Hôtels de montagne, aviation de montagne et Jeux olympiques

A mon entrée au CAS en 1963, je n’aurais jamais cru que la distinction pour 50 ans d’appartenance au CAS arriverait aussi vite. Depuis, beaucoup de choses ont changé. Les humbles cabanes sont devenues des hôtels de montagne. L’évolution est au tourisme de masse. On le voit à la revue. Autrefois, de présentation modeste, en noir et blanc. Aujourd’hui, un magazine couleur sur papier lissé avec des photos de montagne parfaites et des suggestions de courses attractives. Malheureusement aussi avec beaucoup de publicité.

La position du CAS quant aux vols à buts touristiques en montagne est malheureusement hésitante. Le ménagement des représentants de certains groupes d’intérêts a-t-il une prépondérance par rapport à la tranquillité et à la détente dans un univers alpin intact? Dernièrement, le CAS a même soutenu les Jeux olympiques dans le canton des Grisons («Les Alpes» 1/2013). Sous réserve toutefois de leur mise en œuvre dans le respect de la nature. Tout le monde le prétend – mais tout le monde sait aussi que cela ne sera jamais le cas. Le courage fait partie de l’alpinisme. Où est-il dans la politique du CAS? L’association mountain wilderness intervient de manière bien plus cohérente en faveur de la protection de la montagne. Cela devrait faire réfléchir le CAS.

Cependant, je n’aimerais pas uniquement critiquer, mais aussi une fois féliciter les responsables du CAS pour leur grand engagement envers nous, les alpinistes.

Feedback