Des douleurs fantômes | Club Alpin Suisse CAS

Des douleurs fantômes

A propos de l’article Stratégie énergétique contre protection du paysage, paru dans «Les Alpes» 3/2018

Raimund Rodewald de la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du territoire s’oppose à juste titre à la dégradation continue de la montagne, et le oui du CAS à propos du barrage dans la cuvette du Trift souligne le manque de conscience par rapport à la détérioration de notre paysage, déjà densément construit. De tout petits cours d’eau sont dénaturés et le paysage est défiguré par l’implantation à grande échelle de broyeuses à oiseaux. Difficile de faire plus irrationnel que d’enlaidir des paysages de montagne ­intacts et d’installer dans la nature des éoliennes pas du tout efficaces, tandis que la ­centrale nucléaire de Mühleberg et sa puissance continue de 230 MW est arrêtée. Les deux seules fusions du cœur qui se sont produites dans des ­sociétés fonctionnant de manière relativement démocratique (Lucens en Suisse et Three Miles Island aux Etats-Unis) n’ont pas causé de dommages à des per­sonnes civiles. Les maladies touchantla population civile autour de Tchernobyl, où dix fois plus de radioactivité a été ­libérée qu’à Fukushima, ont été étudiées sur le plan épidémiologique par des ­organisations spécialisées au niveau ­international. Aucune divergence par rapport à la fréquence normale des ­maladies n’a été constatée. Et pourtant, nombreux sont ceux qui préfèrent se languir de leurs douleurs fantômes pseudo-religieuses engendrées par l’énergie atomique plutôt que de protéger les fondements de la vie dans la ­nature.

Feedback