El camino et La corriente

L' escalade, une méthode pédagogique pour des jeunes en situation de crise

Stephan Zürcher, Frutigen BE

sent se découvrir eux-mêmes. C' est ainsi que le processus sera le plus fécond, car les jeunes décideront d' une certaine façon eux-mêmes du rythme de leur progression.

La pédagogie de l' aventure

Les expériences vécues sont une part très importante du développement humain. Celles qui sont vécues activement exercent une influence plus formatrice sur l' âme et la personnalité que les expériences diffusées « de seconde main » par la télévision, la vidéo ou l' école.

« Lorsque j' agis manuellement, j' active les forces de la volonté; des énergies sont alors indirectement produites dans le domaine de la pensée. Lorsqu' on travaille suffisamment sur soi, mais aussi de manière inconsciente, il se constitue, à partir de la somme des situations vécues par le corps, l' esprit et l' âme, tout un trésor d' expériences, de réussites et de frustrations, une capacité de tenir le coup et de résoudre les problèmes pratiques, ainsi qu' une capacité de communiquer, qui mènent finalement à une estime réaliste de soi-même. Cette connaissance de ses propres limites et capacités, de même que la vision claire des effets de sa propre action constituent la base de l' autonomie et d' une saine confiance en soi.

Il n' est pas simple aujourd'hui pour un jeune de savoir quelle direction prendre. « Nous vivons une période de réorientation dans la compréhension des valeurs et dans les modèles de comportement, une période de labilité psychique et sociale, de crise d' identité et de recherche d' un statut. Pour maîtriser cette mutation, il est nécessaire d' essayer, de risquer, d' aller jusqu' à ses limites. Or l' espace requis pour cela est devenu toujours plus étroit pour les jeunes.»2

1 Werner Fritschi, socio-pédagogue, conseiller en publicité. Lucerne: Jugendhilfe zu Wasser, zu Land und aus der Luft. In: Erlebnispädagogik; Entwicklungen. Modelle, Kritik, documentation du séminaire de pédagogie de l' aventure de l' Institut Gottlieb Duttweiler, Rüschlikon 1991.

1 Reinhard Fatke, professeur à l' Institut de pédagogie de l' Université de Zurich: Kritische Anfragen der Erziehungswissenschaft an die EP. In: Erlebnispädagogik; Schlagwort oder Konzept? Edité par Fridolin Herzog, Schweizerische Zentralstelle für Heilpädagogik ( SZH ), Lucerne.

Cf. Anne Wilson Schaef, psychothérapeute, Boulder ( Colorado ): Im Zeitalter der Sucht. Wege aus der Abhängigkeit. Edition allemande: Hoffmann et Campe Verlag, Hambourg 1989.

1 Sur l' histoire de la pédagogie nouvelle et de la pédagogie de l' aventure, cf. Hans G. Bauer: Erlebnis- und Abenteuerpädagogik; Eine Literaturstudie. Edition: Gesellschaft für Ausbildungsforschung und Berufsentwicklung e.V Rainer Hampp-Verlag, Munich 1987.

5 Cf. Martin-René Maire: « L' escalade: quelles motivations ?» Les Alpes, RT 1/93.

:'Cf .Hanspeter Hufenus: Grundlagen der Erlebnispädagogik im « life-trai-ning », Mörschwil 1993 et Hannes Jost, psychologue. Lenk / Hanspeter Hufenus: « Life-training ». Dokumentation. Lenk et Mörschwil 1993.

A cela s' ajoute le flot d' informations reçues passivement des médias qui, sous l' apparence de l' immédiateté, ne transmettent qu' un message déjà travaillé par quelqu'un. Par le moyen d' une telle réception, la confrontation avec la réalité est toujours filtrée et seconde.

Selon la théorie d' Anne Wilson Schaef3, nous devons comprendre notre société comme un hologramme dans lequel le « petit » n' est rien d' autre qu' une copie du « grand ». Le jeune drogué ne reflète ( en dernière instance ) rien d' autre que le système régnant dans la famille et la société, avec ses diverses dépendances, co-dépendances, drogues cachées et plaisirs de substitution. Ces dernières années, la pédagogie de l' aventure, en se basant sur le principe d' une pensée qui prend en compte l' ensemble « tête-cœur-main » mis en lumière par la pédagogie nouvelle4, s' est imposée toujours davantage en complément ( ou en alternative ) des méthodes traditionnelles d' éducation et d' appren. On s' y efforce constamment de transmettre des expériences précises par des événements vécus, en accord avec la civilisation actuelle. L' être humain doit également être placé dans des situations extrêmes, car c' est alors qu' il perçoit la vie avec le plus d' émotions.

