Faut-il maintenir la Patrouille des Glaciers dans nos montagnes?

La 21e Patrouille des Glaciers aura lieu du 17 au 21 avril prochains. Plus de 5000 participants se presseront sur le mythique tracé ­reliant ­Zermatt à Verbier. Course incontournable pour tout alpiniste qui se respecte ou phénomène de masse nuisible et insensé? ­Le guide Werner ­Munter et Max Contesse, commandant de la PDG, ouvrent le ­débat. Propos recueillis par Martine Brocard.

«La Patrouille des Glaciers est un événement spécial, ancré très profondément dans les mœurs. La plupart des patrouilleurs ne sont pas là pour le chrono, mais pour l’esprit de cordée de ce qui constitue pour eux la cerise sur le gâteau d’une saison bien remplie. Cette course est placée sous le sceau de l’amitié, puisqu’une patrouille restera soudée à vie, même lorsque la corde n’est plus là. La PDG constitue un bel exemple de la cohésion du pays, une valeur importante dans notre société toujours plus individualiste et compétitive. Il faut voir la solidarité qui règne tout au long du parcours entre participants, spectateurs, civils, militaires et les nombreux bénévoles venus prêter main forte!

La PDG représente aussi l’une des dernières grandes traditions du pays à marier le militaire et le civil. Pour le pays et l’armée, c’est une carte de visite très particulière. Les patrouilleurs civils ont l’occasion de constater le travail de précision mené par l’armée pour l’organisation et la préparation du parcours, et nos voisins européens sont toujours subjugués de voir qu’une telle intervention peut être mise sur pied par une armée de milice. Les professionnels engagés à la PDG se comptent sur les doigts d’une main.

L’événement donne également lieu à une collaboration très fructueuse avec des instances civiles comme la Rega, Air Zermatt ou Air-Glaciers, les organisations d’urgence du canton, ainsi que les conducteurs de chiens d’avalanche et les guides. En outre, nous travaillons étroitement avec le Service valaisan de la chasse, de la pêche et de la faune ainsi que Swissclimate pour minimiser notre impact sur l’environnement.

La PDG n’implique pratiquement pas de coûts supplémentaires pour le contribuable. Il faut bien comprendre que la plupart des militaires engagés effectuent un cours de répétition qu’ils devraient de toute façon réaliser. Leur équipement spécifique, comprenant notamment corde, harnais et skis, est bien plus modeste que celui d’un cours de répétition classique impliquant des véhicules lourds, des armes et des munitions. De même, les hélicoptères engagés pendant la patrouille s’exerceraient de toute manière au transport de charge.

Je ne pense pas qu’il y ait plus de décès en montagne les années de PDG. Les participants sont mieux préparés qu’on ne le croit et ils sont bien conscients que l’armée assure la sécurité du parcours uniquement pendant la course. Et bien que l’engouement grandisse d’année en année, nous fixons des limites pour pouvoir garantir la sécurité des participants et respecter les capacités d’absorption des infrastructures et de la montagne.»

 

«La Patrouille des Glaciers constitue une banalisation inacceptable de la haute montagne. Au départ, le nombre de participants était supportable, et on pouvait vraiment parler d’alpinisme. Mais maintenant, il s’agit d’une piste préparée par l’armée pour permettre aux patrouilles de relier Zermatt à Verbier le plus vite possible… Quel est le sens de cela? La plupart des concurrents ne sont pas des alpinistes, mais des personnes qui aiment les foules. Je n’ai jamais compris cela.

Cette surpopulation n’est pas bonne pour la nature. Venez voir à Arolla! Deux semaines avant et deux semaines après la patrouille, sept hélicoptères tournent du matin au soir pour transporter les 70 tonnes de matériel nécessaires sur le parcours. Cela dérange la faune et les habitants du village. Ce n’est même pas bon pour le tourisme, car ceux qui viennent à Arolla sont là pour le silence, la paix et l’harmonie avec la nature. 

J’ai honte que des guides fassent la patrouille. Selon moi, ils n’ont aucun respect pour la nature. La haute montagne est le seul endroit de Suisse qui demeure encore sauvage. Les guides devraient donc la protéger plutôt que de participer à sa banalisation. 

En outre, la PDG pousse des personnes à partir s’entraîner en haute montagne avec un équipement insuffisant, parce qu’ils veulent évoluer dans les mêmes conditions qu’en course, où ils n’ont besoin de rien, puisqu’il y a un hôpital en haut! C’est ainsi que deux personnes ont disparu en 2014 vers le Pigne d’Arolla, probablement victimes du froid, suite à un caprice de la météo. 

J’estime que chacun peut faire ce qu’il veut dans nos montagnes, mais en petits groupes. Il ne faut pas y organiser des événements de masse. J’appelle donc à redimensionner la PDG, à commencer par supprimer son organisation par l’armée. En quoi cette course est-elle liée à la défense du pays? L’armée se cherche des tâches qui lui offrent un bon écho auprès du public parce qu’elle est devenue un peu superflue, et la PDG représente une bonne opération de communication.

Ma solution? Une PDG qui pourrait se réaliser tout l’hiver sur un parcours non sécurisé, mais doté de balises électroniques pour prouver le passage des équipes. Ainsi, cet événement redeviendrait de la haute montagne, tandis que les participants feraient ce parcours avec un équipement adapté et prendraient à nouveau leurs responsabilités. Oui, il y aurait des risques d’accident, mais cela fait partie des réalités de la montagne.»

Feedback