Haute route tessinoise. A pied d'Airolo à Locarno

A pied d' Airolo à Locarno

Hors des sentiers battus, la « strada altissima » conduit en six jours de marche d' Airolo à la Piazza Grande de Locarno par l' itinéraire le plus direct et le plus élevé. Du Saint-Gothard aux rives du lac Majeur, elle serpente dans la solitude des montagnes par des cols et, parfois, des sommets. Elle ne débouche que rarement dans un village, mais offre chaque soir la possibilité de dormir dans quelque cabane ou auberge.

A la gare d' Airolo, c' est le progrès qui nous accueille: chaussées et rampes d' autoroute, ponts, entrées de tunnels et voies ferrées. Nos yeux et nos oreilles s' habituent à grand peine à ce trafic dé-mentiel. On peut cependant lui échapper en prenant le téléphérique de Pesciüm. Toutefois, nous choisissons de nous déplacer uniquement par nos propres moyens. Après un bref regard aux derniers blocs locatifs d' Airolo, nous nous lançons dans l' aventure. Jalonné de marques colorées, un petit sentier nous indique le bon chemin. Nous reprenons notre souffle au refuge de Garzonera dont le toit de pierres est encore tout tiède du soleil du soir. Nous séchons nos vêtements trempés de sueur, opération que nous renouvellerons tous ces prochains jours. En face de nous, des lambeaux de nuages s' accrochent aux montagnes du massif du Saint-Gothard. Aucun bruit ne nous parvient, même pas celui de la circulation routière de la Léventine; au loin, les cloches de l' église de Piotta se font à peine entendre. Dans le registre de la cabane, quelqu'un a décrit cette ambiance par ces mots: « L' infinito bello !»

Tout là-haut, au-dessus des vallées Le long de notre marche, nous remarquons des gentianes pourpres jalonnant le chemin, des coulées de poix sur les troncs des sapins, des silhouettes d' arbres desséchés, des paravalanches construits pour la protection des hommes et de leurs camions, trains et voitures, tout au fond de la vallée. Sur la terrasse de la cabane de Tremorgio, nous apprécions un rafraîchissement et admirons les pétales bleu-violet de l' ancolie des Alpes et l' azur du lac en arrière-plan. Un cairn marque fièrement le col de Leìt et notre fatigue se fait générale lors de l' ascension du col suivant. Plusieurs mètres de dénivellation et quelques kilomètres de chemin restent à vaincre avant d' arriver en fin de journée à la cabane du Campo Tencia, dans le Val Piumogna. C' est enfin le moment de décompresser et de se reposer, sans penser aux pénibles efforts de l' étape du lendemain.

Le salaire de la peur Tout d' abord, un chemin à plat, le Senda del Ghiacciaio, sur une vire étroite et vertigineuse délimitée de chaque côté par des parois rocheuses verticales, exige une sécurité totale à chaque pas. Une simple glissade ne pardonnerait pas, seuls les battements de cœur et les gouttes de sueur sont de mise. Mais, que la randonnée en montagne est belle, malgré ses dangers!

Puis il faut grimper presque à la verticale sur les six cents mètres de dénivellation du versant nord du Passo di Ghiacciaione, par des traces de sentier dans une pente herbeuse et parmi les éboulis, avec seulement ici et là quelques rares marques de peinture blanc-bleu-blanc, que l'on recherche attentivement. Arrivés au col, nous jetons un dernier regard sur le Saint-Gothard et la blancheur des Alpes bernoises; devant nous s' ouvre le Val Chironico au fond duquel nous distinguons le minuscule refuge de Sponda. Maintenant, c' est la descente en biais sur le versant sud. La perte d' altitude se compense par un accroissement de la

Au-dessus de la cabane de Tremorgio, chemin de randonnée bien signalé et recommandation aux promeneurs de ne pas cueillir les fleurs Le refuge de Garzonera, but de la première étape de la « haute route » d' Airolo à Locarno Pho to s:

Da niel Anke r

soif et des genoux de plus en plus flageo-lants. Au bord du torrent coulant à l' ouest de la cabane, nous nous déchaussons enfin et quittons nos vêtements pour nous plonger dans l' eau glacée. Quelques secondes plus tard, nous nous étendons sur les dalles chauffées par le soleil, avant d' entrer dans ce refuge salvateur.