Cette démarche peut emprunter plusieurs voies:

- Création de situations extrêmes

- Confrontation avec la nature

- Relation à son propre corps

- Solidarité.

Montélinur Océan Atlanti q/u e Orpierre Buis-lej-Baronnies Mer Méditerranée Etxauri Espagne Itinéraires des voyagesméridionales françaises à entrepris dans le cadre des Hendaye, sur l' Atlantique, projets « El camino » ( 1992,en passant par le versant en rouge ) et « La corriente»espagnol des Pyrénées. ( 1993, en vert ). Des Alpes

On décèle ici une parenté avec les thérapies du corps nées de la théorie de Wilhelm Reich. D' autre part, les projets de la pédagogie de l' aventure actuelle, et en particulier l' escalade, peuvent être replacés dans une tradition de contes et légendes très ancienne. Ainsi, il ressort d' un article paru dans Les Alpes, bulletin trimestriel 1/93, que l' escalade remplit toutes les conditions pour élaborer une pédagogie de l' aventure! La tâche qui nous attend lorsque nous attaquons une voie d' escalade est tout à fait comparable à celle que des héros de légendes antiques et médiévales tels qu' Ulysse, par exemple, ont dû affronter lors de leurs voyages aventureux5. J. Jung appelle individuation le chemin que suivent les héros de ces légendes au travers des diverses aventures qu' ils rencontrent.

Fait intéressant: on trouve dans les rites d' initia connus depuis longtemps chez des peuples Indiens ou chez d' autres peuples proches de la nature6 exactement les mêmes éléments de rituali-sation du passage entre deux périodes de vie par le moyen de tâches stimulant la maturation.

On distingue en général trois phases:

La séparation. La personne quitte son environnement familier. C' est le départ pour un monde nouveau.

Le passage. Périodes de vie pleines de dangers, qui durent parfois plusieurs années. Le voyage avec ses diverses tâches, telles que mise à l' épreuve du courage, tentations, faim, camaraderie. Formation de la personnalité à travers ces événements clés.

Voyages, rencontres, personnalités a 4 Dans le Midi de la France, nous nous attendons à trouver partout du beau rocher et de splendides voies ( St-Guilhem-le-Désert, Hérault )

L' intégration. Retour dans la société en tant que personnalité qui s' intègre de façon nouvelle. Autres critères importants d' après Hufenus6:

- Cadre fermé et environnement restreint, dont on peut avoir une vue d' ensemble

- La nature intervient comme force de guérison et de construction

- Expériences extrêmes

- Encouragement de la capacité de vie et des compétences sociales

- La tâche est réalisable par principe; égalité des chances pour tous les participants.

J' ajouterais à cette liste les points suivants:

- Les activités proposées par le projet doivent être tolérables pour l' environnement

- Les jeunes doivent pouvoir continuer par la suite à les exercer.

On peut dire en résumé qu' un bon projet de pédagogie de l' aventure devrait réunir plusieurs de ces points, afin qu' une bonne part des compétences exigées soient déjà acquises directement et tout naturellement par l' action quotidienne.

La première rencontre avec le rocher a lieu sous forme de moulinettes 7 Cf. « El camino », ein sozialpädagogisches Projekt für männliche Jugendliche. Association « Lucciola », Solerne 1992.

8 Cf. Erlebnispädagogik: Entwicklungen, Modelle. Kritik; documentation du séminaire sur la pédagogie de l' aventure; Institut Gottlieb Duttweiler, Rüschlikon 1991.

« El camino » et « La corriente », deux projets de pédagogie de l' aventure

Voici ce que j' écrivais dans l' introduction à El camino 92: « A la base du projet El camino se trouve le désir de lier l' escalade rocheuse et le voyage: l' escalade, comme moyen idéal de prendre conscience de son corps et de sa vie, de créer des situations limites, ainsi que des expériences de succès immédiat, le voyage, comme métaphore de la vie avec ses situations et ses défis toujours nouveaux. Comme nous circulons à vélo et que nous logeons sous tente, c' est au pouls de la nature que sont réglés notre progression et, en partie aussi, notre horaire quotidien. Nous faisons l' expérience de notre environnement d' une façon très directe et écologique.»7

Quant aux buts pédagogiques et aux intentions de principe, j' ai formulé à l' époque, en m' appuyant sur des ouvrages connus, les points suivants8:

Accorder sa confiance - exiger la confiance: un moniteur se fait assurer par un jeune membre du groupe

Buts pédagogiques

- Renforcer le moi: estimation réaliste et positive de soi-même.

