Escalade en Namibie. Claustrophobie en plein désert

Escalade en Namibie.

a Namibie est un pays aux étendues planes et infinies. Qui aurait imaginé que je puisse subir une crise de claustrophobie au milieu des immenses espaces du désert namibien? C' est pourtant la réalité.. " " .Lors de l' ascension de la Spitzkoppe, je reste bloquée dans un passage étroit et sombre,au-dessus de la Three Step Chimney. De mon perchoir, la vaste Namibie me paraît terriblement exiguë et obscure comme la nuit. En jurant et prise de panique,je m' efforce de me hisser vers le haut en me heurtant douloureusement de tous côtés. C' est alors que, d' en bas, me parviennent les conseils avisés mais dont j' aurais préféré me passer, de deux coéquipiers. Au-dessus de moi, André me décharge tout d' abord de mon sac à dos, puis des objets que je parviens à lui tendre. Seul le jeune biologiste namibien, qui ne pratique l' escalade que depuis peu, semble comprendre mes problèmes de claustrophobie. Il deviendra ainsi mon complice dans cette ascension de la Spitzkoppe, un des nombreux sommets de la planète comparable au Cervin. A peine me suis-je calmée qu' Eckhardt Haber, le « roi de la grimpe » en Namibie,qui nous accompagne à la Spitzkoppe, affirme en ricanant que la claustrophobie, tout comme le vertige, se soigne chez le psychiatre!

L

La paroi sud-ouest de la Spitzkoppe ( à gauche ) et les dalles du Klipdachswand ( au premier plan ) dans la lumière du soir L' auteur, sous le soleil tapant d' Afrique Pho to s: Ch rist ine Kopp

T E X T E / P H O TO S Christine Kopp, Unterseen

Pho to :S epp von Ro tz LES ALPES 1/2003

Nature authentique

La Spitzkoppe. J' ai lu pour la première fois le nom de cette montagne dans les lettres enthousiastes de Gebhard Plangger,un ami qui,au lieu de profiter de sa retraite dans sa Forêt-Noire natale, a choisi de se rendre avec sa femme en Namibie, pour y exploiter les dix mille hectares de la ferme d' une connaissance.. " " .Chacune des missives de cet alpiniste passionné décrivait des couchers de soleil enchanteurs et de longues soirées silencieuses, invitant à la visite de ce pays. « L' Afrique n' est pas si loin que cela !», affirmait-il à maintes reprises.

Maintenant, j' assiste pour la première fois à ce spectacle. L' astre rouge sang descend vers l' horizon occidental du désert de Namib. Ses derniers rayons jettent une lumière irréelle, presque artificielle, à travers les branches noueuses de très vieux buissons épineux. Le granite de la paroi sud-ouest de la Spitzkoppe, déjà rougeâtre par lui-même, se pare d' une teinte orange foncé dans la lumière pâlissante, puis le disque de feu disparaît, annonçant l' ar des geckos ( lézards grimpeurs ). Je prête l' oreille à leurs cris semblables à des rires saccadés et me surprends à chercher un autre son, dont l' absence me frappe depuis mon arrivée en Namibie. Je réalise que c' est le murmure de l' eau vive, totalement inconnu ici. En effet, pendant les dix jours que nous passerons dans ce pays, je n' entendrai jamais ce bruit familier. Nous traverserons pourtant de nombreux oueds, tous à sec, sans exception. Appelés « rivières » en Namibie, ils ne se remplissent d' eau qu' à la saison des pluies. Quant aux cours d' eau permanents, ils se comptent sur les doigts de la main.

« L' Afrique est plus proche que tu ne crois » – les couchers de soleil légendaires sur la savane à épineux et le désert

Nous sommes en plein désert! C' est une impression inédite. Nous en comprenons tout le sens lors de notre excursion au Brandberg. La chaleur est intense et nous devons nous contenter d' une antécime par cette température de 37° C à l' ombre. Notre but est le Königstein ( 2573 m ), sommet le plus élevé de Namibie. Par cette canicule, on ne peut guère l' atteindre en une seule journée et nous y renonçons. Dans le lointain, la montagne nargue notre équipe d' Européens assoiffés qui chemine péniblement, en cherchant l' ombre parmi les buissons épineux de ses flancs.

Tourte de la Forêt-Noire en Afrique noire!

