Excursions dans les moyennes altitudes

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

PAR WALTER ZEUGIN, MONTFAUCON BE

Avec 2 illustrations ( 56/57 ) Pour une fois, laissons de côté neige, glace et rocher, et restons-en à des chaînes d' altitude moyenne situées en Suisse ou dans les environs, puisque le marcheur ne connaît pas de frontières. Ces « montagnes à vaches » ont d' ailleurs leurs avantages: on s' y déplace plus aisément que dans les Alpes et à moindres risques. On y trouve aussi plus souvent le temps de s' arrêter pour jouir du paysage. J' essaierai de décrire ici l' une ou l' autre de ces longues randonnées de plusieurs jours si riches en sensations romantiques. Ce sera l' occasion rêvée de musarder par prés et forêts, à l' écart des routes fréquentées, et de découvrir, de loin en loin, une vieille cité ensommeillée. Le gîte nocturne sera modeste: une auberge, ou, à défaut, le foin odorant d' une ferme. Et quelle mine de souvenirs! Longtemps encore, durant les jours plus gris, nous entendrons le carillon des troupeaux et le vent bruissant dans les sapins, nous reverrons le torrent où nous nous sommes rafraîchi les pieds, nous retrouverons, à l' heure de la pause, le paysan avec lequel nous avons égrené quelques propos. Du haut d' un belvédère, le regard s' envolera vers les horizons alpins, où nous attendent d' autres souvenirs... Mais assez divagué! En route!

Le Jura Ses crêtes et ses incomparables panoramas sur les Alpes nous sont déjà familiers, puisque nous lui avons rendu dans le 3e bulletin trimestriel de 1965 l' honneur qui lui était dû. Qu' on nous permette de n' y pas revenir ici... mais ne l' oubliez pas!

Les Vosges Séparées du Jura par la Porte de Bourgogne, les Vosges se présentent comme un massif orienté du sud au nord. Vers l' ouest, elles s' abaissent en pente douce, tandis qu' à l' opposé elles plongent brusquement vers la vallée du Rhin. Elles s' étendent sur 180 km, et en largeur sur 40 à 45 km. Au point de vue de leur structure géologique, on y distingue deux aspects caractéristiques: au sud, les Vosges cristallines; au nord, les Vosges gréseuses, d' altitude plus médiocre. De leur sommet le plus méridional, le Ballon d' Alsace, une chaîne granitique s' allonge jusqu' au Col du Bonhomme et se poursuit en direction du Weiler Tal qu' arrose le Giessen. C' est là que commencent les Vosges septentrionales, essentiellement constituées de grès rose. Presque toutes les vallées du sud présentent le même aspect caractéristique: elles prennent naissance à l' arête même de la chaîne, et s' orientent vers la vallée du Rhin. La crête domine ainsi de vastes cirques entourés de parois abruptes et séparés les uns des autres par des arêtes latérales qui ressemblent à des côtes se détachant d' une colonne vertébrale. Rien de semblable dans les Vosges septentrionales où les cours d' eau prennent leur source de l' autre côté de l' arête faîtière et s' écoulent plutôt vers le nord qu' en direction du Rhin.

Les sommets les plus élevés se trouvent dans le sud, où le Ballon de Guebwiller atteint l' altitude de 1439 m. Ils se caractérisent par leurs longues crêtes presque toujours dénudées, d' où l'on jouit d' une vue magnifique.