- Rapport à la réalité: discerner et accepter ses propres limites.

- Rapport conscient à son propre corps: fournir un effort, résister, différer la satisfaction des besoins.

- Développer sa capacité à communiquer, à coopérer, à accepter les conflits.

- Prendre des responsabilités envers soi-même et les autres; solidarité.

- Se confronter aux fondements de notre vie ( nature, culture, civilisation ) et gérer son propre comportement de dépendance et de consommation.

- Faire l' apprentissage de compétences nouvelles.

Intentions de principe

- Le voyage en petit groupe offre la possibilité de tester et de vivre de nouvelles compétences sociales dans un cadre protégé.

- Grâce au vélo, le voyage est vécu physiquement.

- L' escalade permet une approche complète de soi-même. Le corps, l' esprit et l' âme sont également sollicités.

- Dans la vie quotidienne, l' accent est mis sur la responsabilité propre de chacun et sur la solidarité.

- Par le contact constant avec la nature, on comprend mieux la signification de celle-ci pour l' être humain.

- Le soin apporté au matériel et son maniement correct sont d' une importance vitale.

- Le rapport à la réalité est présent durant tout le séjour. L' escalade et le vélo sont des activités qui peuvent aussi être exercées à domicile sans difficulté.

Je peux dire aujourd'hui que les attentes que j' avais placées à l' époque dans la force thérapeutique de ce projet ont été en grande partie satisfaites. Presque tous les buts ont pu être abordés. Cependant, un séjour de deux, quatre ou même six mois est trop court pour arriver à une stabilisation authentique et définitive de la situation personnelle de la plupart des jeunes concernés.

Le transfert, qui consiste à pratiquer les nouveaux acquis en situation quotidienne, à domicile et au travail, reste difficile. Le jeune continue à avoir besoin d' un bon encadrement ( par exemple, communauté d' habitation thérapeutique ) qui l' aide à ordonner et retravailler les expériences faites. Mais je m' en tiens ci-dessous aux possibilités et aux moyens spécifiques des voyages tels que nous les avons vécus.

Le voyage

On peut dire que notre vie est un voyage dans le temps. Les situations, les défis et les décisions auxquels nous devons nous confronter quotidiennement rayonnent en tant qu' événements vécus jusque dans notre âme. Si nous les évitons constamment ou que nous fuyons, cela aura obligatoirement des effets sur notre intériorité.

Voyages, rencontres, personnalités

Un projet de voyage déclenche chez les jeunes un renforcement du moi et de la connaissance de soi, grâce aux expériences de vie maîtrisées jour après jour. Cette connaissance permet une estimation réaliste et aussi positive que possible de sa propre personnalité. Il ne s' agit pas de refouler la période de toxicomanie, mais de l' intégrer et de l' accepter comme un élément de construction pour sa propre évolution future. C' est en effet une condition indispensable d' un processus de guerison authentique et honnête: le jeune doit prendre conscience de ses dépendances et s' y confronter. La période de toxicomanie a bien existé, elle restera

Les tâches ménagères quotidiennes font partie intégrante de notre programme. Il s' agit en particulier de veiller à nous approvisionner régulièrement en produits alimentaires aussi frais que possible Lorsque nous séjournons pour un certain temps à un endroit, nous nous installons dans un camping Et le voyage à vélo se poursuit: maintenant se dressent devant nous les rochers de Vingrau ( env. 18 km au NW de Perpignan )

dans sa mémoire. Cependant, le jeune va apprendre qu' il peut la laisser derrière lui s' il continue à avancer et à évoluer.

Un voyage offre d' innombrables images du mouvement, du caractère passager de la vie et de certains instants privilégiés, images qui permettent de symboliser le flux et la progression éternels ainsi que le sens de certaines phases de la vie. Dans le travail pédagogique, tout voyage doit être compris comme un grand circuit d' activités. C' est un cadre posé d' avance par l' équipe d' éducateurs. A l' inté

rieur de cette unité, il existe d' innombrables possibilités de définir d' autres circuits plus petits, et même très réduits, auxquels les jeunes doivent participer activement.

Un circuit d' activités se compose des quatre éléments suivants, qui se succèdent toujours9: observer, agir, évaluer, se reposer.