Il nous semble parfois ne pas être dans le bon film, particulièrement lorsque, après notre ascension de la Spitzkoppe par une température approchant 40° C, nous nous rendons à Swakopmund, sur la côte atlantique, où le thermomètre n' indique plus que 15° C environ.. " " .Après les geckos, les oryx, les chacals et les damans, animaux semblables à des rongeurs,nous tombons sur une gigantesque

Pho to s:

Ch rist ine Kopp Le « roi de l' escalade » namibien, Eckhardt Haber, dans l' école d' escalade Harmony Crag, près de la capitale Windhoek Chassés des voies d' Harmony Crag par... des abeilles!

Dès que le soleil disparaît derrière les arbres noueux de Namib, les geckos prennent possession de la nuit LES ALPES 1/2003

colonie de phoques. Puis nous nous faisons servir, au café Anton de l' hôtel « Schweizerhaus », de la fo-rêt-noire et de la tarte aux pommes. Bien qu' elle n' ait duré « que » de 1884 à 1915, la période coloniale allemande est encore partout présente en Namibie, non seulement par la forme du pain et des pâtisseries, mais aussi par les appellations de nombreuses et grandes exploitations agricoles, comme Immenhof ou Haseneck, appartenant à des Namibiens d' origine germanique. Ecoles, fêtes d' oc et autres traditions allemandes se retrouvent fréquemment. Elles sont même souvent mieux maintenues et cultivées par les émigrés loin de leur patrie qu' en Allemagne même.

A ce propos, il ne faut pas sous-estimer le processus de ghettoïsation de la population blanche. A Windhoek, capitale du pays, elle vit dans des quartiers résidentiels surveillés et clôturés par du treillis métallique, comme dans des prisons. On ne peut guère prévoir quelles seront les suites du déclin social et économique qui frappe les habitants de ce pays, indépendant depuis 1990. Avec l' au, l' apartheid a été supprimé mais ses effets se font encore bien sentir. A chaque pas, le visiteur se pose des questions qui restent sans réponse.

Nous avons cependant la chance de pouvoir pleinement profiter de l' escalade dans la splendeur de la nature namibienne. Nous avons débuté par l' école d' escalade Harmony Crag, près de Windhoek. C' est sur le grès d' iti audacieux que nous interprétons pour la première fois l' échelle sud-africaine des degrés de difficulté. Sa note 20 correspond à peu près à la qualification 6+ de l' IUAA. On pourrait penser que son nombre élevé de degrés ( de 13 à 31 ) permettrait de simplifier les appréciations, mais il n' en est rien, puisque Eckhardt Haber qualifie quand même Faustus de 20 et Elkes Puder de 20,. " " .2! C' est le cadet des soucis des abeilles qui nous attaquent furieusement à cet instant précis et perturbent durablement notre humeur.

Rigoles et boules géantes

Nous restons plusieurs jours à la Spitzkoppe. Ce sommet granitique, visible loin à la ronde, se dresse dans sa beauté paradisiaque sur le territoire des Damaras, l' une des peuplades noires de Namibie. Autour de lui s' étagent ses satellites, les Pontoks, et une vasque rocheuse, le Sugar Loaf, zébrée de fantastiques rigoles érodées par l' eau de pluie et parcourues d' itinéraires d' escalade sportive comme Rumours of Rain, ainsi que de nombreux autres rocs plus petits et aux formes insolites. Un peu partout, on rencontre des boules de rocher, comparables à d' énormes billes que quelque géant aurait abandonnées après son jeu. Ce paysage incite au vagabondage, aux découvertes et à l' escalade. Le granite, d' un grain inhabituellement grossier et fortement attaqué en surface par les intempéries, est d' une rugosité extrême. Sa texture requiert un certain doigté, car des écailles peuvent s' en

« Nous sommes dans le désert !» Vue d' une antécime du Brandberg sur l' étendue du désert de Namib

détacher, voire s' émietter. Hormis ce petit inconvénient, la varappe dans cette région est un véritable plaisir, dans le calme et le soleil. Avec, en prime, la vue fascinante sur des étendues brûlantes et desséchées du désert, où le regard ne se heurte à aucun obstacle. Quelle aridité sans fin, pourtant traversée par de vigoureuses manifestations du monde vivant! Lors de l' ascension de la Spitzkoppe, nous admirons des tamaris aux senteurs merveilleuses et des bussias blancs comme neige, qui trouvent moyen de croître dans les fentes du rocher. Selon Eckhardt, « les tamaris sont le parfum du désert ». Ce milieu possède lui aussi une vie propre, extraordinairement résistante et tenace.