Les Vosges offrent au touriste à pied de nombreux itinéraires: l' un d' eux traverse même le massif de part en part, de Wissembourg, au nord, jusqu' à Masevaux. Il nous conduit tout d' abord à la station thermale de Niederbronn; puis, saluant au passage le château fort de Lichtenberg et celui de la Petite Pierre ( Lützelstein ), juché sur un éperon rocheux, nous gagnons Saverne que traversent le canal de la Marne au Rhin et la Zorn. De là, nous remontons en direction du Rocher de Dabo ( Dabsberg ) d' où le regard s' élance, dominant une succession de collines boisées, jusqu' au beau point de vue du Schneeberg ( 960 m ), avant de plonger vers Urmatt sur la Bruche, petite rivière qui se jette dans 1111 près de Strasbourg. Ensuite, laissant derrière nous le Rocher de Mutzig, nous gagnons le sommet du Donon ( 1008 m ) et redescendons sur Schirmeck pour remonter aussitôt jusqu' au Champ-de-Fé ( 1098 m ) en passant par le Struthof. Nous obliquons ensuite vers l' est et parvenons en vue du célèbre couvent de Ste-Odile. Puis le chemin plonge vers le Val-de-Ville que barre la ville de Sélestat. Voici maintenant d' autres châteaux: Hohkönigsburg, St-Ulrich et Giersberg, et enfin la petite cité de Ribeauvillé. Nous avons atteint les Vosges méridionales et notre itinéraire repart vers l' ouest: Ruines de Bilstein, puis le Königsstuhl et non loin de là le village le plus haut perché de toute l' Alsace: Altweiler ( 900 m ). Une véritable Haute Route nous amène ensuite par le Lac Blanc, le Ringbühlkopf et le Wurzelstein jusqu' au Col de la Schlucht ( 1139 m ), d' où une bonne heure et demie de marche nous dépose au sommet du Hohneck, le troisième des Vosges par son altitude. Une vue aussi étendue que somptueuse nous paie largement des peines de la montée. Suite de l' itinéraire: Schiessrotried et son bassin d' accumulation, le Fischbödle et Metzeral. Remontée par le Col de Herrenberg vers le Guebwiller ou le Sulzer Belchen ( 1424 m ), puis descente sur St-Amarin. Nous attaquons maintenant le dernier tronçon de notre long itinéraire: de St-Ama-rin nous gagnons le Rossberg ( 1191 m ) et parvenons enfin à Masevaux où se termine cette belle randonnée.

Si l'on s' attaque au massif des Vosges par l' est ou par l' ouest, de nombreux chemins balisés nous permettent de rejoindre en cours de route l' itinéraire décrit. Ce ne sont donc pas les possibilités qui manquent!

La Forêt-Noire Au nord de notre Jura, entre les Vosges et le Jura Souabe, s' étend la Forêt-Noire, une autre région montagneuse riche en paysages typiques, mais moins isolée, semble-t-il, que les Vosges. Vue de l' ouest, elle se présente comme un massif imposant qui domine la vallée du Rhin. De l' est en revanche, on n' y distingue aucune montagne, si ce n' est, à l' arrière, le Feldberg qui en est le point culminant ( 1495 m ). Les différents aspects de la Forêt-Noire sont, comme dans les Vosges, liés à la nature du sol: roche gréseuse dans le nord, gneiss et granit dans le sud. Ses plus beaux paysages sont ceux qu' ont modelés les deux types de roche là où ils se rencontrent: dans le Renchtal, dans le Kinziggebiet et dans le Murgtal. La Forêt-Noire offre une infinie variété de sites montagnards souvent grandioses. Comme dans notre Emmental, le voyageur y rencontre beaucoup de fermes isolées et d' anciens greniers. Ici encore, c' est au piéton qu' il appartient de connaître le plus intimement cette contrée; il y trouve partout des chemins bien balisés.

Trois itinéraires marqués traversent le massif dans l' axe nord-sud. Le plus occidental ( le Westweg ) part de Pforzheim et nous amène par Dobel, Hochloch et Hundseck à la Hornisgrinde. Il se poursuit en direction du Mummelsee et du Wildsee, puis, par Ruhestein-Schliff kopf-Alexander-schanze-Glaswaldsee-Farrenkopf-Kalte Herberge, il aboutit au célèbre Titisee. Suite du parcours: Feldberg-Notschrei-Belchen-Blauen-Bâle. Ses 370 km exigent une douzaine de jours de marche.

L' itinéraire central relie Pforzheim à Waldshut, et 8 jours de marche suffisent pour en parcourir les 280 km. Il passe par: Wildbach-Besenfeld-Freudenstadt-Schiltach-Forenbühl-St.Georgen-Furtwangen—Neustadt—Ie Schluchsee-Höhenschwand.

Voici enfin l' itinéraire oriental, long de 325 km et exigeant 9 jours de marche: Pforzheim- Bad Liebenzell-Calw-Pfalzgrafenweiler-Freudenstadt-Alpirsbach-Schramberg-Königsfeld-Schwen-ningen-Gutmadingen-Achdorf-Wutachflühen-Stühlingen-Schaffhouse.

A part ces trois « classiques », la Forêt-Noire est sillonnée de chemins de traverse qui permettent au promeneur d' en découvrir les plus secrètes retraites.