Le cadre que nous nous étions fixé pour « El camino » et « La corriente » contenait les unités suivantes:

1 ) Nous nous éloignons progressivement de la Suisse. Durant le voyage à travers la France, nous avons le temps d' organiser notre vie de groupe, d' apprendre à ménager nos forces pour progresser au mieux et à nous engager de façon intensive dans l' escalade et dans la vie de groupe.

2 ) Devant nous se dressent les Pyrénées, avec leurs nombreux cols. En les traversant, nous allons symboliquement franchir une montagne. C' est une étape qui demandera de la résistance et où le système social mis en place auparavant devra faire ses preuves.

3 ) Le but du voyage est l' Atlantique, qui peut aussi être vu symboliquement comme la fin de l' ancien monde. Il est important que chacun des jeunes se rende compte que la traversée vers le nouveau monde représentera encore un long voyage sur un terrain très peu sûr.

.'Cf .Walter Fürst, Die Erlebnisgruppe, ein heilpädagogisches Konzept für soziales Lernen. Lambertus Verlag, Freiburg im Breisgau 1992.

4 ) Retour en Suisse, où tous les rapports sont mis au net et discutés et où nous grimpons ensemble une dernière fois.

Entre les points de départ et d' arrivée, deux à trois mois s' écouleront avec plus de deux mille kilomètres en selle, d' innombrables routes de cols et voies d' escalade, de nombreuses disputes et confrontations, des pactes, des réconciliations. En un mot, chaque participant aura vécu durant cette période son Odyssée personnelle.

En selle

Dès le début, j' ai estimé que nous devions franchir par nos propres forces la distance qui séparait les différents terrains d' escalade.. " " .Vivre physiquement un voyage est extrêmement important pour permettre à un processus de passage de s' effectuer au niveau mental.

Au cours du voyage, les aspects positifs de ce choix du vélo sont ressortis et le projet s' est enrichi d' un domaine d' expérience qui complète l' escalade de façon idéale tout en restant, par sa diversité quasi inépuisable, un petit monde en soi:

- L' entraînement quotidien, sur des étapes courtes au début, puis toujours plus longues, a permis d' améliorer rapidement la condition physique des jeunes.

- Lors des longues étapes à plat dans le Midi de la France et le Pays basque espagnol, le vent contraire nous donnait souvent du fil à retordre. La structure du groupe s' est alors révélée, les cyclistes s' abritant du vent les uns les autres pour rouler. Cet

« a 3 Nous abordons également des voies de plusieurs longueurs ( Vingrau ) Dans les rochers de Vingrau ^.*Ht ,*.V,

exercice requiert une grande attention et ne fonctionne que si chacun est prêt à donner quelque chose aux autres.

En revanche, monter un col est une affaire très individuelle où chacun doit trouver son propre rythme. Automatiquement, de petits groupes se formaient et quelques-uns roulaient seuls.

- A la descente aussi, les goûts divergent. Presque toujours, les jeunes se lancent dans la pente, très concentrés, cherchant une fois de plus à atteindre leurs limites.

- Le premier col revêt une signification particulière. La peur est générale avant cette épreuve. La joie est grande, et générale aussi, lorsque tous y sont arrivés. On a le sentiment de valoir quelque chose. Ce point de vue positif permet de voir soudain la suite du voyage sous un jour nouveau. Tous savent maintenant qu' ils peuvent réussir.

- Au cours d' un voyage à vélo d' une certaine longueur, il y a pour chacun des moments de crise où il s' agit de lutter pour venir à bout de la pente.

L' assurage n' empêche pas la raideur ni la difficulté! Chacun trouve là l' occasion de se mesurer à ses buts et défis personnels ( Vingrau )

Le sommet atteint, c' est une joie immense d' avoir réussi une fois encore.

- La traversée des Pyrénées, de la Méditerranée à l' Atlantique, était le couronnement du programme. C' est ici, quand il fallait chaque jour franchir un ou plusieurs cols, monter et démonter le camp, que s' est révélée la cohésion du groupe.

La pratique du vélo est un moyen pédagogique en soi. Des voyages à vélo sont donc souvent orga-

Voyages, rencontres, personnalités La pause a son importance non seulement en tant que moment de repos, car elle nous donne aussi l' occasion de communiquer les uns avec les autres ( Vingrau )

nisés pour de tels groupes. Ils offrent d' abord le plaisir du voyage, mais aussi un entraînement d' habileté et d' équilibre physique ainsi qu' un entraînement mental, trois points qui représentent des éléments importants de la connaissance de soi dans le travail avec les toxicomanes. Seule l' esca, à mon avis, a un effet encore plus direct et se prête encore mieux à ce travail.

