La Pointe Young sera au menu du lendemain. Sur la photo, un alpiniste taille des marches afin d' éviter le port des crampons pour quelques mètres Le Doigt de Rochefort, comme un phare sur le chemin des alpinistes égarés en altitude

Pointe Walker, l' aboutissement d' un rêve. Qu' elle paraît petite d' ici cette Dent du Géant qui, hier, marquait le début de notre chevauchéeLe Mont-Blanc la noie dans le décor avec ses autres satellites. Mon regard se laisse guider par le fil suivi durant ce voyage. Me re- viennent les pensées de Mummery, comme un leitmotiv. D' autres que lui ont exprimé ce désir récurrent de passer du temps en montagne. Georges Livanos, avec le flegme d' un habitant du Midi, disait sa passion en ces termes: « Partir d' en bas, pour arriver en haut. Et si possible, pas trop vite. » Reste ensuite à redescendre. a

Photos: Stéphane Maire Sur la voie normale des Jorasses, rappel au long des rochers Whymper. Le val Ferret est encore loin La descente de la Pointe Marguerite réserve quelques perspectives vertigineuses aux prétendants à la traversée des Jorasses

Pour l' alpiniste, le skieur et le randonneur

Per l' alpinista, lo sciatore e l' escursionista

Feedback