Excursion dans un autre monde

C' est à cela que ressemble l' expédition à la Spitzkoppe qui débute par une escalade ardue de deux à trois heures à travers des rochers, des dalles, des cheminées et des buissons. Seules les cinq dernières longueurs de corde ( 5+/6 ) avant la cime évoquent en nous quelque chose de connu, ainsi que le registre du sommet, que nous découvrirons plus tard, avec ses récits d' ascension qui, tous, évoquent une histoire particulière. Citons, par exemple, celui de cette équipe de 1946 qui, lors de deux tentatives

Entrée du parc Spitzkoppe. A l' arrière, vue sur les Pontoks qui offrent encore quelques parois vierges La paroi sud-ouest de la Spitzkoppe et le Klipdachs-wand dans les dernières lueurs du soir. Au premier plan, des arbres épines-giraffes très anciens qui résistent au climat aride Pho to s:

Ch rist ine Kopp LES ALPES 1/2003 Femme Herero, avec la coiffe typique de ce peuple d' éleveurs de bœufs Petites habitations de fermiers – les différences entre la vie de la population noire et celle de la population blanche sautent aux yeux Vue du pied de la Spitzkoppe sur le désert de Namib. Ce qui manque au paysage: le bruit de l' eau qui coule LES ALPES 1/2003

en sept jours, a vécu une rupture de corde, creusé plusieurs prises de pied à proximité du sommet, et presque vaincu la montagne. Pendant la nuit, les alpinistes entendaient les hyènes hurler au-dessous d' eux. Ils ont finalement renoncé et laissé l' honneur de la première à une autre cordée qui l' a réalisée peu après, le 13 novembre 1946.

Arrivée au sommet de la Spitzkoppe, je laisse mon regard errer sur l' immensité du pays des Damaras et sur le désert de Namib, tout en m' interrogeant sur les véritables raisons qui me poussent à choisir des buts d' esca aussi exotiques. Serait-ce le plaisir ou l' affirmation de soi ou, éventuellement, l' apport de devises à un pays pauvre? Un peu de tout cela, certainement. Mais je réalise surtout que la varappe n' est qu' un prétexte. La réelle justification de ces voyages est la connaissance de soimême et d' autrui. Et, bien sûr, la confirmation d' une expérience unique et commune à nous tous: le caractère fragile de notre planète.

Informations

Moyens de locomotion

Véhicule tout terrain pour traverser l' Afrique. Diverses liaisons aériennes par l' Afrique du Sud ou vol direct d' Allemagne àWindhoek,capitale de la Namibie.. " " .On peut y louer un véhicule 4ϫ4, de préférence équipé d' une solide toile de tente qui se manœuvre aisément.

Bibliographie et Internet

Pour organiser son voyage, il existe plusieurs guides d' ex qualité, destinés aux individualistes. Recommandations de la librairie Bauer 1: Lonely Planet, Namibie, mars 1999, 204 p., ISBN 2 84070 094 8. Sites Internet utiles: www.met.gov.na ( page d' accueil du gouverne-

Paysage au pied du Klipdachs-wand. Le granit poreux demande beaucoup de doigté. A part cela, l' escalade dans ce site est un plaisir plein de tranquillité Autour du sommet de granit de la Spitzkoppe se trouvent des boules de pierre. Quelques géants auraient-ils oublié leurs billes surdimensionnées après leur partie?

Photos: Christine Kopp 1 Libraire Bauer, Crissier 1, 1020 Renans LES ALPES 1/2003 Cet arbre est un kokerboom qui peut atteindre neuf mètres de hauteur. Il semble pousser du néant au milieu du granit rouge du Brandberg « Welwitschia mirabilis », une plante du désert qui peut vivre jusqu' à 2000 ans et qui n' a que deux feuilles qui se tendent en de multiples bandes. Elle ne fleurit que tous les vingt ans environ Aloès au Brandberg illustrant la force d' une nature qui se bat contre sa propre aridité Une simple fissure dans un rocher suffit souvent aux arbres à karité pour pousser. Ils attendent la première pluie ou rosée pour croître « Le désert aussi vit. Et sa vie est inlassablement résistante. » Descente de la Spitzkoppe. Les rencontres faites en cours de route et la découverte d' un autre aspect de notre planète donnent à l' escalade de nouvelles dimensions Pho to s:

Ch rist ine Kopp

ment ), www.africa-onweb.com/liens/namibie ( en français, toute une liste de liens utiles )

Sites d' escalade

Harmony Crag: belle école d' escalade, à 30 km au nord de Windhoek. Il vaut le détour avec ses 35 itinéraires escarpés sur du grès ( du 3 e au 8 e degré UIAA).Topo en vente en

Namibie.

