D’un bureau à l’autre | Club Alpin Suisse CAS

D’un bureau à l’autre

Pendant que certains vont en montagne, laissent de belles traces dans la neige fraîche, se frottent au rocher aux premières lueurs du jour et parcourent les sauvages forêts de montagne, je pousse souvent un soupir devant mon écran: lorsque, en tant que rédacteur, je rédige des suggestions de courses dans les Alpes suisses et sur toutes les montagnes du monde, la nostalgie s’invite parfois. «Si seulement j’étais devenu guide de montagne...», pensé-je alors, oubliant brièvement que le journaliste que je suis n’aurait jamais été en assez bonne forme pour cela.

Faire de ma passion pour la montagne mon métier, c’était et c’est encore mon rêve. Cependant, la réalité est souvent moins intéressante. Je cogite pour trouver la bonne formulation, j’adapte des textes à la dernière minute pour respecter les désirs du Secrétariat administratif, je réponds aux appels des lecteurs qui se plaignent de l’emballage plastique dans lequel ils reçoivent la revue. A ce propos, on ne peut rien faire! C’est une prescription de La Poste...

Même si mon regard se fait parfois un peu courroucé derrière mes épaisses lunettes, le sens critique des lecteurs et l’importance qu’ils accordent à ce que j’écris montrent que mes textes sont lus, que mon travail est pris au sérieux. Et c’est de ça que vit le journaliste, comme le musicien vit des applaudissements.

Cependant, mon temps aux «Alpes» touche désormais à sa fin. Je vous dirais bien que je quitte mon poste à la rédaction des «Alpes» pour une vie à des altitudes ensoleillées, mais je déménage seulement dans un autre bureau, où m’attend un travail passionnant de journaliste local. Je ne peux qu’espérer y trouver aussi des lecteurs attentifs et fidèles, comme ce fut le cas pendant quatre ans aux «Alpes». Chère lectrice, cher lecteur: ce fut un plaisir pour moi, et j’espère qu’il fut partagé. Merci, et à bientôt!

Feedback