Feu vertau portail de courses interactif Assemblée des délégués 2016

Dans le cadre du projet Suisse Alpine 2020, le CAS va numériser plus de 10 000 descriptions d’itinéraires et les mettre en ligne. Après d’intenses discussions, l’Assemblée des délégués a donné son feu vert à ce projet d’envergure.

La numérisation des guides du CAS constitue l’un des plus grands projets de l’histoire de l’association. C’est dire si les débats entre les délégués des sections ont été nourris lors de leur assemblée générale annuelle. Préalablement au vote, des voix critiques se sont élevées. «Bien que l’on soutienne fondamentalement cet objectif de rendre accessible sur Internet les itinéraires du CAS, le projet devrait faire l’objet d’une nouvelle évaluation en raison de son coût élevé», a expliqué Dominik Meyer, président de la section Rossberg. Celle-ci avait déjà exigé, aux côtés des sections Uto, Diablerets, Berne et Monte Rosa, un moratoire avant l’AD.

«Un pas dans l’ère du numérique»

Cela aurait toutefois signifié que le cofinancement de 2,7 millions de francs accordé par le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) aurait été caduc. Tel est en effet le montant adjugé par la Confédération par le biais de son fonds Innotour, qui soutient des projets touristiques novateurs. Il couvrira environ un tiers des coûts du projet. Le soutien du SECO a donc constitué un argument de poids pour les partisans: «La Confédération n’octroie pas 2,7 millions de francs à la légère, a déclaré Francis Kuhlen, président de la section Lindenberg. Si le projet avait vraiment présenté les défauts avancés par ses détracteurs, les experts de la Confédération n’auraient certainement pas accordé une somme aussi importante.»

Rudolf Spiess, vice-président du CAS, qui n’a pas pu prendre part personnellement à l’assemblée, s’est montré plus ferme encore dans son argumentation retransmise spécialement par vidéo: «Suisse Alpine ne représente rien de moins que l’entrée du CAS dans l’ère numérique.» Un pas judicieux selon lui au vu de la baisse du chiffre des ventes dans les classiques guides imprimés du CAS.

Après un débat nourri, la décision de l’Assemblée des délégués est tombée: elle a voté à 101 voix contre 77 en faveur du projet. La requête des sections Uto, Diablerets, Berne, Monte Rosa et Rossberg, qui exigeait un réexamen du projet, a été rejetée à 91 voix contre 81. Le feu vert a ainsi été donné à la numérisation de quelque 10 000 descriptions d’itinéraires dans les domaines des sports de montagne suivants: randonnée alpine, escalade, courses à skis/raquettes et courses de haute montagne.

Article sur l’éthique accepté

Les délégués ont en outre avalisé une modification des statuts. L’introduction d’un article portant sur l’éthique oblige désormais le CAS, entre autres, à accorder une importance particulière à la prévention du dopage et du harcèlement sexuel dans le domaine des sports de compétition. Swiss Olympic, en tant qu’association faîtière du sport suisse, avait en effet déjà obligé ses membres à introduire un tel article dans leurs statuts. Selon Erik Lustenberger, responsable du domaine Droit au Comité central (CC) du CAS, cela ne pose aucun problème au CAS, car l’article correspond de toute manière aux principes déjà en vigueur au sein du club. Cette modification des statuts a été adoptée sans oppositions.

Présence de la Suisse latine à la tête du CAS

Tanja Bischofberger, de Jenins/GR, a été élue au CC. Elle succède à Gianna Rauch Poo, qui y a été active durant huit ans et qui a représenté la Suisse dans le Club Arc Alpin. «Gianna s’est engagée de manière exceptionnelle pour l’association, a déclaré Leo Condrau, ancien membre du CC, dans son panégyrique prononcé en partie en romanche. Pour cette ressortissante de la Basse-Engadine, une séance à Berne durait toujours deux jours.» Et d’enchaîner que c’était une perte qu’il n’y ait désormais plus de représentation romanche au sein du CC. La quarta lingua demeurera cependant représentée dans les instances dirigeantes de l’Association centrale, puisque l’Engadinois Andri Lansel est venu remplacer Wolfgang Martz en tant que membre de la commission de Gestion. Quant au Tessinois Giovanni Galli, il a été réélu au CC pour quatre années supplémentaires.

Suisse Alpine 2020, c’est quoi?

Aujourd’hui, la planification d’une course en montagne passe par divers canaux. Il y a d’un côté les supports papier, avec cartes topographiques et guides du CAS, par exemple. On trouve aussi des informations sur les conditions du moment et des descriptions de courses sur différents portails Internet. Si la plupart des réservations de cabanes se font encore par téléphone, il est désormais aussi possible de réserver en ligne dans de nombreux cas. Avec Suisse Alpine 2020, randonneurs, grimpeurs et alpinistes trouveront tous ces outils réunis en ligne et en un même endroit. Ils y trouveront en outre les itinéraires numérisés à partir des actuels guides du CAS. Quelque 10 000 itinéraires (randonnée en montagne et alpine, escalade, alpinisme, randonnée à skis et à raquettes) seront disponibles à terme.

Une partie de ces informations sera mise à disposition gratuitement. Un abonnement, plus avantageux pour les membres du CAS, permettra d’accéder à l’ensemble des contenus.

Calendrier

Après une phase de mise en place en 2016, une phase de test est prévue en 2017 déjà. Le portail sera mis en ligne en 2018. Après l’ajout de contenus supplémentaires, le projet sera terminé en 2019.

Feedback