Effort collectif pour corriger 250 000 fautes

Dans notre numéro de janvier, nous avons lancé un appel aux membres du CAS: qui était disposé à participer à la correction de la version numérisée des anciens numéros de notre revue? La numérisation avait été assurée avec un système automatique par l’Institut für Computerlinguistik de l’Université de Zurich. Les textes numérisés comportaient beaucoup d’erreurs dues à une mauvaise reconnaissance de graphismes anciens ou à la présence de taches sur les pages.

Parmi les membres du CAS, quelques bénévoles très engagés ont répondu à notre appel. En sept mois, ils ont réalisé l’incroyable exploit de corriger 250 000 fautes sur 21 000 pages!

Correcteurs très assidus

Directeur du projet, le professeur Martin Volk s’extasie: «Nous avons été très impressionnés par la compétence et la ténacité des correcteurs. Certains ont apporté plus de 10 000 corrections.»

L’équipe responsable du projet a créé un site Internet spécialement conçu pour motiver les correcteurs bénévoles. Chacun d’entre eux pouvait suivre quotidiennement la progression de l’ensemble du travail sur des diagrammes synoptiques. Chaque correcteur recevait au jour le jour quittance du nombre de pages qu’il avait corrigées et du rang qu’il occupait en conséquence dans l’ordre de performance des correcteurs.

Le travail de correction de la collection des revues du 19e siècle est maintenant terminé, et les articles révisés peuvent être consultés sur la page web du projet (http://kokos.cl.uzh.ch). Dans une phase ultérieure, les textes corrigés seront aussi repris dans les archives numériques de la page d’accueil du CAS. Les responsables du projet remercient chaleureusement les correcteurs bénévoles pour leur assiduité.

Feedback