L' escalade comme moyen pédagogique

Rappelons une fois encore les quatre éléments de base de la pédagogie de l' aventure:

Créer des situations limites

II est possible de faire l' expérience de ses propres limites en l' espace de peu de temps, puis de se hasarder dans des domaines nouveaux. Des sentiments tels que la peur et la joie sont vécus

L' escalade favorise également la relation avec la nature et la compréhension de celle-ci: nous devenons soudain attentifs à des choses que nous n' avions pas remarquées jusque-là

concrètement. Un moment difficile est celui où on lâche prise, où on s' abandonne à la confiance en son partenaire de cordée.

Confrontation à la nature

Même s' il est possible aujourd'hui de faire en salle une introduction à la varappe, la grimpe en pleine nature, avec tout ce que cela représente d' engagement et de contact avec le rocher, reste irremplaçable.

Rapport à son propre corps

Les mouvements de l' escalade permettent de sentir directement la musculature et la mobilité du corps. Divers sens sont aussi concernés directement. Par la répétition constante, les enchaînements de

Voyages, rencontres, personnalités a.

mouvements et d' équilibre sont intériorisés. Avec le temps, cette capacité de coordination s' améliore et finit par imprégner toute la personnalité du grimpeur.

Solidarité

Cette valeur prend une signification toute particulière par l' assurage mutuel des partenaires. La liaison établie par la corde, la confiance mutuelle sont importantes, de même que le soutien réciproque, le fait d' offrir et d' accepter de l' aide.

Pour l' initiation à l' escalade, l' idéal est de disposer d' un terrain de dimension limitée et comprenant de nombreuses voies faciles. En plus de la présentation des situations de routine, il est important de laisser les jeunes se familiariser prudemment avec la nouveauté. Parvenir à bien sentir le mouvement a davantage d' influence sur l' intériorité que de réaliser tout de suite des exploits. Il s' agit de procurer aux jeunes le plus de plaisir et de joie possible. Ces motivations intrinsèques, je les place dans mon travail au-dessus des motivations extrinsèques-

L' approche du Collado de Bóixols nous conduit à travers une région d' une beauté de rêve

telles que le statut de l' individu au sein du groupe, la reconnaissance sociale, le prestige etc. Ces moti-vations-là font aussi partie de l' ensemble. Elles sont un aspect important, mais pas le seul, de la position et du rôle de chacun au sein de la dynamique de groupe interne.

Il me paraît important de ne pas mesurer les résultats en escalade à la difficulté de la voie, mais d' observer surtout comment le grimpeur aborde la tâche et l' exécute, ainsi que sa situation de départ personnelle et son évolution. Or, prêter attention à ces données individuelles et travailler sur elles n' est possible, à mon avis, qu' en petit groupe et avec une surveillance très intensive.

Le but est que tous grimpent dans la difficulté qui leur convient et qu' ils fassent l' expérience de l' amélioration de leur capacité de se concentrer sur une tâche. Je vise avant tout à mener les jeunes le plus vite possible à cette situation où l'on a le sentiment que « ça baigne»5. Lors d' une escalade dans la difficulté correspondant à sa condition physique, le grimpeur fait l' expérience de la fusion de son action et de sa conscience. Chaque voie représente un nouveau défi, une tâche claire qu' on se fixe à soi-même. Chaque voie contient en même temps un cycle d' activités complet, dont nous devons aussi, là, face au rocher, respecter les quatre phases: observer - agir - évaluer - se reposer. Il est important de réfléchir et de discuter, déjà avant la pause obligée, qui fait également partie du cycle, sur chaque action particulière qui va être utilisée pédagogiquement. Il faut veiller à respecter dans la discussion un mélange équilibré d' autoévaluation et de critique des autres. Le jeune ressent le contrôle

Nous continuons en direction de l' Espagne. Sans cesse de nouveaux paysages se présentent à nous: rochers intacts, loin audessus de la route

qu' il exerce sur son corps dans la situation inhabituelle du vide. Par la réflexion, ce contrôle devient conscient et permet au processus de connaissance de soi de démarrer.

Bien entendu, chaque jeune a réagi différemment à l' escalade; dans un petit groupe, la surveillance était possible et nous avons pu définir pour chacun individuellement un but propre.