Marche et baignade Dans l' échancrure du col de Bassa di Barone, il nous semble être sur un sommet avec, au-dessous de nous, le reflet bleu-noir du lac de Barone, au loin un quatre mille valaisan et, tout proche, l' étui bleu contenant le registre de la Società Escursionistica Verzaschese, daté du 2 juillet 1989, journée des sommets ( Giornata delle Cime ), dans lequel nous inscrivons notre passage. Mille mètres plus bas, c' est la baignade au fin fond du Val Vegornèss où la Verzasca, cette rivière tessinoise bien connue pour ses sautes d' hu, fait encore clapoter doucement ses flots glacés. Nous y plongeons en oubliant pour quelques secondes tout ce qui nous entoure. Des impressions confuses nous gagnent pendant la marche sur la route menant à Sonogno, dans la touffeur du fond de la vallée, à la vue des premières voitures, des chalets de week-end de style rustique, avec leurs mâts, leurs drapeaux et leurs cheminées pour les grillades, puis du village lui-même, des hommes et de leurs machines, et d' un musée pour la sauvegarde du passé rural. L' appel de la montagne Aujourd'hui, nous suivons le sentier des chèvres qui conduit à l' Alpe du Sgióf. Il porte bien son nom car les vaches, en dépit des marches taillées dans la roche, perdraient tout équilibre sur les dalles de granit poli du Valegg di Gann. Autrefois, les paysans établissaient presque partout des chemins sur les coteaux terriblement escarpés de cette vallée pour trouver de quoi vivre chichement, eux et leur bétail, sur des mayens accrochés quelque part entre ciel et abîme.

Il faut avoir du flair pour découvrir, sans aucune indication, le bon chemin dans la montée entre l' Alpe di Sgióf et la Cima di Nimi. Munis de nos bâtons de randonnée, nous progressons à travers prairies et broussailles. Notre fatigue s' estompe à l' arrivée au premier véritable sommet de notre périple pour Locarno. Nous voyons enfin notre but loin dans le sud, par-dessus la crête séparant le Val Verzasca de la Vallemaggia. La journée est trop avancée pour atteindre cette vallée encore ce soir. Nous passons la nuit à la Capanna Nimi, un chalet d' alpage ouvert aux randonneurs où Gioachino Zanoli fabrique du fromage de chèvre pendant les quatre mois d' été. Le soleil se couche sur les multiples horizons gris se succédant jusqu' au Mont Rose.

Le lendemain matin, nous reprenons notre promenade solitaire par l' Alpe

Loïte di Castello: vue sur Rodi-Fiesso où passe tout le trafic de la Léventine Sur les rives du lac de Leìt, à gauche, le Pizzo del Prévat LES ALPES 10/2003

Cangello dont les murs des chalets retournent à l' état de pierriers. Nous quittons maintenant l' arc alpin pour pénétrer dans le paysage voilé par la brume chargée d' ozone que nous envoie la plaine du Pô. Nous ne distinguons plus que l' arête sur laquelle nous cheminons. Puis c' est la descente sans effort vers la plaine et son atmosphère lourde, avec le télésiège de la Cimetta, puis le téléphérique de Cardada à Orselina et, finalement, le funiculaire qui nous transporte dans un bruit de ferraille jusqu' au centre de Locarno. Sans tarder, nous nous rendons à la Piazza Grande où trônent l' écran blanc et les sièges encore vides du Festival du film, déjà prêts pour la représentation du soir. Nous nous asseyons enfin pour laisser défiler devant nos yeux le film de notre excursion, jusqu' au mot « Fin » en lettres rouges sur le fond blanc de notre imagination.

