Des aveugles en haute montagne

Pnolo Heinz Höggei

Aveugles, handicapés de la vue et accompagnants en route pour la cabane Forno: une équipe joyeuse qu' on aurait de la peine à distinguer de n' importe quel autre groupe de touristes Au petit matin, dans la montée à la Cima di Rosso ( 3366 m ). A l' arrière, le groupe des Torrone on a tout à coup l' impression que pour cette roche très ancienne, des choses telles que le trou dans la couche d' ozone n' ont aucune importance; on prend conscience que nous autres humains ne faisons que passer. » Des deux courses qui sont proposées chaque jour, Ruedi choisit toujours celle dont le départ est le plus matinal. Tôt le matin, les montagnes sont encore plus silencieuses, l' air est plus frais et les sensations plus intenses que dans la journée.

A chacun son accompagnant Le plus grand inconvénient pour les handicapés de la vue qui veulent pratiquer l' alpi est leur dépendance. Ils ne peuvent faire un seul pas hors de la cabane sans accompagnant. A cet égard, les terrains n' of pas tous la même difficulté. Ceux qui se prêtent le mieux à la progression sont les névés et les glaciers plats. Les aveugles y marchent avec la corde tendue, librement ou en s' orientant d' après le bruit des pas de la personne qui les précède. Si le terrain est plus raide ou le relief plus accidenté, ils gardent le contact avec leur accompagnant à l' aide d' un bâton de ski, d' une cordelette ou d' une courroie de sac.

Les terrains les plus problématiques sont les pentes d' éboulis, spécialement pour les personnes totalement aveugles. « Ce n' est même pas le risque de se blesser qui est gênant », dit Ruedi. « Une blessure est certes ennuyeuse, mais pas tragique. » Mais les éboulis demandent une dépense d' énergie considérable; chaque pas y coûte deux fois plus de forces. Ceci est valable pour la montée, et bien plus encore pour la descente.

Une aventure communautaire en montagne Ce sont en moyenne dix à quinze handicapés qui s' inscrivent chaque année à ce cours unique en son genre. Ils y participent pour la plupart depuis plusieurs années; certains même, depuis le premier cours. Celui-ci est né il y a huit ans, dans la foulée des camps de randonnée pour aveugles et handicapés de la vue qui existaient déjà depuis longtemps. Il répondait à un besoin de la part des aveugles, celui de découvrir la montagne non seulement par la pratique de la randonnée dans les Préalpes, mais aussi par le contact avec la haute montagne.

En compagnie d' autres handicapés de la vue, ils apprennent à connaître le monde de la montagne. Malgré leur infirmité, ils forment un groupe homogène et n' ont pas besoin de lutter sans arrêt pour se faire une place, comme Corinne Walser en a fait l' ex dans un camp de randonnée normal. « C' est agréable que les accompagnants aient toujours du temps pour nous », dit cette participante, la plus jeune du cours.

Elle avait déjà souvent fait des randonnées avec son père, mais jamais en haute montagne, à plus de 3000 m d' altitude. Pour elle, l' événement marquant de la semaine est l' escalade du Piz Casnil ( 3189 m ). Ce sommet situé entre les vallées de Forno et d' Albigna a été gravi par son arête sud, qui offre une varappe variée du deuxième et par endroits même du troisième degré de difficulté. « J' ai constaté qu' avec l' aide des accompagnants, il nous était possible de réaliser une telle course malgré notre handicap », dit-elle, visiblement contente des exploits accomplis dans son premier camp de haute montagne.

Le choix des courses est déterminé par les désirs et par la constitution des participants. Ils ont l' occasion d' exprimer leur vœu sur le but du lendemain au cours de la réunion quotidienne. En général, on propose deux courses, une facile et une plus exigeante. Personne ne doit se sentir angoissé ou forcé de faire telle ou telle course, mais on ne doit pas non plus se sentir sous-estimé. Il s' agit pour tous de jouir simplement de ses vacances et de profiter de la semaine au maximum.

Une ambiance excellente se crée ainsi à l' intérieur du groupe, que ce soit en chemin ou à la cabane, pour déguster un morceau de gâteau maison ou pour jouer au jass, avec les cartes spéciales pour aveugles.

