Eloge du val Müstair. Dix arguments en faveur de l'extrême est

ETROL! », lit-on en grands caractères dans la neige. Sur la prise de vue suivante, ce mot est biffé et on a tracé « DANKE » juste à côté. Les deux photographies représentent les maisons de Terza, vues du ciel, pendant l' hiver 1951. En janvier de cette année, des avalanches massives interdirent l' accès à de nombreuses localités alpines. Pour approvisionner les habitants ainsi coupés du monde, la garde aérienne mit en

« P

place des transports à partir de Dübendorf. Médicaments, fourrage, combustibles et autres articles indispensables furent parachutés dans les vallées. En général, les vivres ne manquaient pas: à l' époque, les paysans de montagne produisaient eux-mêmes une grande partie de leur nourriture et au début de l' hiver, les caves étaient encore pleines de réserves. Pour les transports, les pilotes furent appelés à survoler les coins les plus perdus du pays, à l' exemple du hameau de Terza, au-dessus de Santa Maria, dans le val Müstair, à moins de deux kilomètres de la frontière italienne.

Au-delà de Santa Maria se cache Valchava, surmontée par le Piz Turettas et, au fond à droite, le Piz Dora Photos: Marco Volken T E X T E / P H o T o s Marco Volken, Zurich ( trad. )

Dix arguments en faveur de l' extrême est

ELOGE DU VAL MÜSTAIR

Depuis, deux générations se sont succédé et la mobilité a connu des progrès inestimables. Le val Müstair, lui, reste à l' écart. Il paraît aujourd'hui encore plutôt distant du reste de la Suisse, indépendamment de la saison et de l' en. Voici néanmoins dix arguments pour vous convaincre de vous y rendre.

Le temps de route, la géologie et le climat

Le fin fond des Grisons vous paraît éloigné? Il ne l' est pas tant que cela. Ou plutôt, depuis la construction du tunnel de la Vereina, qui relie Klosters à la Basse-Engadine, il l' est moins. Une fois à Zurich, on ne compte plus que trois heures environ, en transports publics, pour rallier le val Müstair.

D' un fond de vallée spacieux et verdoyant, des pentes assez douces, garnies de forêts et de pâturages, s' élèvent progressivement. Au nord, à l' ouest et au sud, les montagnes typiques de la Basse-Engadine: dentelures vertigi-

Surprenantes formations de dolomie sur le Jalet, un point de vue au-dessus de l' Ofenpass Vue du Piz Umbrail vers le sud-ouest, avec la Cima de Piazzi ( à g. ) et le massif de la Bernina Le Piz Praveder s' élève également au-dessus du Lai da Rims Photos: Mar co V olken

neuses travaillées par les intempéries, dont le dépouillement ne cesse d' intriguer. A l' est de la vallée, les sommets sont en gneiss compact. Ainsi, dans un espace limité, on trouve des paysages très variés. La région ne se prête ni à l' alpinisme, ni à l' escalade, mais pour la randonnée pédestre et le VTT, les possibilités sont innombrables!

Une étude du climatologue Gian Gensler a montré que le val Müstair bénéficie du climat le plus favorable de son canton. De tous côtés, les Alpes font barrage, arrêtant la plupart des perturbations. Les précipitations sont extrêmement rares, l' ensoleillement, excellent, et les températures, agréables jusqu' à une altitude élevée. La végétation s' en fait le miroir: la limite de la forêt, qui dépend des températures estivales, est située très haut. La plus petite commune de la vallée, Lü, se trouve à 1920 m d' altitude, surpassée seulement par Avers/GR et Chandolin/VS.

L' eau, l' ours et la nature

Le beau temps, ou plus exactement la sécheresse, est un défi pour l' agriculture. C' est pourquoi, dans les temps anciens, les paysans construisaient des canaux d' irriga

Sur le Piz Chazforà et le Piz Rims, au nord du Piz Umbrail, les traces du temps sur le rocher sont clairement visibles

tion pour dévier l' eau des rivières vers leurs champs. Ces canaux, appelés « Wal » ( du roman [ajual, ruisseau ), n' étaient certes pas aussi spectaculaires que les bisses du Valais, et ils ne sont plus en fonction aujourd'hui. On ne les décèle donc qu' en les cherchant bien. Mais dans la partie inférieure de la vallée, située en Italie, de nombreux canaux sont entretenus, soit à des fins touristiques, soit pour être utilisés.

Si l' eau de pluie est peu abondante dans le val Müstair, il est traversé par l' un des derniers fleuves alpins de Suisse qui s' écoule librement: le Rom. Sur son cours se trouvent des plaines alluviales d' importance nationale. Depuis 1995, avec la collaboration de Pro Natura Grisons, certains tronçons, auparavant canalisés, ont été renaturés. Aujourd'hui, le Rom offre des espaces vitaux à un grand nombre d' animaux et de plantes; le visiteur, lui, appréciera la beauté de la nature alentour.