- Pour quelques-uns, l' équipe a dû fournir d' abord un grand travail de motivation. Ils étaient paralysés, incapables d' agir, à cause de l' image qui

Photo: Archiv Markus Wengei offrent des montées éprouvantes... et de fantastiques descentes Les régions de montagnes arides et solitaires ont aussi leur charme. De plus, elles

leur collait depuis longtemps à la peau, celle de n' avoir aucune valeur. Afin de permettre à ces jeunes de refaire sans cesse les expériences positives et constructives décrites plus haut, une stimulation extérieure initiale était nécessaire. Le but était que le jeune, qui en peu de temps avait éprouvé le sentiment agréable et la satisfaction d' avoir maîtrisé une tâche, se confronte par la suite de lui-même aux problèmes posés par une voie. On habitue ainsi le jeune à se mesurer chaque jour aux défis que le programme lui réserve, à les maîtriser ou à assumer un échec. Les compétences que le jeune acquiert ce faisant, avant tout la confiance en soi et la tolérance aux frustrations, sont les mêmes que celles dont nous avons tous besoin pour faire face aux problèmes de la vie quotidienne.

- D' autres se précipitaient avec un enthousiasme débridé sur toutes les voies, si bien qu' il apparut bientôt qu' il fallait les freiner et analyser les raisons de leur action. L' escalade peut tout à fait être utilisée comme une fuite, car elle permet de tout oublier. En obligeant le grimpeur à réfléchir constamment, on peut empêcher que la dépendance soit en quelque sorte transférée sur l' esca. L' élément problématique, ici, vient souvent du manque de préparation des jeunes qu' on force à entreprendre une thérapie. Cependant, dans la plu-

a. < Dans cet environnement méridional, les couleurs sont très intenses et procurent des impressions toujours nouvelles < « -J

part des cas, les expériences de soi-même intenses et peut-être douloureuses ( lorsqu' on surestime ses propres limites ) aident à briser la coque dure que le jeune présente au monde extérieur. L' intérieur tendre et sensible va alors apparaître et, après une phase de colère, le jeune est prêt à collaborer de façon constructive.

Tant au pied des voies que sur le rocher se sont révélés divers modèles de comportement renvoyant à des modèles vécus dans la vie quotidienne antérieure ou du moment. A l' aide de métaphores, on peut transposer les choses qui se sont passées sur le rocher dans les situations de la vie. Ainsi, les jeunes ont pris conscience que la manière qu' ils avaient d' affronter un problème d' escalade présentait une grande analogie avec leurs modèles de résolution des problèmes généraux. Qu' ils soient plutôt passifs, dans l' expectative, prêts à renvoyer l' action à plus tard ou au contraire qu' ils attaquent, que leur action soit agressive, à effet destructeur, toute la personnalité devient clairement visible dans l' esca. Les jeunes peuvent donc reconnaître ces formes de comportement qui leur sont propres et aussi les accepter. Ce qui est la condition nécessaire ( la volonté de le faire étant présupposée ) d' un travail actif sur un processus de changement.

Afin de faciliter le démarrage aux jeunes drogués qui nous arrivaient juste après le sevrage, j' ai divisé ce processus en trois étapes.

Phase 1

Pour communiquer aux jeunes le plus vite possible la sensation que procure l' escalade, on ne gravit durant les premiers jours que des voies assurées depuis le haut. Cette précaution est nécessaire, car dans cette période se mettent en place des choses importantes. La technique de corde, son maniement, l' assurage doivent être appris et des gestes d' une importance vitale doivent être intériorisés. Le sentiment de son propre corps doit à nouveau se développer. Le jeune doit découvrir où sont ses possibilités et ses limites. Plus important encore est de développer un rapport de confiance mutuelle. Chacun sent très exactement, lorsqu' il grimpe et qu' il assure son partenaire, en qui il a confiance. Lors de la discussion du soir, de la réflexion sur l' activité du jour, on parle de ces sentiments. Il ne s' agit pas seulement d' avoir confiance dans les autres, mais d' être considéré par eux comme digne de confiance. Chacun a remarqué combien le besoin de sécurité était important pour lui, si bien qu' il s' efforce aussi d' être lui-même bien concentré et digne de confiance quand il assure.

Malgré tout, la peur est souvent venue à la surface. Ces jeunes qui, quelques semaines aupara-

Nous approchons de la partie centrale des Pyrénées

vant, s' injectaient encore des drogues dures, s' agrippaient soudain au rocher, à la terre, à la vie. Pour la plupart d' entre eux, ce n' était pas facile au début de tout lâcher et de se laisser retenir par d' autres.

