Echappée au cœur de la couronne impériale La traversée du Blanc de Moming

Au fond du val d’Anniviers, le Blanc de Moming offre une plongée majestueuse au cœur des Alpes. Sa traversée est un point fort de la Haute Route Impériale reliant Tourtemagne à Zermatt. Une aventure qui vaut bien le long accès depuis Zinal.

«La traversée du Blanc n’est pas faite pour les débutants», avertit Nicolas Theytaz, le gardien de la cabane du Mountet. «L’hiver, on accueille plutôt des alpinistes confirmés ou des randonneurs à skis accompagnés de guides.» A quelque 9 kilomètres et 1200 mètres de dénivelé de Zinal, le ton est donné lors de l’arrivée à la cabane. La plongée au cœur de la couronne impériale se mérite, et ses traversées s’appréhendent avec toute la sagesse du montagnard. «Du refuge, on a le sentiment de pouvoir attraper les sommets. Mais pour les approcher, mieux vaut être aguerri, car les accès passent tous par des glaciers, et l’arête du Blanc est très effilée, mieux vaut avoir le pied sûr», commente le maître des lieux depuis 20 ans.

Une vue «impériale»

Il est 7 h, à la cabane du Mountet. Une brume inhospitalière nous retient au chaud une heure de plus. «Sans une vue dégagée, la traversée de l’arête est impraticable», explique Maxime Derivaz, guide de montagne valaisan. Accompagnés d’une cordée tessinoise, nous tentons tout de même une échappée récompensée par la percée du soleil après une vingtaine de minutes d’ascension. La vue s’ouvre alors sur l’Ober Gabelhorn et sa face nord à 55 degrés. Nous nous souvenons alors des paroles de Nicolas Theytaz la veille: «J’ai pu observer deux cordées skier cette face, mais ça doit remonter à une dizaine d’années. Certainement que d’autres exploits ont été tentés depuis, mais j’étais sûrement en plaine.» En remontant le glacier du Mountet sur sa rive droite, nous arrivons à la rimaye. Il est temps de mettre les skis sur le sac et de rejoindre l’arête très effilée qui relie le Blanc de Moming au Zinalrothorn.

Un passage mythique

Au départ de la cabane du Mountet ou d’Arpitettaz, l’ascension du Blanc de Moming se situe sur le tracé de la haute route dite «impériale». Cette haute route reliant Tourtemagne à Zermatt offre une vue saisissante sur les gardiens des Alpes valaisannes. Weisshorn, Zinalrothorn, Dent Blanche, autant de sommets dépassant la symbolique barre des 4000 qui accompagnent le randonneur sur l’itinéraire. «La traversée de l’arête du Blanc est un des passages mythiques de la Haute Route Impériale, car elle demande de la concentration et de la technique», commente Romain Tavelli, guide de montagne qui affectionne particulièrement la région pour son authenticité. «Dans son ensemble, la course a beaucoup de caractère, car elle se trace presque entièrement sur glacier et dans un environnement de haute montagne.»

Une fois le rasoir de neige passé, une centaine de mètres de dénivelé à skis séparent encore le randonneur du Dôme. Arrivé sur ce promontoire perché à plus de 3600 mètres, ce sont près de 2000 mètres de descente qui font aussi la bonne réputation du Blanc de Moming. Et le guide de Sion de préciser: «Exposé au nord, l’itinéraire de descente est souvent en bonne condition, mais il nécessite beaucoup de neige, car le glacier de Moming est très crevassé.» S’impose donc un slalom finement analysé entre les déchirures du glacier pour rejoindre Zinal et sa tarte aux myrtilles.

Feedback