Omandumba: escalades dans la chaîne de l' Erongo, à proximité de la ferme de la famille Rust, tél. +264 64 570 845. Plusieurs itinéraires, dont Sanitärporzellan ( porcelaine hygiénique ) et Tanz der Skorpionen ( danse des scorpions ). Topo en vente en Namibie.

Brandberg: vaste massif sauvage et difficile d' accès, idéal pour des randonnées de plusieurs jours. Visites guidées organisées par NACOBTA ( Namibia Community Based Tourism Association ), tél. +264 61 250 558, fax +264 61 222 647, courriel nacobta(at)iafrica.com.na; ou Damaraland Trails and Tours, tél. +264 61 234 610, fax +264 61 239 616; ou Pasjona Safaris, tél. +264 61254 606, fax +223 421, courriel pasjona@mweb.com.na.

Spitzkoppe ( 1728 m ) et Pontoks: tout simplement, le paradis namibien de la grimpe! Granite aux nombreuses possibilités. La paroi sud-ouest de la Spitzkoppe mesure presque 500 mètres de haut. Itinéraires cotés jusqu' au 9 e degré UIAA. Diversité absolue allant de 30 itinéraires où il faut s' assurer de manière traditionnelle à 40 voies

LES ALPES 44 LES ALPES 1/2003

d' escalade sportive, de la route de 10 mètres à la grande paroi! Excellent guide en vente auprès de l' auteur Eckhardt Haber, ou en libraire à Windhoek.

Adresses

L' unique adresse pour pratiquer l' escalade en Namibie est celle d' Eckhardt Haber, citoyen sud-africain d' origine allemande. Il a ouvert de très nombreuses voies en Namibie et son expérience est précieuse. Courriel ehaber(at)polytechnic.edu.na; The Mountaineering Club: tél. +264 61 232 508, www.climbingsa.com.

Saison

Au mieux pendant l' hiver austral, soit de juin à août, lorsque les journées sont agréablement douces, mais les nuits encore froides. Au printemps ( septembre ), il peut déjà faire très chaud.

Equipement particulier

Aux alentours de la Spitzkoppe existent de très beaux terrains de camping, mais sans infrastructure. Il faut s' acquitter d' une petite taxe d' entrée au profit des Damaras autochtones en pénétrant dans cette région. On peut aussi camper à Omandumba et au Brandberg. Comme partout ailleurs, laisser un minimum de traces de son

Vue du sommet de la Spitzkoppe par-delà l' étendue du Damaraland et du désert de Namib. La chaleur est torride L' ascension de la Spitzkoppe commence avec un « Scramble ». Cette excursion à travers champs, dalles, cheminées et buissons se termine par une véritable route d' escalade

passage dans les déserts et les steppes, milieux écolo-_giques très sensibles, où arbres et plantes, souvent vieux de plusieurs siècles, ainsi que la faune, se sont adaptés de manière parfaite à l' environnement.

Pour toute expédition en Namibie, l' eau est le problème fondamental. Il faut emporter avec soi un nombre suffisant d' estagnons remplis de ce précieux liquide, que l'on trouvera dans les villes et les fermes uniquement. La pratique de l' escalade sur la Spitzkoppe nécessite un équipement classique avec friends et coinceurs. Il existe aussi des itinéraires d' escalade sportive, ainsi que des voies où il faut assurer soi-même ses points d' ancra. Toute entreprise nécessite une protection solaire adéquate et des chaussures recouvrant les chevilles. La Namibie abrite beaucoup de buissons épineux, de serpents et de scorpions, bien que nous n' ayons rencontré, pendant les dix jours de notre séjour, qu' un nombre considérable de représentants de la première catégorie! a

Traduit de l' allemand par Cyril Aubert

LES ALPES 1/2003

Voyages, rencontres, personnalités

Viaggi, incontri, personalità

Reisen, Begegnungen, Persönlichkeiten

Feedback