L' ours Lumpaz, arrivé pendant l' été 2005, a su apprécier à leur juste mesure les bords du Rom. Entre deux séances photo, il a exploré la région, élisant domicile à différents endroits, goûtant aux spécialités locales et poursuivant sa route le ventre plein. Ses récits de voyage ont manifestement séduit plusieurs de ses cousins. Les ours, on le sait, ne s' installent pas n' importe où: le fait que Lumpaz se soit senti à son aise dans le val Müstair fait honneur à la vallée et prouve qu' ici, la nature est restée reine.

Lorsque le tourisme a commencé son essor, les habitants du val Müstair ont complètement raté le coche. Ils ne peuvent se vanter ni de grandes stations de ski, ni de téléphériques futuristes, ni d' autres d' œuvre de la sur-civilisation rampante. Pas même d' un barrage ou d' une sortie d' autoroute... Par contre, ils possèdent un bout du seul parc national helvétique, et si tout se passe comme prévu, la vallée entière sera bientôt classée réserve de la biosphère par l' Unesco. Et pour ce qui est du paysage, précisons encore que le plus haut sommet du Tyrol du Sud, l' Ortles ( 3905 m ), n' est qu' à une vallée d' ici et que ses généreux glaciers sont visibles de partout dans la vallée.

La frontière, le couvent et les origines

Tout comme le Bergell ou le val Poschiavo, le val Müstair est géographiquement tourné vers l' Italie. Mais ici, la frontière marque en même temps la barrière linguistique. Romanche d' un côté, allemand de l' autreet non pas

Argus bleu près de Valpaschun Stellaires près de la cascade de Val Pisch, entre Santa Maria et Müstair

italien. L' œil attentif décèlera avec plaisir les similitudes et les dissemblances entre l' extrême est de la Suisse et le Tyrol italien. Il apprendra aussi que la cohabitation n' a pas toujours été paisible: un sentier historique rappelle les turbulences de la Première Guerre mondiale, lorsque l' Italie et l' Autriche se battaient pour la région du Pass Umbrail, de Stèlvio et de l' Ortles, alors que les Suisses, à un jet de pierre des tranchées, s' efforçaient de protéger leur frontière.

Mais l' Histoire n' a pas attendu le XX e siècle pour visiter le val Müstair. En 1983, lorsque l' Unesco a procédé à une première sélection pour le registre du patrimoine mondial, seuls trois objets en Suisse ont été jugés à la hauteur: la vielle ville de Berne, le couvent de Saint-Gall et le couvent bénédictin de Saint-Jean-des-Sœurs à Müstair, qui date de l' époque des Carolingiens, vers 775 apr. J.C. A l' intérieur de son église, on peut admirer de remarquables peintures vieilles de plus de 1200 ans. L' entrée est libre. Müstair signifie couvent: qui n' a pas vu le couvent, ne connaît donc pas vraiment Müstair.

C' est peut-être parce qu' il est aussi isolé, que le val Müstair a su conserver de nombreuses traditions. Il paraît vrai, original et non touristique. Le premier signe distinctif en est la langue, le dialecte Jauer, propre à la vallée, qui est l' un des derniers bastions du romanche. Peu à

De beaux mélèzes jalonnent de nombreux chemins de randonnée – notamment près de l' Alp da Munt, au nord de Tschierv Le Lai da Rims, le lac le plus connu de la vallée, et le Piz dal Lai Parmi la richesse naturelle du Val Müstair, des forêts mixtes, par exemple près de Valchava Photos: Mar co V olken

peu, on découvre d' autres aspects: la construction des villages, l' architecture traditionnelle, les sgraffites, ornements typiques qui décorent d' épais murs crépis, et pour l' estomac, le paun da paira da paur ( pain de poires paysan ), la tuorta da nuschs ( tourte aux noix ), les tamburins ( biscuits salés de seigle et de blé ) ou des créations plus récentes, telles les schaibiettas da Terza ( biscuits sucrés ).

Et la dixième raison, me direz-vous? Ce sont les randonnées à ski. Mais leur description remplirait un article à elle seule...

Pour s' installer ici, il faut être bénédictine: le magnifique couvent de Saint-Jean-des-Sœurs, à Müstair Le couvent de Müstair fait partie du patrimoine mondial de l' Unesco. Parmi ses plus grandes richesses, une église carolingienne et des fresques du haut Moyen-Age Entre Rifair et Glurns, le Mitterwaal franchit plusieurs fois des zones de rochers. Ici, l' eau est transportée dans des canaux en bois Photos: Marco Volken

Itinéraire: Ofenpass/Pass dal Fuorn ( Süsom Givè, 2149 m)–Piz Daint ( 2968,. " " .3 m)–Taunter Pizza–Piz Dora ( 2951 m)–Lai da Chazforà–Tschierv ( 1660 m )

Dénivelé/Temps/Difficulté: 1160 m ascendants, 1650 m descendants, 6 hentre Taunter Pizza et Piz Dora, pas de chemin ni de balisage, T3/T4; pour le reste, sentiers balisés

Piz Terza

Charmante randonnée dans des pâturages, à travers des forêts de mélèzes, autour de zones humides et le long d' un glacier rocheux au pied du Piz Cotschen. Nombreux raccourcis possibles

Itinéraire: Ofenpass/Pass dal Fuorn ( Süsom Givè, 2149 m)–Alp da Munt–Pass da Costainas-Fuorcla Sas-salba–Piz Terza ( 2909 m)–Alp Tabladatsch–Lü ( 1920 m )

Suggestions de courses

Piz Umbrail et Lai da Rims

L' ascension du Piz Umbrail, un sommet très apprécié, et le retour par un magnifique lac de montagne est une randonnée des plus variées. Un plaisir pour les yeux!