Informations générales Exigences/équipement Randonnée de six jours en montagne, nécessitant un pas sûr, l' absence de vertige et un bon sens de l' orientation. Bien que souvent balisés, les itinéraires ne sont pas toujours bien visibles, surtout dans les éboulis. Il faut compter 35 heures de marche, 5300 m de montée, 4800 m de descente et 64 km de parcours. Les passages les plus difficiles de ce périple – Passo di Ghiacciaione et Cima di Nimi – peuvent être évités en les contournant. Quelques connaissances de l' italien constituent un avantage.

Chaussures de marche d' excellente qualité, protection contre les intempé-

Sur la bande herbeuse du Senda del Ghiacciaio; à l' arrière, la cabane du Campo Tencia Ambiance à la cabane du Campo Tencia; le séchage des vêtements fait partie des tâches quotidiennes La cabane CAS du Campo Tencia, dans le Val Piumogna, but de la deuxième étape Pho to s:

Da niel Anke r LES ALPES 10/2003

ries, bâtons de randonnée, gourde, jumelles et altimètre sont conseillés.

Guides/cartes/saison/accès Brenna Guiseppe, Alpi Ticinesi 2, Dal Cristallina al Sassariente, Editions du CAS 1992.

Anker Daniel, Gipfelziele im Tessin, Editions Rotpunkt 2003.

CN 1:25 000, feuilles 1252 Ambrì-Piotta, 1272 Pizzo Campo Tencia, 1292 Maggia, 1312 Locarno; CN 1:50 000, feuilles 266 T Valle Leventina et 276 T Val Verzasca. Conditions les plus favorables de juillet à septembre, éventuellement en octobre, pour autant qu' il n' ait pas encore neigé en altitude, au Passo di Ghiacciaione ( 2716 m ), par exemple. Possibilités de baignade en été, excellente visibilité en automne.

Accès à Airolo en train, ou en car postal via le col du Nufenen.

Hébergement/approvisionnement Refuge de Garzonera, 1973 m environ, Società Alpinistica Ticinese, 20 places, cabane toujours ouverte, mais non gardée; réservation obligatoire auprès de Mariateresa Coppa, 6775 Ambrì, tél. 091 868 11 77. Cabane de Tremorgio, 1848 m, 42 places, ouverte de juin à septembre, tél. 091 867 12 52. Cabane de Leìt, SAT, 2257 m, libre service, partiellement gardée de juin à mi-octobre, tél. 091 868 19 2O. Cabane CAS du Campo Tencia, 2140 m, 80 places, toujours ouverte, partiellement gardée de mi-juin à mi-octobre, tél. 091 867 15 44. Refuge de Sponda, 1997 m, SAT, 56 places, toujours ouvert, partiellement gardé de mi-mai à mi-octobre, tél. 091 864 23 52. Refuge de Barone, 2172 m, Società Escursionistica Verzaschese, 32 places, libre service, ouvert de juin à octobre. A Sonogno, Ristorante Alpino, 15 lits, tél. 091 746 11 63; on peut aussi obtenir à ce numéro des

Montée vers Bassa di Barone, dans un éboulis apparemment sans fin; à l' arrière à gauche, l' Adula Désert de pierres de Bassa di Barone; au loin, on distingue les quatre mille valaisans Pho to s:

Da niel Anke r LES ALPES 10/2003

informations sur d' autres possibilités d' hébergement. A Brione, Ristorante Ai Piee, tél. 091 746 15 44; chambres d' hôte chez Irene Bisi, tél. 091 746 11 65. Cabane de Nimi, 1718 m, Patriziato di Maggia, 15 places, toujours ouverte, gardée de mi-mai à mi-octobre. A Lavertezzo, Osteria Vittoria, tél. 091 746 15 81; Ristorante Posse, tél. 091 746 17 96. Pas de possibilités d' hébergement à Corippo ni à Mergoscia.