Certains contrats convenus, concernant la sécurité ( le port de casques, l' interdiction de fumer en assurant ), nous démarquaient un peu des autres grimpeurs et nous donnaient un sentiment supplémentaire d' appartenance au groupe.

Phase 2

Après quelques jours d' escalade intensive avec assurage depuis le haut et de formation technique ( noeuds, matériel, etc. ), le désir de se mesurer à un défi plus important se manifesta toujours plus chez les jeunes: ils voulaient grimper en tête. Nous nous sommes concentrés sur un site qui comptait plusieurs voies faciles et parallèles, et chacun se choisit un objectif. Alors que pour certains, c' était déjà beaucoup de grimper en tête la voie la plus facile, d' autres essayèrent bientôt d' augmenter la difficulté et de dépasser leurs limites. En plus du reste, les jeunes apprirent ce jour-là à grimper en moulinette, puis à établir un relais et à assurer le partenaire depuis le haut.

Au début, le groupe est resté dans un camp fixe. Cette concentration nous a permis de beaucoup grimper et elle a facilité la résolution des blocages

Voyages, rencontres, personnalités

dans les rapports mutuels. En outre, d' autres éléments plaident pour cette solution:

- La bonne connaissance du terrain a permis aux jeunes de faire en peu de temps leurs premiers pas sur le rocher de façon indépendante.

- Nous avons pu mettre en place un programme hebdomadaire et journalier raisonnable.

- Nous avons eu assez de temps pour faire une place aux premières expériences de dynamique de groupe et de développement personnel.

a. 5

Phase 3

En l' espace de trois semaines, les jeunes avaient acquis une formation suffisante pour grimper de manière indépendante et certains grimpaient même en cordées séparées du groupe. Ils ne visaient pas tous le même niveau. Quelques-uns accordaient davantage d' importance à d' autres sujets que l' esca. Mais nous avions une règle stipulant que lors d' une journée consacrée à l' escalade, chacun grimpe au moins une fois en tête, en choisissant une voie adaptée à son niveau. Le programme était varié et ouvert. Celui qui voulait grimper le pouvait, celui qui ne grimpait pas s' adonnait à une autre activité; par exemple, il construisait un four en pierre et préparait des pizzas ou du pain pour le repas du soir, ce qui était toujours apprécié. Dans le contexte du voyage, qui favorise la spontanéité et la capacité d' improvisation, de telles activités très sociales signalent un bon avancement des processus de changement et doivent donc être soutenues.

L' entraînement à l' équilibre que représentait l' escalade eut avec le temps un effet positif sur le comportement des jeunes. Chaque participant, et donc le groupe entier, devenait plus calme, plus équilibré, plus réceptif et concentré, ce qui aidait à approfondir le travail.

Le groupe

La vie commune vécue dans le groupe, cette « communauté de vie temporaire»9, devint rapidement un sujet central, un autre champ d' expériences pour les jeunes. Grâce au cadre protégé de ce groupe relativement petit et forcé de vivre ensemble, d' autres modèles de comportement quotidiens émergèrent à la surface. Il est important d' aborder dans la discussion non seulement les comportements destructifs mais aussi les engagements positifs, pour éviter que les jeunes doivent recourir à un comportement extravagant pour attirer l' attention d' un responsable.

La vie en groupe, avec ses hauts et ses bas, ses moments d' harmonie et ses conflits, la sollicitation permanente représentée par des variations toujours nouvelles sur des modèles de comportement anciens, montrèrent rapidement à chaque jeune où

Un moment de repos à l' ombre: rien de tel pour nous redonner l' élan de continuer notre route

il en était. Chacun doit être prêt à prendre conscience de sa situation actuelle pour pouvoir ensuite l' accepter. C' est la condition du désir de changement. Les modèles anciens n' ont pas forcément leur origine dans la personne même. Ils se sont construits durant toute l' enfance et sont presque sans exception dus à une situation éducative ou un environnement faussés d' une façon ou d' une autre.

Un groupe tel que celui-ci offrait la possibilité de reconnaître et de renforcer les côtés positifs de chacun des jeunes.

Dans un premier temps, l' absence de structures était générale. Nous y avons paré en instaurant un programme précis et transparent de la semaine, de chaque journée et des menus. Les repas et leur préparation par le groupe de corvée sont devenus la colonne vertébrale, à laquelle on se tenait ponctuellement et qui représentait une référence d' ancrage dans notre vie commune. Tout aussi importantes étaient les règles de vie établies d' un commun accord. Le respect de ces règles créait le cadre propice à d' autres interventions pédagogiques.