Itinéraire: Pass Umbrail ( 2501 m)–Piz Umbrail ( 3033 m)–Lai da Rims–Valchava ( 1412 m )

Dénivelé/Temps/Difficulté: 550 m ascendants, 1640 m descendants, 5 h, T2/T3; chemins balisés, caillasse près du sommet; léger risque de chutes de pierres les jours d' af

Piz Daint et Piz Dora

Longue randonnée par les sommets et les arêtes, reliant les deux gardiens de la vallée. Très belles vues panoramiques et plongeantes

A Santa Maria, la route principale traverse le centre du village, ce qui occasionne parfois des difficultés pour les chauffeurs de bus et de mobile-homes Dans le cadre de la rénovation du moulin de Mall à Santa Maria, la roue à aubes a été soigneusement restaurée

Dénivelé/Temps/Difficulté: 1000 m ascendants, 1240 m descendants, 6 h ¼, T2, chemins balisés

Lorenziberg et Piz Starlex

Ces sommets des Dolomites rebutent à première vue; leur ascension n' est possible que par beau temps et moyennant une certaine expérience alpine.

Itinéraire: S-charl ( 1810 m)–Alp Plazèr–Mot Falain P. 2690–traverser le versant est de l' arête P. 2901–Lorenziberg–Piz Starlex ( 3075 m)–arête sud-ouest P. 2892–Pass da Costainas–Tschierv ( 1660 m )

Dénivelé/Temps/Difficulté: 1430 m ascendants, 1550 m descendants, 7 hitinéraire exigeant, le plus souvent sans sentier, T5 ( voir Alpinwandern Südbünden, Editions du CAS )

Val Vau et Val Mora

Ces deux vallées secrètes font la paireon les explore souvent le même jour. Itinéraire apprécié des vététistes Itinéraire: Buffalora ( 1968 m)–Jufplaun–Alp Mora– Döss Radond–Val Vau–Santa Maria ( 1375 m )

Dénivelé/Temps/Difficulté: 590 m ascendants, 1180 m descendants, 6 h, T1/T2, chemins balisés, le plus souvent larges, et routes d' alpage

Mitterwaal

Ce canal restauré il y a peu passe parfois dans du terrain caillouteux mais le plus souvent, il parcourt des forêts agréablement ombragées. Beaux points de vue vers le Vinschgau

Itinéraire: Taufers ( 1239 m)–Rifair–Mitterwaal ( rive droite)–Glurns ( 914 m )

Dénivelé/Temps/Difficulté: 330 m descendants, 2 h, T2–T3, les passages exposés sont équipés de rampes en bois. a

Vue sur le fond de la vallée, sur Valchava et Fuldera: à gauche, la chaîne du Piz Turettas, du Piz Dora et du Piz Daint Informations Cartes/Guides: CN 1: 50 000, feuille 259 T ofenpass1: 25 000, feuilles 1239 sta. Maria, 1239bis Müstair, 1219 s-charl, 1219bis Glorenza. Marco Volken/Remo Kundert, Alpinwandern Südbünden, éd. du CAs, 2007. Jachen Egler/Martin Pernet, Clubführer Bündner Alpen 9, éd. du CAs, 1986. Rudolf Weiss, Wanderführer Unterengadin, Rother, 2002 Période de l' année: de mai à novembre, juin à octobre pour les sommets Renseignements: Turissem Val Müstair, 7532 Tschierv, tél. 081 858 58 58 ou 081 858 50 00, www.val-muestair.ch. sites utiles: www.carsten-wasow.de/muestair, www.biosfera.ch, www.dalaval.ch, www.laregiun.ch, www.nationalpark.ch, www.vinschgau.is.it, www.vinschgauerbahn.it Un sentier varié relie S-charl à Tschierv en passant par l' Alp Champatsch ( photo ) Le gargouillis de la Clemgia accompagne les marcheurs du val Müstair jusqu' à S-charl Photos: Mar co V olken Les routes:Piz Umbrail et Lai da RimsPiz Daint et Piz DoraPiz TerzaLorenziberg et Piz StarlexVal Vau et Val MoraMitterwaal CN 1: 200 00, reproduit avec l' autorisation de swisstopo ( BA 071433 )

Science et montagne

Scienza e mondo alpino

Wissenschaft und Bergwelt

Feedback