Demi-pension dans les hôtels du Val Verzasca et à la cabane du Campo Tencia; également à la cabane de Nimi, mais avec certaines restrictions. Prévoir des vivres pour les deux autres cabanes où des boissons sont généralement à disposition. Premier réapprovisionnement possible à Sonogno seulement. Possibilité de se restaurer à la cabane de Tremorgio. Prendre suffisamment de boissons pour la dernière étape!

Itinéraire Première étape Dénivelé de 850 m; 8 km; 3 h 1 / 2; T 2

Gare d' Airolo, 1141 m – route pour la station inférieure du téléphérique de Pesciüm – chemin de randonnée pour Nante – sentier pour Alpe di Ravina, 1775 m; on peut aussi atteindre cet alpage directement de Pesciüm, 1745 m. Ensuite, sentier d' altitude par Canéi et Zemblasca jusqu' à la route d' alpage en direction de Prato – la suivre en montant jusqu' à l' indicateur de direction, à gauche, pour la cabane de Garzonera, 1973 m. Deuxième étape 1100 m de montée, 950 m de descente; 13 km; 3 h 1 / 2 pour Garzonera – Tremorgio et autant pour Tremorgio – Campo Tencia; itinéraires bien signalés; T 3

Refuge de Garzonera – descendre vers le nord par des traces de chemin qu' à un sentier menant vers l' est, via Piano Meiarina, jusqu' à Cassin, 1593 m – Sentiero alto Tremogio bien signalé, via Pian Mott, jusqu' à la crête herbeuse de Brusada, 2040 m environ – lac de Tremorgio, 1827 m – cabane de Tremorgio – chemin de randonnée pour la cabane de Leìt, SAT, 2257 m – lac de Leìt – col de Leìt, 2420 m environ, non indiqué et sans cote sur la CN – forte descente, puis montée à un ensellement, P. 2481 m – Piano di Lei – cabane CAS du Campo Tencia, 2140 m.

Troisième étape 600 m de montée, 750 m de descente; 5,5 km; 4 h 1 / 2; T3+. Variante plus facile avec 1000 m de montée, 1150 m de descente; 15 km; 5 h 1 / 2; T 2

Cabane du Campo Tencia – longue traversée exposée sur la bande d' herbe du Senda del Ghiacciaio jusqu' à Mottascia – forte montée jusqu' au Passo di Ghiacciaione, 2716 m par des pentes herbeuses et des éboulis, éventuellement encore quelques névés tout en haut ( éviter par la gauche la Lavina di Croslina ), marquage blanc-bleu-blanc – descente par un alpage très pentu – prendre à droite du ravin de Ri di Vedlè le sentier conduisant au refuge de Sponda, SAT, 1997 m, marquage blanc-rouge-blanc. Variante beaucoup plus facile: cabane du Campo Tencia – Cassina Gera, 1420 m – Piòta, 1680 m – Gribbio, 1290 m – Ces – Doro – refuge de Sponda.

Quatrième étape 600 m de montée, 1700 m de descente; 13 km; 7 h; T 3

Refuge de Sponda – chemin d' altitude remontant la vallée jusqu' à Ticinetto – montée par des pentes couvertes d' herbe, de cailloux et éventuellement de neige ( traces de sentier signalées ) jusqu' à Bassa di Barone, 2582 m, à gauche de la plus profonde échancrure ( trajet plus facile que le Passo di Ghiacciaionelac de Barone – refuge de Barone, 2172 m – Corte di Fondo – Val Vegornèss ( prendre la route à partir de CabióiSonogno, 918 m. Continuer éventuellement qu' à Piee/Brione, 2 h, 8 km.