Un autre point fixe était la discussion du soir. Au cours de la journée, le comportement et les progrès

Voyages, rencontres, personnalités

des jeunes pouvaient être observés au mieux durant les différentes activités. Chez tous ces jeunes, des formes de comportement se cristallisè-rent rapidement, provoquant des tensions dans le groupe. Le non-respect des règles établies, la consommation de drogues en cachette ( surtout d' alcool ), le double jeu et le mensonge, de même que la simple passivité devaient faire l' objet d' une discussion, soit immédiatement, soit au plus tard le soir. L' équipe de surveillance a dû parfois recourir à des interventions violentes, après quoi les conséquences ont également été tirées d' un commun accord.

Chaque soir, à l' heure fixée, une discussion d' une heure environ, souvent chargée d' émotions, permettait d' éclairer les activités de la journée. A partir des faits qui s' étaient produits, on discutait à fond. Qu' est qui a bien ou pas bien marché aujourd'hui? Pour quelle raison? Dans la discussion, nous explorions des pistes, des possibilités et des accords nouveaux, afin d' échapper aux anciens comportements, d' oser des gestes nouveaux, de les exercer et de les intérioriser. Il est bon que la discussion puisse se terminer dans l' atmosphère positive d' un grand bouillonnement d' idées.

Les communications d' ordre pratique pour le jour suivant, données par les différents responsables, formaient la transition vers la soirée et la nuit.

Les éléments de pédagogie de l' aventure s' articu autour de la colonne vertébrale de la vie de groupe quotidienne. Le coeur, la main et la tête étaient sollicités chaque jour. Les jeunes devenaient plus forts, plus amicaux et plus sûrs d' eux, les confrontations et les discussions toujours plus ouvertes et honnêtes. Ces changements de comportement étaient à leur tour l' objet de discussions communes, de feed-backs, chacun se demandant comment il se sentait et réfléchissant pour savoir où il allait devoir travailler davantage.

Conclusion

L' expérience raportée ici a trait à un travail auprès de jeunes gens. Mais la pédagogie de l' aventure et l' escalade se prêtent aussi très bien à un travail avec des jeunes filles et des femmes. Cependant, ce sujet dépasserait le cadre de mon étude.

D' un point de vue pédagogique, un projet établi sur des critères de pédagogie de l' aventure offre, à court ou à long terme, d' excellentes possibilités d' accompagner des processus de développement de la personnalité. Par le fait qu' on est sans cesse à côté des autres et dépendants des autres, on vit sans cesse des situations qui peuvent être exploitées pédagogiquement.

Je suis convaincu que le travail de pédagogie de l' aventure dans la thérapie des toxicomanes peut accélérer le processus thérapeutique, ou du moins le renforcer. Il n' y a pas besoin de substances de remplacement de la drogue. Cette méthode aide à maintenir le corps en bonne santé et en même temps à construire la personnalité. En d' autres termes, elle aide à créer un terrain sain et stable qui sera la base de la vie future. Actuellement, on accorde aussi davantage d' attention à cette pédagogie dans le domaine de la prévention, par exemple dans le travail avec des classes d' école ou des institutions. Il est réjouissant de voir que l' escalade joue ici un rôle important. Je rencontre toujours plus souvent des projets qui vont dans ce sens. J' espère donc que cette pédagogie, et avec elle l' escalade, seront inclus à l' avenir davantage encore dans le travail auprès des jeunes.

Traduit de l' allemand par Annelise Rigo Nous avons atteint notre but, l' Atlantique. Récompense bien méritée d' un délassement sur la plage, après une expérience qui a aidé les jeunes à trouver une nouvelle orientation. Il sera maintenant important de voir quel profit ces jeunes et leur environnement social sauront tirer de cet acquis

médecine, sauvetage

»icurezza, medicina, soccorso in montagna

ìicherhèit, Medizin, sttungswesen

forme d' oeillet adéquate et une arête supérieure proche de l' horizontale; et donc aussi dans le cas de pitons à coller Cassin, comme l' a montré une fois de plus l' accident décrit ci-dessous.

L' accident Au printemps dernier, un grimpeur parvenu au relais après la 14e longueur de la Via Teresa assurait deux jeunes filles. Lorsque celles-ci l' eurent rejoint, il a assuré l' une d' entre elles au relais au moyen d' une dégaine. Tandis qu' il s' occupait de l' auto de l' autre, la première a voulu écarter du pied des anneaux de corde afin de ne pas les piétiner. Elle a alors fait un geste qui a eu pour effet

Feedback