Le Jura souabe Cette région s' étend sur quelque 200 km, de Schaffhouse à Nördlingen, d' où elle se prolonge vers le nord-est sous le nom d' Alpes franconiennes. Elle est bordée sur son flanc sud-est par la vallée du Danube, de Donauwörth jusqu' à Sigmaringen, et par une ligne droite reliant Sigmaringen à Schaffhouse. Au nord-ouest, sa frontière suit la ligne Fürstenbach-Spaichingen-Balingen-Hechingen-Reutlingen-Geisslingen-Aalen. Dans le sud-ouest, ce système montagneux culmine à 1015 m ( Lemberg, près de Rottweil ), dominant les régions avoisinantes d' environ 500 m. Il s' abaisse graduellement vers le nord-est. Toute cette contrée est constamment menacée par la sécheresse, car les eaux de pluie sont immédiatement absorbées par les fissures du calcaire. Comme dans les Franches-Montagnes, elles réapparaissent au fond des vallées les plus encaissées. Le Jura souabe recèle de quoi faire le bonheur du botaniste ou du géologue, pour autant qu' ils consentent à chausser leurs brodequins de marche.

On y trouve un grand nombre de chemins convenablement marqués et jalonnés d' auberges, de gîtes, de cabanes et de tours d' orientation. Comme la Forêt-Noire et les Vosges, le Jura souabe a ses grands itinéraires classiques. L' un d' eux, la Neckarrandroute, part de Donauwörth et longe la lèvre septentrionale de la vallée du Danube par Harburg-Ipf-Kapfenberg-Volkmarsberg-Bern-hardsberg-Messelstein-Fränkel-Wasserberg-Fuchseck-Rossler-Ruine Reussenstein— Breitenstein—refuge de Burg Teck-Bassgeige-Hohenneuffen—Hohe Warte—Lichtenstein—Schönberg-Ross-berg-Dreifürstenstein-Raichberg-Schalksberg-Hörnle-Lochenstein- Schafberg - Plettenberg-Lemberg-Dreifaltigkeitsberg-Tuttlingen. Long de 230 km, cet itinéraire exige 7 à 8 jours de marche. Il nous invite à visiter d' innombrables châteaux, il est riche en points de vue et traverse plusieurs régions dont la faune et la flore sont protégées; enfin, il se prête à beaucoup d' observations intéressantes sur la structure géologique de cette contrée, et suggérera peut-être mainte réflexion sur l' histoire de notre planète.

Un autre itinéraire partant de Donauwörth également touche le sud du Jura souabe. C' est le Donauwanderweg. Par Dischingen-Giengen—le Lonetal—la Vogelherdhöhle—la Bocksteinhöhle, il nous conduit tout d' abord à Langenau et à Ulm. Il se poursuit en direction de Hochsträss-Blau-tal-RuineGünzelberg-Seissen-Schelklingen-Schmiechtal—Hütten—Frankenhofen—Grosses Sig-maringen—Schloss Gutenstein-Ruine Falkenstein-Schloss Hausen-Schloss Wildenstein-Kloster Beuron-Schloss Bronnen-Tuttlingen. Longueur du trajet: 190 km. Comme cet itinéraire ne s' en tient pas, à l' instar du précédent, aux hauteurs qui dominent la vallée du Danube, il est moins riche en panoramas. Mais ses vallons arides, ses gorges et ses grottes ont aussi leur charme. La vallée du Lonetal à laquelle il touche est un des plus anciens lieux habités que l'on connaisse en Europe. Les grottes de la Vogelherd et du Bockstein, entre autres, hébergeaient déjà nos ancêtres à l' époque glaciaire. Enfin, plusieurs eminences nous ouvrent même les lointains horizons du monde alpin. Ces deux itinéraires ne sont que les plus importants d' un réseau très dense. A en croire les guides touristiques, le Jura souabe n' offre pas moins de 1200 km de chemins balisés. Qu' on se le dise! Voilà donc, brièvement caractérisés, trois grands paradis des vagabonds, auxquels il convient d' ajouter, bien entendu, notre Jura. Pour les Vosges comme pour la Forêt-Noire ou le Jura souabe, le voyageur trouvera d' excellents guides et des cartes bien à jour. Puissent tous ceux qui aiment la marche, la solitude et le romantisme y trouver leur compteTrad. R. D.

Feedback