Cinquième étape 1550 m de montée, 750 m de descente; 15 km; 8 h 1 / 2 en tout, dont 2 h pour Sono-

gno – Piee/Brione et 6 h 1 / 2 pour Piee –

Univers minéral à Bassa di Barone, 2582 m

cabane de Nimi; T 4+. Variante Sognono – Lavertezzo, 536 m; 400 m de descente, 13 km; 3 h 1 / 2; T1

Sonogno – Sentierone della Verzasca, chemin de randonnée le long de la rivière jusqu' au sud de Frasco, d' abord sur la rive droite, puis sur la rive gauche – à Piee, au sud de Brione, on retraverse la rivière, 733 m – revenir un peu en arrière sur la route, pour prendre un sentier de randonnée à gauche – Pianèsc – tirer vers le sud en direction de Valegg di Gann, par un sentier partiellement sécurisé – Piano del Vald – Alpe di Sgióf, 1728 m – monter vers l' ouest à travers des prairies puis le maquis, par un sentier mal signalé en rouge, jusque dans le cirque de Böis, au sud de la Madom da Sgióf – à 1950 m d' altitude environ, au-dessous de parois de rochers où les traces de sentier obliquent franchement à droite en direction du sommet, traverser en montant et en obliquant à gauche jusque sur l' arête au sud-est du P. 2259 de la Cima di Nimi – franchir sans chemin indiqué des broussailles et des éboulis, et même un ravin – suivre l' arête par un sentier à peine visible jusqu' au point culminant P. 2259 m, qui donne l' impres d' être le sommet de la Cima di Nimi, bien que la CN attribue ce nom à une éminence de 2191 m plus au sudsuivre l' arête sud, toujours sur des restes de sentier – contourner le P. 2191 m jus-

Montée à l' Alpe di Sgióf; il faut garder son équilibre en dépit des inégalités du terrain Sonogno, 918 m, terme de la quatrième étape Pho to s:

Da niel Anke r LES ALPES 10/2003

qu' à une échancrure par un passage quelque peu exposé sur le versant est – prendre un peu à droite de l' arête sommitale, d' abord dans du rocher, puis de l' herbe – col de Nimi, 2048 m – traces de sentier assez vagues à droite jusqu' à l' alpage et à la cabane de Nimi, 1718 m. Nous déconseillons la grimpée en droite ligne de l' Alpe di Sgióf au col de Nimi. Sixième étape 600 m de montée, 650 m de descente; 9,5 km; 4 h 1 / 2; T 4. Variante par Lavertezzo – Corippo – Mergoscia – Alpe di Bietri – Cima della Trosa – Cimetta: 1350 m de montée, 250 m de descente; 14 km; 6 h 1 / 2; T 2 Cabane de Nimi – sentier d' altitude mal signalé en blanc-rouge-blanc, mais bien visible, longeant une croupe, P. 1803,. " " .5 m – Alpe di Valaa – Costa della Motta – à Cangello, au-dessous de la Bocchetta di Orgnana, le sentier s' amé – passer par un ensellement au-des-sous du Pizzo di Corbella – monter par l' arête nord du Lupo jusqu' à Madone, 2039 m; le chemin traverse la pente au-dessous de la cime nord, non cotée mais plus élevée, c' est là d' ailleurs que se trouve le registre du sommetsentier longeant l' arête sud jusqu' à la selle, 1657 m – chemin muletier pour le sommet sud de la Cima della Trosa et la croix sommitale, 1869 m – chemin en bon état par un versant orienté vers l' ouest pour Bassa di Cardada, 1610 m – station supérieure du télésiège de Cimetta, 1640 m environ, dernière course vers 17 h – Cardada – téléphérique pour Orselina – funiculaire pour Locarno – prendre sur la droite pour la Piazza Grande, 197 m. Una gazosa, per favore! a

Daniel Anker, Berne ( trad. ) Alpage et cabane de Nimi, au-dessus de la Vallemaggia Rencontre sur l' alpage de Nimi Locarno: la Piazza Grande. L' écran est prêt pour la représentation quotidienne du Festival du film. C' est le terme de la « haute route » LES ALPES 10/2003

La posta dei lettori

Leserbriefe

Courrier des lecteurs

Feedback