Une formation pratique « Ce cours doit donner aux participants une introduction à l' alpinisme qui leur permette par la suite de partir en course avec un ac- Photos Heinz Högger compagnant, en privé, ou dans le cadre du CAS »; c' est ainsi que le chef du cours, Christian Herter, résume ses objectifs. Les courses ne sont donc pas seules à figurer au programme. Les handicapés de la vue apprennent aussi à faire les nœuds, à marcher correctement avec des crampons, à sortir eux-mêmes d' une crevasse à l' aide de la corde ou à freiner avec le piolet s' ils font une glissade sur un névé. Ou encore, on leur montre comment grimper sur un étrier.

De fait, beaucoup de ceux qui ont acquis dans ces cours leurs premiers rudiments d' alpinisme retournent en montagne pour eux-mêmes par la suite. C' est le cas de Ruedi Ruchti. Quand des collègues lui ont signalé ce cours, il n' avait encore aucune expérience de la montagne. Aujourd'hui, il part en course régulièrement. A son palmarès figurent entre autres le Sustenhorn et le Bishorn ( 4153 m ).

Ruedi ne peut bien sûr pas admirer la vue depuis le sommet. Mais il aime qu' on lui décrive le panorama. « J' arrive alors, par l' es, à imaginer où nous sommes et quelles sont les montagnes qui nous entourent. » Il ne ressent aucune jalousie par rapport à ceux qui peuvent voir de leurs yeux la beauté du paysage.

Si des aveugles et des handicapés de la vue veulent participer à une course de section du CAS, cela implique pour les autres une bonne dose de compréhension et d' égards, vu les éventuelles modifications d' itinéraire et l' allure de la marche. Or, dans ce club si attaché aux traditions, une telle attitude ne va pas toujours de soi. « Les aveugles n' ont rien à faire en montagne », en- tendon dans certains cercles du CAS. Mais sur le terrain, ces préjugés disparaissent rapidement. En effet, lorsque les handicapés croisent d' autres alpinistes durant une course, les réactions sont positives dans la plupart des cas. A la surprise succède rapidement une reconnaissance générale de la performance accomplie. « En montagne, les gens ont une attitude étonnamment ouverte », constate Ruedi Ruchti. Ainsi par exemple les soldats cantonnés à la cabane Forno. Ils ont eux aussi reconnu, passé l' étonnement du début, les performances des handicapés. Bientôt ils ont offert leur aide tout naturellement.

Mais il y a là plus que de l' admiration et la reconnaissance des performances. « Tous ceux qui ont été en montagne avec des aveugles sont frappés par leur optimisme et leur attitude si positive face à la vie », dit le chef du cours Christian Herter. « On remet en question certaines priorités. Et on se rend compte, surtout, qu' il n' y a pas que les grandes courses qui importent, mais qu' il est aussi beau de vivre quelque chose ensemble. » Ainsi, en rencontrant des alpinistes handicapés de la vue, plus d' un grimpeur comprendra que de retrouver la nature, dans le silence de la montagne, a autant de valeur que d' aligner les exploits sportifs.

( Traduit de l' allemand par Annelise Rigo ) Atmosphère matinale sur le Piz Casnil ( 3189 m, adroite ) et le Val Bregaglia

Nul Endroit Est Eloigné

D Colici en cuirLU Raccord en acierLI] Doublure cambrelle 0] Doublure al cuirH] VelcroLE] Poime LI] Encoche cramponsLU Soia-pied amovibleLÜ] Encoche mrnpims \±i Souj-pieds nylonU] EmpeigneH] Semelle lür.nobloL travail sur terrains difficiles. Le profil fuselé de la pointe et l' empeigne parfaitement enveloppée assure une sensibilité optimale même lors de petites prises tandis que l' é incliné facilite la position correcte avancée pour la descente.

Modèles polyvalents pour l' alpinisme et Fexcursionnisme professionnel sur terrain mixte durant les quatres saisons.

Tout indiqués fcpour la chasse

"':>:*..et le Empeigne en Amphibie HS12 cm daim retourné FIS 1J Poids: 2n0gpoint 42 Prix: Fr, 3-+9. NEPAL Empeigne en Sherpa HS 12 mi daim retourné HS M Poids: 1850 g point -i2 Prix: Fr 119. TREKKING, FREE CLIMBING, ALPINISMO, ALTA QUOTA, TELEMARK New Rock - Via Canevascìni, 4 CH - 6900 LUGANO091/V3557 PH. DAL MINA - VETTORATO Doublure en cuir avec Cambrelle antibac-térie dans la partie antérieure, intersemelle en nylon avec un supplément en acier, nouvelle semelle M4 avec vibro-amortisseur et bordure intégrale prévue pour l' usage des crampons classiques et ra-: pides. Légèreté et imperméabilité optimales.

