Echanger pour plus de sécurité

Juin 2015, 23 h, Capanna da l’Albigna CAS: durant un cours CAS de chef de courses, je discute avec Peter Plattner, rédacteur en chef du magazine bergundsteigen, à propos des différences entre la formation de chef de courses en Autriche et celle dispensée en Suisse. De manière générale, la formation en sports de montagne dans les pays germanophones se ressemble de plus en plus, mais quelques divergences subsistent encore. Un exemple: la «marche à la corde courte». Au CAS, elle fait partie de la formation de base alors qu’en Autriche et en Allemagne, on ne l’enseigne qu’en formation de guide de montagne. Dans les pays voisins, on a tendance à renoncer à s’encorder dans les parois neigeuses ou glacées lorsque de bons points d’assurage font défaut. Cependant, cela fait longtemps que l’on ne s’en tient plus strictement aux règles propres à son pays. En effet, parcourir une paroi glacée sans encordement lors de bonnes conditions nivologiques n’est désormais, en Suisse aussi, plus un tabou pour les cheffes et les chefs de courses. Pendant le cours de cadres à la Capanna da l’Albigna, deux groupes ont gravi une paroi de glace encordés alors que deux autres ont renoncé à la corde en raison du manque de points d’assurage fiables.

La globalisation n’a pas épargné les sports de montagne et ses répercussions s’avèrent tout à fait positives. L’échange au niveau d’organes comme l’Union ­Internationale des Associations d’Alpinisme, le Club Arc Alpin (CAA) et le conseil de rédaction de berg­undsteigen rendent la formation plus internationale et l’améliorent. Actuellement, le CAA élabore par exemple des recommandations pour les dispositifs d’assurage en escalade sportive. Il existe de plus une autre possibilité d’échange dans le cadre du projet «Alpine Jugend Hoch 4», durant lequel les moniteurs jeunesse des clubs alpins d’Allemagne, d’Autriche, du Haut-Adige et de Suisse ont entrepris une concertation sur deux ans.

Dans les formations internes des chefs de cours du CAS, qui vont à l’avenir être renforcées de manière importante, on introduit et on expérimente toutes sortes de nouveautés. Ce qui a fait ses preuves restera, certaines techniques prometteuses de l’étranger seront reprises. Expériences et méthodes nouvelles sont ensuite directement intégrées dans l’offre de formation de l’Association centrale du CAS par le biais du Programme de formation CAS annexé à cette revue; toujours avec pour but de rendre les sports de montagne plus sûrs.

Feedback