En détresse sur le rocher Souvent, les personnes concernées étaient dépassées et bloquées

Les salles de grimpe étant fermées, l’escalade en extérieur a probablement attiré plus de grimpeurs. En 2020, les situations de détresse et les accidents ont été plus nombreux que jamais.

Au total, 216 grimpeuses et grimpeurs se sont retrouvés en situation d’urgence ou ont eu un accident en extérieur, un record. En 2019, ils étaient 155. On peut penser que cette augmentation s’explique surtout par la hausse du nombre d’adeptes. Il est indéniable que des personnes qui ne grimpent généralement qu’en salle se sont davantage rendues en extérieur en raison des restrictions dues au coronavirus.

Sur rocher, toutefois, de nombreux éléments diffèrent. En cas de chute, le risque de blessure est plus élevé du fait de la structure du rocher et de l’espacement entre les points. En outre, cette pratique implique la recherche de l’itinéraire à la montée et à la descente ou des rappels exigeants dans les voies de plusieurs longueurs.

Les chutes constituent la principale cause d’accidents. Pas moins de 83 personnes en ont été victimes. Parmi elles, 22 ont été grièvement blessées et trois ont perdu la vie. Sur ces dernières, deux n’étaient pas encordées et une est décédée en raison d’un malentendu ou d’une erreur de manipulation à l’assurage.

Beaucoup d’accidents en rappel

Les personnes bloquées, au nombre de 73, ont été bien plus nombreuses que les années précédentes. Un égarement à la montée ou à la descente, et le fait de s’être trouvées dépassées par la difficulté représentent les causes les plus fréquemment citées. Les accidents en rappel, occasionnant des blessures ou non, ont aussi été bien plus nombreux, impliquant 34 personnes, contre 11 en 2019. La plupart du temps, la corde était restée crochée ou le grimpeur ne trouvait pas le relais suivant.

Les secours ont généralement pu sortir les personnes indemnes de ces situations. Trois personnes ont toutefois perdu la vie en rappel, deux à cause d’une erreur de manipulation, et la troisième parce qu’un point de rappel improvisé a lâché.

En escalade, les accidents de rappel à l’issue fatale constituent la cause de décès la plus fréquente. Ils sont souvent dus à des erreurs de manipulation ou à des erreurs d’inattention, et il n’est pas rare qu’ils touchent aussi des grimpeurs très expérimentés. Si l’expérience est une bonne chose, la routine peut aussi s’avérer dangereuse: derrière un accident, on retrouve souvent l’oubli de faire un nœud en bout de corde ou une erreur d’inattention lors de manipulations au relais de rappel.

Feedback