nessun luogo è lontano Wer viel wanden kennt es: das erhebende Gefühl, wenn der Aufstieg beendet ist und die Weite des Tales zu Fussen Hegt. Und wenn später beim Abstieg mit jedem Schritt der Komfort eines guten Trekking-Schuhs noch deutlicher spürbar wird. Aber erst wer lange weit hinauf und steil bergab unterwegs ist, wird den gesamten Komfort des neuen Salomon Trekking Konzeptes erleben: Das Salomon S-Fit System, das den Fuss umhüllt und festhält, ohne die Bewegungsfreiheit einzuschränken. Weil die Freiheit grenzenlos erscheint, wenn Berg und Tal zu Fussen liegen.

Das Salomon S-Fit System. Optimaler Halt bei jeder Fuss-form durch ein geschmeidiges, luftdurchsetztes Netzgewebe das verhindert, dass die Zehen beim Abstieg gegen den vorderen Schuhrand gepresst werden. So kann der Vorfuss auf natürliche Weise abrollen. Salomon S-Fit: den entscheidenden Schritt voraus.

SALOMON

Wir nennen Ihnen gerne den spezialisierten Fachhondler in Ihrer Nähe. Solomon AG, Galgenried, 6370 Stans, Telefon 041-631100, Telefax 041-614066 Telex 862444 Adventure 9 Sommaire 62 Ueli Mosimann, Utzigen BE Les courses de haute montagne sont-elles dangereuses?

77 Claude Remy, Vers l' Eglise VD Erhard Loretan: un « petit » parmi les grands 87 Chlaus Lötscher, Hörner ( Alaska/USA ) Les parcs nationaux de l' Alaska

? Xf

Editeur Rédaction Club alpin suisse, Comité central; Helvetiaplatz 4, 3005 Berne, téléphone 031/433611, telefax 031/446063.

Préposé du CC Jaman aux publications Jean-Paul Corbaz, c/o Corbaz Imprimerie, 22, av. des Planches, 1820 Montreux, téléphone 021/96361 31, telefax 021/963 57 34.

Couverture:

François Bonnet, Eplatures-Jaune 99, 2304 La Chaux-de-Fonds, téléphone 039/267364, telefax 039/266424 ( responsable des parties en langues française, italienne et romanche ).

Etienne Gross, Thorackerstrasse 3, 3074 Muri, téléphone 031/951 5787, telefax 031/9511570 ( responsable de la partie en langue allemande ).

Conception graphique Gottschalk+Ash Int' l Layout Linda Grimm, G + A Markus Lehmann, Staempfli + Cie SA Administration des annonces Künzler-Bachmann SA, Geltenwilenstr. 8a, case postale 926, 9001 St-Gall, téléphone 071/235555, telefax 071/236745. Responsable: Albert Signer.

Impression et expédition Staempfli + Cie SA, case postale 8326, 3001 Berne, téléphone 031/276666, telefax031/276699, CCP30-169-8.

Parution Bulletin mensuel: dans la deuxième moitié du mois. Revue trimestrielle: dans la deuxième moitié du dernier mois du trimestre.

En montant au Weissmies Photo: Ludwig Weh, Visp 61 110 Thibaut Cuisset, Paris Maurice Salamin, Morges Le hasard et l' errance 118 Ernst Siegenthaler, Bienne Le bon chemin Prix Abonnement ( pour les nonmembres ): Bulletin mensuel et cahier trimestriel ensemble ( pas d' abonne séparés ), par année: Suisse 42 fr., étranger 58fr.

Cahier trimestriel séparé, pour les membres du CAS: 7 fr., pour les non-membres: 10 fr. Bulletin mensuel séparé: 2 fr.

Indications générales Changements d' adresse au moyen de la formule des PTT 257.04.

Contenu: Les articles représentent l' opinion de leurs auteurs et n' engagent pas la responsabilité du CAS.

Reproduction: Tous droits réservés. Reproduction autorisée seulement avec l' indication de la source et l' approbation de la rédaction.

Articles adressés à la rédaction. La rédaction accepte volontiers les articles de tous genres et le matériel photographique, mais décline toute responsabilité à leur sujet.

L' acceptation ou le refus des articles ainsi que le moment et la forme de leur parution sont de la compétence de la rédaction.

Tirage attesté: 71 176 exemplaires.

Feedback